La guerre et les sanctions éloignent les touristes ukrainiens et russes de la côte adriatique

[ad_1]

Par Aleksandar Vasovic et Florian Goga

BÉCICIMonténégro – Les panneaux russes autrefois omniprésents le long de la pittoresque côte adriatique du Monténégro ont pratiquement disparu car la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie éloignent les touristes de ces pays de l’une de leurs destinations préférées.

Stations balnéaires de l’Adriatique en Croatie, au Monténégro et en Albanie, OTAN les membres qui ont adhéré aux sanctions internationales contre la Russie ressentent tous leur absence, portant un coup à leur économie.

Les sanctions comprennent l’interdiction des vols commerciaux en provenance de Russie, le blocage des banques russes des systèmes de paiement internationaux, ce qui rend plus difficile pour les Russes l’accès aux espèces à l’étranger, et la saisie de certains biens immobiliers et yachts appartenant aux oligarques russes.

Dans la station balnéaire monténégrine de Becici, Zarko Radulovic, un hôtelier, a déclaré qu’il y aurait peu de touristes cette année en provenance des deux pays, même si des milliers de Russes et d’Ukrainiens qui avaient fui la guerre louaient des appartements à long terme.

Les hôteliers disent cependant qu’ils ne sont pas assez nombreux pour compenser les 380 000 Russes qui ont visité le Monténégro en 2019, et qu’ils dépensent beaucoup moins que les touristes.

Certains touristes russes pourraient passer par Istanbul et Belgrade, aéroports toujours ouverts aux vols en provenance de Russie, a déclaré Radulovic, ajoutant qu’il espérait que les visiteurs d’Europe occidentale et centrale, d’Israël et même d’Arabie saoudite compenseraient le manque à gagner. Le tourisme a généralement représenté environ 20% de l’économie du Monténégro.

Le mois dernier, la Banque mondiale a abaissé les prévisions de croissance économique du Monténégro pour 2022 à 3,6 % contre 5,9 % précédemment, en raison des effets de l’invasion.

Il a également réduit ses prévisions de croissance pour les Balkans occidentaux, comprenant le Monténégro, l’Albanie, le Kosovo, la Serbie, la Bosnie et la Macédoine du Nord, à 3,1 %, contre 4,1 % en janvier. Les six économies ont progressé de 7,4 % en 2021 après une contraction de 3,2 % en 2020.

Au cours de la dernière année pré-pandémique, la Croatie voisine comptait au total 154 000 invités russes et 139 000 ukrainiens. En 2021, environ 145 000 touristes de chaque pays ont visité, selon les données officielles.

En janvier et février de cette année, 12 000 Russes ont visité la Croatie, mais en mars, avril et la première quinzaine de mai, seuls 4 500 environ sont venus, bien moins que la normale.

En Albanie, où le secteur du tourisme est impatient de se remettre des effets de la pandémie, les espoirs étaient grands que 2022 soit une année faste. Mais la guerre en Ukraine menace de perturber cela, a déclaré Aurenc Hima, un hôtelier de la station balnéaire de Durres.

« Nous avions de nombreuses réservations de Russes et d’Ukrainiens, mais elles ont été annulées », a-t-il déclaré.

Kliton Gerxhani, président de l’Association des voyagistes et des agences de tourisme, a déclaré que la guerre en Ukraine avait également perturbé les vacanciers potentiels des pays baltes et scandinaves, ainsi que de Pologne et d’Allemagne.

« Il y a une hésitation de ces pays à faire des réservations d’hôtel en Albanie. Peut-être que les touristes de ces pays attendront jusqu’à la dernière minute… selon le cours de la guerre.

[ad_2]

Laisser un commentaire