La France et Israël tiennent des pourparlers «secrets» pour désamorcer la rangée de logiciels espions téléphoniques | Israël


Un haut conseiller du président français, Emmanuel Macron, a rencontré son homologue israélien pour discuter du ciblage présumé de ministres français par un client du groupe NSO, le fabricant israélien de logiciels espions.

Une querelle sur la surveillance présumée a été décrite comme un casse-tête diplomatique majeur pour le gouvernement de Naftali Bennett, le Premier ministre israélien.

Les réunions «secrètes» à l’Élysée ont d’abord été rapportées par le site d’information Axios, puis confirmées par les partenaires du Guardian dans le projet Pegasus, un consortium de médias qui ont enquêté sur NSO.

La rencontre entre Emmanuel Bonne, conseiller diplomatique principal de Macron, et Eyal Hulata, conseiller à la sécurité nationale d’Israël, aurait eu pour but de mettre fin à la « crise » qui engloutit les relations entre les deux pays depuis l’été.

En juillet, il a été signalé que les numéros de téléphone de certains membres du cabinet français, ainsi que de Macron lui-même, figuraient sur une base de données divulguée de numéros de téléphone portable qui comprenait certains sélectionnés comme cibles possibles pour la surveillance par les clients gouvernementaux de NSO.

La société israélienne est étroitement réglementée par le ministère israélien de la Défense, qui contrôle l’exportation des licences aux clients gouvernementaux de NSO.

Des traces du logiciel espion de NSO, appelé Pegasus, ont été trouvées sur les téléphones portables d’au moins cinq ministres français en exercice, selon le site d’investigation Mediapart a récemment rapporté, citant plusieurs sources anonymes et un dossier de renseignement confidentiel. La découverte a été faite des semaines après que le Guardian et d’autres médias ont publié les détails de la liste divulguée.

Il n’y a aucune preuve solide que les téléphones des cinq membres du cabinet ont été piratés avec succès, mais les allégations de Mediapart indiquent que les appareils ont été ciblés par le puissant logiciel espion, qui peut intercepter les conversations téléphoniques, les SMS, les e-mails et les photographies. Il peut également transformer un téléphone portable en appareil d’écoute en contrôlant à distance l’enregistreur d’un téléphone.

NSO a déclaré que son logiciel espion est destiné à être utilisé pour enquêter sur des crimes graves et non pour cibler des membres de la société civile. Il a déclaré qu’il n’avait aucun lien avec la base de données divulguée qui a été enquêtée par le projet Pegasus et que les dizaines de milliers de numéros contenus dans la liste ne sont pas les cibles des clients gouvernementaux de NSO. Il a également fermement nié que Macron ait jamais été ciblé par le logiciel espion Pegasus.

Commentant les pourparlers israélo-français, un porte-parole de NSO a déclaré : « Il n’appartient pas à NSO de commenter l’existence ou le contenu des réunions diplomatiques. Cependant, en ce qui concerne les allégations du projet Pegasus, nous maintenons nos déclarations précédentes : la soi-disant liste n’est pas une liste de cibles Pegasus, donc les responsables du gouvernement français mentionnés ne sont pas et n’ont jamais été des cibles Pegasus.

Axios a rapporté que la « crise » entre les deux pays avait entraîné un « gel partiel » de la coopération diplomatique, sécuritaire et de renseignement entre Israël et la France et la suspension des visites bilatérales de haut niveau. Hulata aurait informé Bonne de l’état d’avancement d’une enquête israélienne sur Pegasus et aurait proposé un engagement d’interdire à ses clients d’accéder aux numéros mobiles français. Les numéros basés aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande seraient également interdits aux clients des ONS.

Les tensions diplomatiques soulignent la gravité des allégations exposées dans le projet Pegasus. Forbidden Stories, une association de journalisme à but non lucratif basée à Paris, et Amnesty International ont mené la collaboration journalistique.

Laisser un commentaire