Hazzaa al-Mansoori, premier astronaute des Émirats arabes unis, s’envole vers la station spatiale

Source link

Les Émirats arabes unis ont envoyé leur premier astronaute dans l’espace. C’est une étape dans un programme spatial ambitieux et naissant pour un pays riche en pétrole de la taille du Maine le long de la rive sud du golfe Persique. L’année prochaine, il prévoit d’envoyer un vaisseau spatial robotique sur Mars, et ses dirigeants parlent de coloniser la planète rouge dans un siècle.

Les responsables émiratis espèrent que l’espace inspirera et formera une génération d’ingénieurs et de scientifiques qui pourront aider à préparer le pays à un avenir post-pétrolier.

Hazzaa al-Mansoori, un ancien pilote émirati de F-16, a été lancé mercredi pour la Station spatiale internationale dans une capsule spatiale Soyouz depuis un port spatial russe au Kazakhstan. Étaient également à bord Jessica Meir de la NASA et Oleg Skripochka de Russie. Après un voyage rapide de six heures, le vaisseau spatial s’est amarré à la station à 15h42, heure de l’Est.

« Je vais essayer de me souvenir de chaque seconde du lancement lui-même », a déclaré M. al-Mansoori lors d’une conférence de presse ce mois-ci. « Parce qu’il sera vraiment très important pour moi de le partager avec tout le monde et mon pays, le monde entier et la région arabe. »

Quelques heures avant le lancement, M. al-Mansoori a également tweeté sur son voyage.

La station sera bondée pendant les huit prochains jours avec neuf occupants avant que trois d’entre eux, dont M. al-Mansoori, ne retournent sur Terre le 3 octobre.

Pendant son séjour en orbite, M. al-Mansoori doit participer à une série d’expériences et effectuer une visite de la station spatiale en arabe.

Mais son voyage mettra également en lumière de nouvelles opportunités pour les pays qui souhaitent se lancer dans la course à l’espace. Les Émirats ne font pas partie du consortium de pays qui participent à la Station spatiale internationale. Il y a deux ans, le pays n’avait pas non plus d’astronautes.

En décembre 2017, le cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum, le souverain de Dubaï, qui est l’un des sept cheikhs qui composent les Émirats arabes unis, a publié sur Twitter le projet du pays de lancer un programme de vols spatiaux habités.

Sans fusée ni vaisseau spatial propre, le Centre spatial Mohammed bin Rashid à Dubaï a acheté un siège sur le Soyouz de l’agence spatiale russe de la même manière que les riches touristes de l’espace ont également acheté des voyages vers la station spatiale. C’est pourquoi la NASA qualifie M. al-Mansoori de « participant à un vol spatial » et non en tant qu’astronaute professionnel.

Le prix n’a pas été révélé publiquement.

Sur plus de 4 000 candidats qui souhaitaient occuper le siège de Soyouz, le centre spatial en a sélectionné deux : M. al-Mansoori et son remplaçant, Sultan al-Neyadi.

M. al-Mansoori, 35 ans, est père de quatre enfants.

Les deux se sont rendus en Russie pour s’entraîner, y compris les techniques de survie en plein air au cas où la capsule Soyouz de retour atterrirait loin du cours. M. al-Mansoori a publié sur Twitter ses expériences d’astronaute, principalement en arabe, parfois en anglais :

Certaines des expériences que M. al-Mansoori va mener l’attendent déjà sur la station spatiale. NanoRacks, une entreprise basée à Houston, a collaboré avec le Mohammed bin Rashid Space Center sur un concours qui a sélectionné 32 expériences d’étudiants émiratis étudiant l’effet de l’apesanteur sur des matériaux comme le sable, l’acier, l’huile de maïs, le ciment et les blancs d’œufs.

D’autres expériences émiraties comprennent une étude de l’émulsification de l’huile dans un environnement en apesanteur, ainsi qu’une seconde pour faire germer une graine de palmier dattier originaire du pays.

NanoRacks a annoncé la semaine dernière l’ouverture d’un bureau à Abu Dhabi, le plus grand émirat.

« Ils veulent vraiment devenir une nation spatiale », a déclaré Jeffrey Manber, directeur général de NanoRacks. « J’aime aussi le fait, pour être franc, qu’ils travaillent confortablement avec la Russie, ils travaillent confortablement avec la Chine et ils travaillent confortablement avec les États-Unis et l’Agence spatiale européenne. Je pense que c’est un modèle pour l’avenir.

Euroconsult, une société de conseil internationale spécialisée sur les marchés spatiaux, a rapporté que les Émirats avaient dépensé 383 millions de dollars dans l’espace l’année dernière. C’est beaucoup moins que les près de 41 milliards de dollars dépensés par les États-Unis ou même les 1,5 milliard de dollars par l’Inde, mais c’est plus que ce que le Canada a dépensé.

Virgin Galactic a signé en mars un protocole d’accord avec l’agence spatiale des Émirats arabes unis qui vise à établir un port spatial dans le pays.

L’année prochaine, les Emirats ont l’intention de lancer leur mission Mars, un vaisseau spatial appelé Hope. La sonde, au sommet d’une fusée japonaise, doit emporter cinq instruments qui doivent étudier la perte d’hydrogène et d’oxygène gazeux des parties supérieures de l’atmosphère martienne.

Pour Hope, les Emirats travaillent avec trois universités américaines : l’Université du Colorado, l’Université d’État de l’Arizona et l’Université de Californie à Berkeley.

Sultan bin Salman Al Saud, membre de la famille royale d’Arabie saoudite, a été le premier Arabe et musulman à aller dans l’espace en tant que membre d’une mission de navette spatiale de la NASA en 1985. Il dirige maintenant l’Agence spatiale saoudienne.

Muhammed Ahmed Faris, un pilote militaire syrien, s’est envolé pour la station spatiale russe Mir en 1987.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire