La Malaisie et l’Indonésie « inquiètes et inquiètes » AUKUS pourraient conduire à une course aux armements régionale en Asie


La Malaisie et l’Indonésie ont déclaré qu’elles partageaient de fortes réserves quant à la décision de l’Australie d’acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire, même si les armes nucléaires ne faisaient pas partie du plan.

Se référant à AUKUS, un pacte de sécurité trilatéral conclu le mois dernier entre l’Australie, les États-Unis et la Grande-Bretagne, le ministre malaisien des Affaires étrangères, Saifuddin Abdullah, a déclaré que les deux pays d’Asie du Sud-Est étaient également préoccupés par ses ramifications.

« Nous sommes d’accord sur le dernier problème dans la région concernant un pays proche de notre territoire qui achète de nouveaux sous-marins à propulsion nucléaire », a déclaré M. Saifuddin lors d’une conférence de presse conjointe après une réunion avec son homologue Retno Marsudi.

« Même si ce pays n’a pas la capacité d’armes nucléaires, nous sommes inquiets et inquiets. »

L’Indonésie a déclaré le mois dernier qu’elle craignait qu’AUKUS ne conduise à une course aux armements régionale.

L’accord intervient dans un contexte de tensions croissantes dans les mers de Chine orientale et méridionale, vecteurs de milliers de milliards de dollars d’expéditions représentant environ un tiers du commerce mondial.

Saifuddin Abdullah est assis et parle à un membre du Politburo chinois à Pékin
Saifuddin Abdullah dit que la Malaisie et l’Indonésie sont « inquiètes ».(Reuters : Andrea Verdelli)

Les Philippines, un allié du traité de défense des États-Unis, ont soutenu AUKUS, affirmant qu’il offre un contrepoids nécessaire à une Chine de plus en plus affirmée.

La Malaisie a précédemment déclaré qu’elle demanderait des avis sur la question à la Chine et à l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).

Les ministres indonésien et malaisien ont également exprimé leur déception face au manque de progrès de la junte birmane dans la mise en œuvre d’un plan de paix convenu avec l’ASEAN.

L’ASEAN a décidé vendredi d’exclure le chef de la junte Min Aung Hlaing, qui a dirigé le coup d’État du 1er février, d’une prochaine réunion régionale, dans un camouflet sans précédent de la part du bloc.

L’ASEAN continuera d’offrir une aide humanitaire au Myanmar, a déclaré le ministre indonésien des Affaires étrangères Retno Marsudi.

Les ministres des Affaires étrangères ont également déclaré qu’ils étaient en pourparlers sur la création d’un corridor de voyage entre l’Indonésie et la Malaisie, et avaient convenu de finaliser les frontières maritimes dans le sud de Malacca et la mer de Sulawesi.

Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *