La charcuterie européenne Wurst à Bangsar emmène votre palais dans le globe-trotter


C’est bien quand un restaurant nommé Würst vous envoûte avec sa paella. Oui, oui, tous les éléments requis que l’on pourrait attendre d’un restaurant nommé d’après le mot allemand pour « saucisse » sont représentés – de l’aliment de base de la rue berlinoise de la wurst au curry et de la choucroute (RM26) aux bangers et purée fumés génériquement continentaux (RM43) , qui met en vedette deux sossies blancs, fumés et épicés accompagnés des côtés plus britanniques de purée de pois, de purée et d’oignons caramélisés – mais c’est la paella dont notre table a commandé une deuxième portion.

Choisissez entre la paella à la saucisse ou la version traditionnelle aux fruits de mer (les deux sont RM44) et soyez récompensé par une balade aromatique et savoureuse qui est si richement parsemée d’ingrédients que vous penseriez que le chef a accidentellement laissé tomber le double de la portion de friandises. Mais si vous vous attendiez à un riz couleur safran servi dans une poêle traditionnelle, détrompez-vous. Wurst adopte l’approche directe (très teutonique, si l’on peut dire) et empile plutôt tout sur une assiette, en un tas succulent et joyeux. De petits morceaux de riz croustillant (socarrat, comme l’appellent les Espagnols) se mêlent aux morceaux de protéines et à l’ajout très catalan d’une cuillerée d’aïoli crémeux infusé à l’ail.

Pour les puristes, soyez indulgents avec le fait que l’arroz bomba n’est pas utilisé ici mais plutôt un riz à grain court plus abordable. Mais alors que seuls les cuisiniers expérimentés savent gérer ce dernier, soyez assuré que vous ne trouverez aucun défaut avec le plat du chef Logan Lopez – sauf que vous devrez probablement commander une deuxième portion car une seule ne suffit clairement pas.

Mais revenons au restaurant lui-même. Wurst est une petite épicerie de quartier à Lucky Garden – elle a été récemment transférée de Bukit Bintang à Bangsar – dirigée par Lopez, un vétéran de l’industrie qui a travaillé dans plusieurs établissements de la ville, dont la brasserie française Le Bouchon, le groupe italien Marini’s et Bait, le premier de KL. bar à huîtres dédié. Le talentueux chef a également accumulé de l’expérience en travaillant sous la direction du célèbre chef Johann Lafer dans son restaurant légendaire situé dans le château médiéval de Stromburg, au bord d’une montagne en Rhénanie allemande.

Les intérieurs sont étroits et un peu à l’étroit mais ce qu’il manque d’espace, il le compense avec des serveurs attentifs et des intérieurs gais et sans prétention. Les peintures murales évoquent l’amour de la centrale finlandaise Marimekko pour les imprimés et la couleur, et si vous appréciez le design, vous remarquerez quatre chaises Tip Ton empilées dans un coin. Si vous le souhaitez, demandez plutôt à vous asseoir dessus car il est difficile de ne pas prendre un bon repas en savourant de délicieuses bouchées tout en se berçant de temps en temps sur la chaise désormais emblématique conçue par Edward Barber et Jay Osgerby pour Vitra en 2011.

Outre les saucisses allemandes et la paella espagnole, il y a plusieurs autres plats au menu qui vous feraient penser que le chef-propriétaire manque vraiment de voyager. Il y a les plats tributaires de la Grande-Bretagne comme en témoignent le saumon Wellington (RM43) et le pâté chinois à l’agneau (RM39) ainsi que le burger d’agneau aux épices turques (RM39) et la moussaka aux aubergines grecques (RM38). L’Italie est une visite incontournable dans le menu de Lopez car la carbonara de crabe de boue (RM42, avec votre choix de pâtes) était riche et délicieuse, amoureusement baignée de crème et généreusement parsemée de morceaux charnus de chair de crabe. La seule destination que nous vous demanderions de manquer serait la Jamaïque, car le poulet jerk (RM39) que nous avons commandé s’est avéré sec et terne par rapport à tout le reste.

Même la liste des boissons est aussi internationale que le menu, offrant la chicha morada péruvienne rarement vue (en tout cas en Malaisie) (RM17), qui est une boisson andine traditionnelle à base de maïs violet. Ce n’est qu’à ce moment-là que Lopez a laissé entendre que la carte des boissons était organisée par KC Phang de Coley Cocktail Bar. Wurst ne sert pas de porc mais propose une bonne sélection de bières, de vins et d’alcools. Fidèle à sa nature conviviale, vous êtes également le bienvenu au BYOB avec un modeste droit de bouchon de 50 RM imposé pour le vin et de 100 RM pour les alcools forts. Il y a des bières allemandes Paulaner et Franziskaner ainsi que Guinness Stout, Asahi et les incontournables locaux de Carlsberg et Tiger. Fait intéressant, l’étiquette à la pression est la moins commune Edelweiss – une bière haut de gamme des Alpes autrichiennes dont l’histoire remonte à 1646, ce qui en fait l’une des premières bières de blé au monde – dont le prix est très décent de 16 RM par tirage.

Malheureusement, le jour de notre visite, le Berliner (RM18), rendu tristement célèbre par la gaffe de John F Kennedy en 1963, dans laquelle le chef du monde libre se prétendait un beignet à la gelée allemande sans trou alors qu’il se tenait près du mur à Berlin-Ouest, n’était pas disponible. Pour ceux qui doivent simplement terminer un repas sur une note sucrée, il y a la crème brûlée à la vanille avec compote de baies sauvages (RM19) ainsi que la bombe à sucre américaine appelée S’mores (RM20), une concoction traditionnelle de feu de camp de guimauve cuite, d’arachide et de pâtes à tartiner au chocolat et biscotti. Mais si vous vous êtes déjà lié d’amitié avec le sympathique et bavard chef, vous pouvez choisir de vous laisser tenter par le #Loggytime (23), un jeu de mots sur son nom qui est un dessert au chocolat composé de chapelure de charbon de bois, de nid d’abeille, de ganache, de sucre salé et de chocolat blanc. gelato – une fin sophistiquée à un repas satisfaisant dans une partie la plus modeste de Bangsar.

Wurst, 15-G, Persiaran Ara Kiri, Taman Lucky Garden, Bangsar, KL. 03 2201 0609. Horaires : midi à 15h30 ; De 16h30 à 22h30 (du mardi au samedi) et de 10h à 15h30 et de 16h40 à 22h30 (dimanche).

Cet article a été publié pour la première fois le 11 mai 2022 dans The Edge Malaysia.



Laisser un commentaire