La société d’aventure Kiwi escalade une montagne de revers pour rouvrir dans le monde entier


Adventure Consultants a vendu son bureau et cinq véhicules de société pour maintenir l'entreprise à flot pendant la pandémie.

Fourni

Adventure Consultants a vendu son bureau et cinq véhicules de société pour maintenir l’entreprise à flot pendant la pandémie.

L’une des principales sociétés de guides de montagne au monde rouvrira ses portes cette année après avoir hiberné pendant 18 mois – n’ayant survécu au pincement de la pandémie de Covid qu’en vendant la plupart de ses actifs.

Opérant à partir de Wānaka, Adventure Consultants est une société mondiale de guides de montagne avec des expéditions en Nouvelle-Zélande, en Antarctique, dans l’Himalaya, en Amérique du Sud et en Europe.

Mais depuis deux ans, il est impossible de continuer à proposer ses circuits à cause de fermetures de frontières et la perte de la plupart des membres du personnel en raison des licenciements de Covid-19.

Le directeur général Guy Cotter a déclaré que la société devait licencier environ 12 employés et vendre la plupart de ses actifs, y compris le bureau et cinq véhicules de société pour maintenir la société à flot.

LIRE LA SUITE:
* Covid-19 : le virus atteint le camp de base de l’Everest, créant « une configuration parfaite pour un événement à grande diffusion »
* Les pressions de Covid forcent la célèbre société d’expédition Kiwi Adventure Consultants à hiberner
* Un Everest souvent surpeuplé a rouvert aux grimpeurs. Certains remettent en cause la décision

« Nous n’avions que des Kiwis comme clients jusqu’en 2020, c’est donc un très petit marché pour ce que nous faisons, et nous sommes donc entrés en hibernation complète en février 2021. »

« Cela ne servait à rien de continuer car nous ne pouvions pas obtenir la clientèle. »

L’entreprise a été forcée de fermer dans le monde entier, avec seulement quelques expéditions en Europe où les restrictions étaient plus souples et levées plus tôt qu’en Nouvelle-Zélande.

Le directeur général d'Adventure Consultants, Guy Cotter, a déclaré que l'entreprise n'avait pas la clientèle nécessaire pour continuer pendant la pandémie.

Fourni

Le directeur général d’Adventure Consultants, Guy Cotter, a déclaré que l’entreprise n’avait pas la clientèle nécessaire pour continuer pendant la pandémie.

Cotter a déclaré que le plus gros problème pour son entreprise était la fermeture trop longue de la frontière néo-zélandaise.

« Nous avons pu partir à l’étranger, mais nous n’avons pas pu rentrer en Nouvelle-Zélande, nous avons donc été bloqués.

« Il n’y avait pas beaucoup de soutien gouvernemental en dehors de la subvention salariale. C’est vraiment décevant, car il y a beaucoup d’entreprises incapables de rouvrir dans le tourisme.

Avant la pandémie, l’entreprise, qui a été créée en 1992, « fonctionnait bien », a déclaré Cotter.

Adventure Consultants' dit qu'il aura moins de départs qu'avant la pandémie et se concentrera sur

Fourni

Adventure Consultants’ dit qu’il aura moins de départs qu’avant la pandémie et se concentrera sur « les aventuriers qui font preuve de discernement dans le style dans lequel ils s’aventurent ».

« Nous étions très occupés … l’une des opérations de guidage en montagne les plus fréquentées au monde, tout cela a été anéanti par Covid. »

Après avoir licencié une grande partie de son personnel, l’entreprise repartirait de zéro, Cotter ajoutant qu’il pourrait falloir 18 mois pour former complètement le personnel à certains rôles.

Cependant, il restait positif quant à l’avenir de l’entreprise maintenant que les frontières s’étaient ouvertes et que la Nouvelle-Zélande se connectait au reste du monde.

L’entreprise avait déjà constaté une augmentation des réservations et de l’intérêt pour ses expéditions.

« Ce sera différent, dans le sens où nous aurons moins de départs qu’avant, mais nous nous concentrons sur le travail avec des aventuriers exigeants dans le style dans lequel ils s’aventurent.

« Nous n’allons pas rester assis et nous apitoyer sur notre sort, nous allons nous lever et aller de l’avant. »

Laisser un commentaire