« La menace fasciste » et les difficultés croissantes du Sud – The Island


Comme on pouvait s’y attendre, des sections de l’opinion sri-lankaise voient certaines similitudes entre les récents actes d’anarchie au Brésil, qui se rapprochent de la réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence de ce pays, et les manifestations anti-gouvernementales qui ont balayé Sri Lanka il y a quelques mois, ou l' »Aragalaya », qui a entraîné, entre autres, la démission de l’ancien président Gotabhaya Rajapaksa. La tendance est forte à qualifier également les troubles au Sri Lanka de preuve de «fascisme», mais il s’agit au mieux d’une réaction instinctive.

Certes, certaines sections du Sri Lanka se sont livrées à des actes de destruction gratuite au plus fort de l’ « Aragalaya » et ces actions méritent la condamnation de tous les gens bien pensants. Il faut dire sans réserve que les personnes et les groupes responsables de l’anarchie en question doivent être traduits en justice. Cependant, alors que la violence au Brésil reflète les caractéristiques de l’extrémisme d’extrême droite, et pourrait dans une large mesure être qualifiée de «fasciste», on ne peut pas en dire autant du phénomène «Aragalaya» dans son intégralité.

C’est parce que dans ses objectifs essentiels, l’ « Aragalaya » était bien intentionnée. Par exemple, il a appelé à une démocratisation complète de l’État, ou «changement de système», et a proclamé qu’il y aurait équité à tous égards au Sri Lanka. Il a été essentiellement motivé par la vision d’un Sri Lanka uni et égal. En conséquence, les compulsions fondamentales des « aragalaya » sont de nature démocratique et, dans la mesure où il en est ainsi, le phénomène dans son essence ne peut être condamné comme ayant ses origines dans des impulsions humaines destructrices, bien que les actes criminels qui se sont manifestés dans certaines sections qui prétendument associés à l’« Aragalaya » méritent d’être condamnés.

Mais sans l’ombre d’un doute, l’anarchie au Brésil sent l’extrémisme d’extrême droite. Par exemple, il vise à évincer du pouvoir un président de gauche arrivé au pouvoir sur la base du vote populaire. Autrement dit, le président est farouchement opposé par les forces antidémocratiques de droite pour qui l’équité économique et sociale est généralement un anathème.

Nous trouvons dans les troubles brésiliens de forts échos non seulement de l’assaut sauvage contre les institutions de la démocratie aux États-Unis il y a deux ans par des agitateurs politiques qui ont crié au scandale lors du scrutin présidentiel américain qui vient de se terminer et ont cherché à ramener au pouvoir le président de droite Donald Trump, mais rappelle même l’Allemagne nazie où le dictateur Adolf Hitler a persécuté de manière meurtrière les communistes et les groupes minoritaires considérés comme des menaces par les suprématistes blancs allemands.

Dans ces bouleversements politiques du passé, nous voyons le fascisme dans certains de ses éléments essentiels. Il y a l’adulation aveugle des dirigeants politiques qui suivent les programmes de droite, tels que la perpétration des inégalités, par des sections des communautés majoritaires des pays et l’utilisation éhontée par ces dirigeants de la coercition étatique pour faire taire leurs opposants, quel qu’en soit le prix. C’est-à-dire que la répression étatique est lâchée.

Compte tenu de ces fondamentaux, il est difficile de percevoir comment la situation actuelle du Brésil pourrait être assimilée à celle du Sri Lanka à l’époque de l' »Aragalaya », qui avait des objectifs tout à fait différents, bien que certains éléments marginaux de cette dernière évolution se soient livrés à des actes de violences. Ceux qui cherchent à assimiler des phénomènes aussi disparates semblent viser à damner leurs adversaires politiques.

Cependant, les chefs de gouvernement d’Asie du Sud en particulier feraient mieux de se concentrer sur les crises économiques qui les guettent, plutôt que de s’engager sans réfléchir dans une rhétorique de diversion. Le temps presse et de nombreux pays de cette région connaîtraient les pires rigueurs de la récession économique qui se propage rapidement. Pas moins une personne que le gouverneur de la banque centrale indienne Shaktikantha Das a donné à la région beaucoup à réfléchir et à agir pour aller de l’avant.

Dans une interview accordée au « Financial Times » indien, qui a été reproduite dans ce journal, Das a, entre autres, attiré l’attention sur le « surendettement » que connaîtraient la plupart des économies sud-asiatiques à l’heure actuelle. Comme on peut le déduire des observations du Gouverneur, une telle détresse a de graves implications pour la stabilité économique régionale en plus d’affecter potentiellement la fortune matérielle de l’Inde elle-même, bien que l’Inde reste économiquement dynamique à l’heure actuelle. « Nous sommes très préoccupés par le surendettement de tous ces pays car nous entretenons de nombreuses relations commerciales avec ces pays », aurait déclaré Das.

Un facteur dont il faut surtout tenir compte à cet égard est l’interdépendance économique entre les pays d’Asie du Sud. La puissance économique de l’Inde est telle qu’on pourrait s’attendre à traverser ces temps troublés avec une relative facilité, mais ce n’est pas le cas de la plupart de ses voisins. Le Sri Lanka est en faillite et serait considéré comme un « abandon » par la plupart des puissances économiques mondiales, mais de nombreux autres voisins de l’Inde sont également économiquement affaiblis à un degré plus ou moins grand.

Pour des pays comme l’Inde, entretenir des relations commerciales normales avec ces voisins pourrait s’avérer difficile et même engendrer des pertes. En outre, la déresponsabilisation économique empêcherait ces voisins de récolter les meilleurs bénéfices de la dynamique de croissance continue de l’Inde. Par exemple, ils ne seraient pas en mesure d’exploiter les marchés de consommation phénoménaux de la classe moyenne indienne avec leurs exportations, compte tenu de leurs handicaps économiques. Un résultat cumulatif pourrait être une déresponsabilisation économique régionale et une aggravation de la pauvreté généralisée.

Cependant, les problèmes économiques non résolus et aggravants ont des implications pour la stabilité politique des pays et des régions. Cela s’explique par le fait que l’extrémisme politique se nourrit généralement des pressions économiques au niveau national et régional. Par exemple, les forces communautaristes pourraient accélérer les tendances à briser la nation dans leur pays en faisant comprendre à leurs groupes cibles que la détresse économique de ces derniers est causée par d’autres communautés avec lesquelles ils partagent le même espace physique.

C’est-à-dire que la politique identitaire pourrait connaître une résurgence en temps de crise économique. Inutile de dire que de telles situations devraient être désamorcées aussi rapidement que possible par les gouvernements et autres acteurs attachés à la stabilité intra et interétatique. Ainsi, les gouvernements doivent être impliqués de manière proactive dans le désamorçage des tendances économiques à la récession. Toute lassitude des États à cet égard reviendrait à inviter le spectre du fascisme en leur sein, puisque les démagogues communautaires dégénèrent très souvent en fascistes tyranniques.

Laisser un commentaire