La Malaisie appelle à des pourparlers avec l’ASEAN sur le Myanmar et une politique de « non-indifférence »


PUTRAJAYA — La Malaisie souhaite que l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est adopte un principe de « non-indifférence » envers la crise humanitaire du Myanmar – plutôt que de « non-ingérence » – et demandera au Cambodge, nouveau président tournant du bloc, de se réunir une réunion spéciale sur les prochaines étapes.

Le ministre des Affaires étrangères Saifuddin Abdullah a déclaré lundi aux journalistes que la reconfirmation du deuxième ministre des Affaires étrangères du Brunei, Erywan Yusof, en tant qu’envoyé du bloc au Myanmar serait une priorité. Il a été nommé pendant la présidence de Brunei de l’ASEAN, qui a pris fin le mois dernier.

« Le président est maintenant le Cambodge, nous devrons donc réaffirmer sa nomination », a déclaré Saifuddin, s’exprimant dans la capitale administrative malaisienne de Putrajaya. « La Malaisie espère qu’Erywan pourra rester en tant qu’envoyé en raison de la continuité. »

Saifuddin a également déclaré que la réunion envisagée devrait discuter de la liste des personnes que l’envoyé devrait être autorisé à rencontrer au Myanmar.

« Pour la Malaisie, l’envoyé doit pouvoir rencontrer Aung San Suu Kyi et quelques autres », a-t-il déclaré. « Mais la rencontrer serait primordial. »

S’exprimant environ une semaine après que l’ASEAN a tenu son sommet annuel en ligne sans inviter le chef militaire birman Min Aung Hlaing – dont les forces ont renversé le gouvernement élu de Suu Kyi en février – Saifuddin a souligné que le principe de longue date de l’ASEAN de non-ingérence dans les affaires des membres ne devrait pas être une raison d’adopter une approche non interventionniste

« Ce n’est pas parce que notre discussion avec le gouvernement birman actuel n’aboutit à aucun résultat que nous ne pouvons pas nous arrêter là mais penser à des alternatives », a-t-il déclaré. « Je pense que nous devrions passer d’une approche de non-ingérence à une approche de non-indifférence. Elle a été utilisée pour résoudre les diverses crises géopolitiques dans d’autres parties du monde. »

Dans un autre ordre d’idées, Saifuddin a déclaré que la Malaisie, Singapour et l’Indonésie travaillaient sur des voies vertes de voyage mutuel à mettre en œuvre dès que les protocoles de santé seront finalisés.

Il a déclaré que les arrangements de voyage, bien que négociés bilatéralement, ont reçu des hochements de tête des chefs d’État respectifs lors du sommet de l’ASEAN. Les propositions ont été « bien reçues » et discutées en détail, a-t-il déclaré. « Les ministres de la Santé travaillent maintenant très dur pour préparer les protocoles. »



Laisser un commentaire