La Tanzanie supprime la taxe sur les transactions électroniques après un tollé


Par LE CITOYEN

La Tanzanie a supprimé les prélèvements récemment introduits sur les transactions électroniques suite au tollé général.

La décision a été annoncée par le ministre des Finances et de la Planification, le Dr Mwigulu Nchemba, au Parlement mardi alors qu’il répondait aux questions des législateurs.

Le gouvernement a imposé la taxe en juillet de cette année sur les retraits bancaires effectués au guichet, les distributeurs automatiques de billets, les virements interbancaires et les portefeuilles mobiles.

« Les modifications apportées visent à annuler les prélèvements pour le transfert d’argent des banques vers les réseaux mobiles (des deux côtés) et pour le transfert d’argent au sein d’une banque », a-t-il déclaré.

Le Dr Nchamba a déclaré que les nouveaux changements entreraient en vigueur le 1er octobre.

Il a déclaré que cette décision visait à réduire l’étendue des charges, à stimuler le passage des transactions en espèces, à simplifier les prélèvements et à prévenir la double imposition.

Publicité

Le gouvernement a également annulé les prélèvements sur les transferts électroniques d’argent d’une banque à une autre.

Les frais de transaction pour les retraits d’espèces par l’intermédiaire d’agents bancaires et de distributeurs automatiques de billets pour des montants n’excédant pas 30 000 Tsh (12,87 $) ont également été supprimés.

Dans le même temps, le gouvernement a aboli la retenue à la source sur les propriétés locatives perçues auprès des locataires et a plutôt renvoyé la responsabilité à l’Autorité fiscale de Tanzanie (TRA).

« Je tiens à souligner que la retenue à la source n’est pas pour le locataire mais doit être payée par le propriétaire qui perçoit des revenus d’investissement ou de location », a-t-il déclaré.

Le Dr Nchemba a ordonné que les fonds collectés soient remboursés à partir des économies sur les dépenses du gouvernement afin de ne pas affecter les services et les projets de développement.

« Supprimons le thé, les collations, les voyages nationaux et étrangers pour les fonctionnaires de nos ministères, comme l’a ordonné la présidente (Samia Suluhu Hassan). Coupons les formations, les séminaires, les concerts, les ateliers », a-t-il dit.

Les Tanzaniens ont dénoncé les coûts élevés, les entreprises affirmant avoir assisté à une baisse des achats en ligne car les gens évitent les transactions électroniques.

Le tollé a conduit le président Suluhu à diriger un examen.

– Reportage supplémentaire de Beatrice Materu

Laisser un commentaire