Keurig accepte de payer une amende de 3 millions de dollars dans le cadre d’un règlement K-Cups « recyclable »


Keurig K-Cup

photo: Joe Raedle / Getty Images (Getty Images)

Il s’avère que les millions de machines qui nécessitent des dosettes de café en plastique à usage unique ne sont pas bonnes pour l’environnement, et Keurig est enfin torréfié pour cela.

Le Bureau de la concurrence, un organisme de réglementation au Canada chargé d’étouffer les pratiques commerciales trompeuses, a déclaré que Keurig Canada paiera une amende de 3 millions de dollars pour ne pas avoir fait preuve de transparence quant à la recyclabilité de ses produits.

Le bureau a déclaré jeudi qu’il et l’entreprise étaient volontairement parvenus à un règlement pour payer l’amende, faire un don de 800 000 $ à un organisme de bienfaisance environnemental et couvrir 85 000 $ en dépenses du Bureau de la concurrence, selon Nouvelles de CTV citant La Presse Canadienne.

Keurig a fait l’objet d’une enquête pour avoir prétendu que les clients pouvaient recycler ses dosettes en retirant le couvercle en papier d’aluminium et en jetant le marc de café. Le bureau a trouvé que les instructions étaient insuffisantes pour que les dosettes soient largement acceptées dans les programmes de recyclage et a noté que le Québec et la Colombie-Britannique étaient les seules provinces à recycler les K-Cups.

En plus des frais, Keurig Canada doit changer son emballage, publier des avis sur les changements sur son site Web, ses plateformes de médias sociaux et dans les médias nationaux. Et si cela ne suffit pas à informer les clients, l’entreprise doit également placer de nouvelles instructions de recyclage dans ses machines de brassage Keurig et envoyer un e-mail aux abonnés de son service.

Cynthia Shanks, directrice principale des communications et du développement durable de Keurig Canada, a déclaré à la Presse canadienne que Keurig avait échangé le plastique utilisé pour ses dosettes contre un autre généralement accepté dans les centres de recyclage canadiens il y a trois ans, mais a admis qu’ils ne sont pas recyclés partout.

« L’entente avec le Bureau de la concurrence du Canada améliorera davantage nos communications, rappelant aux consommateurs de vérifier si les dosettes K-Cup sont acceptées dans le programme de recyclage de leur municipalité et, le cas échéant, toute étape supplémentaire qui pourrait être nécessaire pour préparer les dosettes pour le recyclage, », a déclaré Shanks.

Ce n’est pas non plus la première fois que les K-Cups de Keurig créent des problèmes. Le mois dernier, Keurig Green Mountain a réglé un Poursuite déposée en Californie avec un client qui a également affirmé que la société mentait sur le fait que ses K-Cups en polypropylène étaient recyclables. Les détails du procès n’ont pas été rendus publics.

Pourtant, vous devez vous demander combien de ces petites cosses blanches continueront à terroriser l’environnement. Les étapes nécessaires pour rendre ces dosettes recyclables seront inévitablement ignorées par les employés de bureau ou les clients à domicile qui ont, pendant des années, jeté instinctivement ces gobelets en plastique inutiles à la poubelle. Pour mettre le problème en perspective, en 2014, suffisamment de K-Cups ont été vendues pour faire 10,5 fois le tour du monde, et la plupart ont fini dans des décharges.

Même lorsqu’elles se retrouvent dans le bac de recyclage, il n’y a aucune garantie que les K-Cups soient recyclées, comme le règlement canadien l’indique clairement. Le système de recyclage américain est presque complètement cassé, et Keurig ne fait qu’ajouter les déchets qui s’accumulent dans les décharges et emporté dans l’océan. Il est peut-être temps pour le monde d’accepter collectivement de boire une bonne tasse de café sans plastique.

Laisser un commentaire