La loi du « gardien » du Hamas empêche une femme de Gaza d’étudier à l’étranger


Israël et l’Égypte ont imposé des restrictions de voyage strictes dans le cadre d’un blocus de Gaza pendant 14 ans, depuis la prise de contrôle du territoire par le groupe militant islamique Hamas

GAZA CITY, Bande de Gaza — Afaf al-Najar avait trouvé un moyen de sortir de Gaza.

Le jeune de 19 ans a remporté une bourse pour étudier les communications en Turquie, a obtenu tous les documents de voyage nécessaires et a même payé 500 $ pour éviter les longues files d’attente au point de passage de Rafah avec l’Égypte.

Mais lorsqu’elle est arrivée à la frontière le 21 septembre, elle a été refoulée – non pas par Israël ou l’Égypte, qui ont imposé un blocus de 14 ans sur la bande de Gaza – mais à cause d’une loi sur la tutelle masculine promulguée par le groupe militant islamique Hamas, qui régit le territoire.

« Honnêtement, je suis tombée en panne », a-t-elle déclaré, décrivant le moment où les agents des frontières ont retiré ses bagages du bus. « Mes yeux ont commencé à pleuvoir, je ne pouvais même pas me lever. Ils ont dû m’apporter une chaise… J’ai senti que mon rêve était volé. »

Les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur de Gaza, un territoire côtier qui abrite plus de 2 millions de Palestiniens, ont été sévèrement restreints depuis 2007, lorsque le Hamas a pris le pouvoir des forces palestiniennes rivales. Israël, qui a mené quatre guerres avec le Hamas, la plus récente en mai, affirme que le blocus est nécessaire pour empêcher les militants de se réarmer. Les critiques y voient une forme de punition collective.

Le Hamas a demandé à plusieurs reprises la levée du blocus. Mais en février, un tribunal islamique dirigé par le Hamas a publié un avis disant que les femmes non accompagnées doivent obtenir l’autorisation d’un « tuteur » masculin – un mari, un parent ou même un fils – pour sortir du territoire.

Après une réaction violente menée par des groupes de défense des droits humains, les autorités du Hamas ont modifié la décision pour abandonner l’exigence. Au lieu de cela, il a déclaré qu’un parent de sexe masculin peut demander à un tribunal d’empêcher une femme de voyager si cela entraînerait un « dommage absolu ». Les femmes ne peuvent empêcher les hommes de voyager.

Le Hamas n’a pris que des mesures sporadiques au fil des ans pour imposer la charia, ou la loi islamique, à Gaza déjà conservatrice, et même alors, il a généralement reculé face aux critiques. Il ne partage pas l’idéologie extrême de factions plus radicales comme le groupe État islamique.

Mais la loi modifiée est restée en vigueur.

Le père d’Al-Najar a déposé une requête et le tribunal l’a empêchée de voyager afin de pouvoir l’examiner. Elle vit avec sa mère, qui est séparée de son père, et dit qu’il a coupé tout contact avec elle en mai. Il n’a pas pu être joint pour commenter.

Les responsables du Hamas n’ont pas répondu aux demandes répétées de commentaires.

Human Rights Watch, un groupe basé à New York qui critique profondément le blocus, a appelé le Hamas à lever ses restrictions.

« Les autorités du Hamas devraient lever l’interdiction de voyager imposée à Afaf al-Najar et le Conseil judiciaire suprême devrait retirer son avis, afin que les femmes de Gaza puissent voyager sans restrictions discriminatoires », a-t-il déclaré.

Après avoir été refoulée à la frontière, al-Najar a fait appel à un certain nombre de groupes locaux de défense des droits humains, mais a déclaré qu’ils semblaient réticents à l’aider, craignant des représailles du Hamas. Finalement, elle a déposé une requête contre l’interdiction.

Son père ne s’est pas présenté à la première audience, ce qui a entraîné son report. Avant l’ajournement, le juge lui a demandé pourquoi elle partait à l’étranger et a suggéré qu’elle pourrait tout aussi bien étudier dans l’une des universités de Gaza.

Al-Najar, qui parle couramment l’anglais et enseigne la langue, aspire à devenir journaliste. Elle dit qu’un pays multiculturel comme la Turquie offre des opportunités qui n’existent pas à Gaza, qui est largement coupée du monde extérieur.

L’audience a été reportée une deuxième fois parce que l’avocat de son père était malade. Il a été reporté une troisième fois mercredi parce que son nouvel avocat a déclaré qu’il avait besoin de temps pour étudier l’affaire.

La validité de la bourse a été prolongée jusqu’à la fin de l’année, mais si al-Najar ne parvient pas en Turquie d’ici là, elle la perdra.

Mais elle n’abandonne pas.

« J’ai réalisé que personne ne m’aiderait à part moi-même, et j’ai réalisé que je devais être forte maintenant pour me battre pour mes droits », a-t-elle déclaré. « Au lieu de pleurer dans ma chambre et de me laisser tomber, j’ai décidé de me battre. J’ai choisi de me battre pour la première fois de ma vie. »

Laisser un commentaire