‘La réponse de la France à Steve Jobs’ achète 2,5% du capital de Vodafone | Vodafone


Le milliardaire français des télécoms Xavier Niel a acquis une participation de 2,5% dans Vodafone, citant des opportunités pour accélérer une « rationalisation » des activités du groupe coté à Londres.

Niel, qui a fondé la société de télécommunications Iliad, a pris la participation via son véhicule d’investissement Atlas Investissement, qui s’est dit « soutien à l’intention publiquement déclarée de Vodafone de rechercher des opportunités de consolidation ».

L’homme de 55 ans a passé sa carrière en tant que « Steve Jobs français », perturbant les opérateurs historiques de la technologie et des télécommunications établis dans le pays tout en construisant une fortune personnelle de 8 milliards de dollars (7 milliards de livres sterling).

Non pas qu’il ait besoin d’argent : sa partenaire depuis plus d’une décennie est Delphine Arnault, fille de l’homme le plus riche de France, Bernard Arnault, et héritière du vaste conglomérat de luxe LVMH qui a fait de son père une fortune de 154 milliards de dollars.

En février, le directeur général de Vodafone, Nick Read, a confirmé qu’il était en pourparlers avec des rivaux sur ses plus grands marchés. Read a fait valoir que l’industrie européenne des télécommunications doit se consolider pour créer des entreprises plus rentables et plus attrayantes pour les investisseurs.

Ce mois-là, Vodafone a rejeté une offre de 11,25 milliards d’euros (9,8 milliards de livres sterling) d’Iliad, également détenue par Niel, qui opère en France, en Italie et en Pologne, pour son opération italienne.

Les autres intérêts commerciaux de Niel incluent le journal français Le Monde, qu’il a sauvé de la faillite, avec deux autres investisseurs de premier plan, en 2010. Il y a deux ans, il a élargi son portefeuille médiatique en achetant le journal français de courses hippiques Paris-Turf, un quotidien du Antilles françaises et le groupe de presse Nice-Matin.

Il possède également un hôtel cinq étoiles dans la station de ski de Courchevel, et a mis en place une école technique réussie qui n’a pas d’enseignants, pas de livres et pas de frais pour 1 000 étudiants. Mais son empire commercial est ancré dans les télécoms.

Quelques années après avoir reçu un Sinclair ZX81 en cadeau de Noël, Niel a abandonné ses études à 19 ans pour créer sa première entreprise, Minitel, un précurseur d’Internet qui proposait des services de chat à caractère sexuel.

Alors que Niel a continué à vendre la plupart de ses intérêts pornographiques, il a gardé deux sex-shops qui conduiraient finalement à un frôlement avec la loi et à une peine de deux ans de prison avec sursis pour utilisation abusive des actifs de l’entreprise.

Au milieu des années 1990, il investit dans le premier fournisseur d’accès Internet en France, vendit juste avant l’éclatement de la bulle Internet au début des années 2000, et créa sa propre société, Iliad.

Iliad est surtout connu pour son service révolutionnaire appelé Free, qui a bouleversé le marché français avec l’accès gratuit à Internet, puis s’est développé en un modèle haut débit et mobile à faible coût extrêmement réussi que Niel a reproduit pour bouleverser les marchés sur lesquels il est entré avec ses investissements dans les télécommunications. .

L’année dernière, Niel a décidé de privatiser Iliad en raison de la « forte volatilité du marché boursier des télécoms en général et du cours de l’action Iliad en particulier », selon le directeur général du groupe Thomas Reynaud.

Niel rejoint le milliardaire franco-israélien Patrick Drahi pour cibler le marché britannique des télécoms. L’année dernière, Drahi a acquis une participation de 18% dans BT, faisant de lui le plus gros investisseur de la société. En août, le gouvernement britannique a décidé que l’enjeu ne posait aucun problème de sécurité nationale.

Le suédois Cevian est un autre investisseur activiste qui a profité de la faible performance des actions Vodafone, qui ont presque diminué de moitié depuis 2018, pour constituer une participation en janvier.

En mai, le plus grand fournisseur de télécommunications des Émirats arabes unis, e&, a acheté une participation de 9,8 % dans Vodafone.

Laisser un commentaire