Guide Maroc : 10 choses à savoir avant de partir


Note de l’éditeur — Cette histoire a été publiée à l’origine en mai 2013.

(CNN) — Des arcs-en-ciel de couleurs, des odeurs de marché aux épices, un orchestre urbain de sons : le Maroc peut être bouleversant au début.

Situé à 13 kilomètres des côtes espagnoles, ce pays d’Afrique du Nord mélange magie du Moyen-Orient, tradition berbère et flair européen.

Le tourisme a plus que doublé depuis 2002, pour atteindre près de 10 millions de visiteurs en 2011. Le roi Mohammed VI souhaite porter le nombre de visiteurs annuels à 18 millions d’ici 2020.

La stratégie du souverain s’appuie sur le développement des infrastructures, ce qui facilite encore plus les déplacements à travers le pays.

Ajoutez à cela un programme de réformes sociales, politiques et économiques en cours, et le Maroc est l’un des pays les plus modérés et les plus pacifiques de la région.

Voici 10 choses que vous voudrez savoir avant votre arrivée :

1. Les cafés dominent la vie à Tanger.

Les cafés sont le lieu clé pour socialiser, du moins pour les hommes marocains. Ils se rassemblent pour boire du thé à la menthe sucré et regardent les gens vaquer à leurs occupations.

La ville portuaire du nord de Tanger a une histoire de bohème littéraire et d’activités illicites, grâce à son statut de Zone internationale de 1923 à 1956.

Les années Interzone et les décennies enivrantes qui ont suivi ont vu des écrivains, des rock stars et des excentriques affluer dans les plus de 800 cafés de la ville.

Deux sites incontournables : Café Hafa (Ave Hadi Mohammed Tazi), surplombant le détroit de Gibraltar, était le lieu de prédilection du plus célèbre expatrié, écrivain et compositeur de Tanger, Paul Bowles.

Fumé et légèrement énervé, Café Baba (1 rue Sidi Hosni) est l’endroit le plus cool de la Kasbah. Une photo de Keith Richards, kif-pipe à la main, orne toujours les murs crasseux.

2. La plupart des mosquées sont interdites aux non-musulmans.

Près de 99% de la population est musulmane, et entendre pour la première fois l’appel mélodique du muezzin à la prière est un moment vertigineux.

Alors que très peu de mosquées marocaines sont ouvertes aux non-musulmans, une exception est l’imposante mosquée Mosquée Hassan II à Casablanca (Boulevard Sidi Mohammed Ben Abdallah; +212 522 22 25 63).

Située sur un promontoire au-dessus de l’océan Atlantique, la mosquée a été achevée en 1993 et ​​peut contenir 105 000 fidèles à l’intérieur et à l’extérieur.

Tradition et technologie se côtoient, avec du zellij coloré (carreaux de mosaïque), du stuc complexe et du cèdre sculpté complétant le toit rétractable et le plancher chauffant.

Si vous ne pouvez pas vous rendre à la Casa, Marrakech du XVIe siècle Ali ben Youssef madrassa-devenu-musée (Pl Ben Youssef ; +212 524 44 18 93) est ouvert à tous et présente également un design islamique impressionnant.

3. Les marocains multilingues vous feront honte.

L'arabe est la langue officielle, mais vous entendrez également le français, l'espagnol, le berbère et divers dialectes.

L’arabe est la langue officielle, mais vous entendrez également le français, l’espagnol, le berbère et divers dialectes.

glen pearson/cnn

Les Marocains changent de langue au milieu d’une phrase, reflétant les cultures – berbère, arabe, française et espagnole – qui ont sillonné le pays.

L’arabe est la langue officielle et vous entendrez le dialecte marocain, le darija, parlé dans la rue.

Le français continue d’être largement parlé dans les villes; les étrangers sont souvent abordés dans cette première. L’espagnol est encore parlé à Tanger.

Il existe également trois dialectes principaux parlés par la majorité berbère du pays : le tashelhit, le tamazight et le tarifit.

Vous pourrez vous débrouiller avec l’anglais dans les principaux centres touristiques, bien que « La, shukran » (« Non, merci » en arabe) soit une phrase à maîtriser.

4. Ne restez pas coincé à Marrakech.

Marrakech est à juste titre populaire, mais il y a tellement plus.

Pour une tranche du Sahara, il y a la ville du désert de Merzouga, près des impressionnantes dunes de sable de l’Erg Chebbi, accessibles via des randonnées à dos de chameau.

Les types actifs peuvent marcher entre villages berbères dans le Haut Atlas ou dirigez-vous vers la ville andalouse aux teintes bleues de Chefchaouen pour explorer les montagnes du Rif.

Les amateurs de plage vont adorer décontracté Essaouira et Sidi Ifni sur la côte atlantique, tandis que les surfeurs se dirigent souvent vers le sud Taghazout.

Pour une contemplation tranquille, la ville la plus sainte du Maroc, Moulay Idriss, est difficile à battre. De plus, vous aurez pour vous les ruines romaines voisines de Volubilis.

5. Si vous n’aimez pas le cumin, vous risquez de mourir de faim.

Le cumin est l’une des principales épices utilisées dans la cuisine marocaine. Cette poudre piquante est utilisée pour tout parfumer, des tajines au méchoui (agneau rôti lentement).

Le cumin est utilisé comme condiment sur la plupart des tables marocaines, avec le sel et le piment. C’est aussi un remède naturel populaire contre la diarrhée.

« Le cumin a des propriétés antiparasitaires, donc si vous avez mal au ventre, une cuillerée de cumin renversée avec de l’eau vous aidera », a déclaré le guide alimentaire Gail Leonard avec Plan-It Fès.

6. Les trains sont bon marché, confortables et fiables.

Les voyages en train en première classe au Maroc sont abordables et en valent la peine.  Soyez juste prêt à partager votre nourriture.

Les voyages en train en première classe au Maroc sont abordables et en valent la peine. Soyez juste prêt à partager votre nourriture.

Glen Pearson/cnn

Compagnie ferroviaire ONCF exploite l’un des meilleurs réseaux ferroviaires d’Afrique, ce qui en fait le moyen le plus simple de voyager entre les villes.

Cela vaut la peine de payer un supplément pour la première classe, qui comprend un siège réservé et la climatisation.

Les voitures de première classe ont des compartiments à six places ou des sièges décloisonnés. Faites le plein de collations ou achetez-les à bord, car il est de coutume de partager de la nourriture.

Lorsqu’il s’agit de se rendre dans les petites villes et villages, les bus et les grands taxis, généralement de vieilles berlines Mercedes pouvant accueillir six personnes (au squash), sont les meilleurs.

7. Le couscous est servi le vendredi.

Vous le verrez sur chaque menu de restaurant, mais traditionnellement, le couscous est servi le vendredi, lorsque les familles se réunissent après la prière.

C’est parce que le matériel approprié (pas le paquet) prend beaucoup de temps à préparer.

La semoule grossière est roulée à la main en petits granulés pour être cuite à la vapeur et gonflée trois fois. Il est de couleur pâle, délicieusement crémeux et servi avec des légumes et/ou de la viande ou du poisson.

Le pain est le glucide de base et est servi à chaque repas, à l’exception du couscous.

Il est cuit dans des fours à bois communaux, l’un des cinq équipements que l’on trouve dans chaque quartier (les autres étant un hammam ou un bain public ; une fontaine à boire ; une mosquée et une école maternelle).

8. Les toits des riads sont rocailleux.

La maison marocaine traditionnelle (riad) est construite autour d’une cour centrale avec des fenêtres tournées vers l’intérieur pour plus d’intimité.

Ils sont ornés de zelliges élaborés, de stuc et de cèdre peint et sont facilement les endroits les plus atmosphériques où séjourner.

Alors que les Marocains ont tendance à utiliser leurs toits comme cordes à linge, une terrasse sur le toit d’un riad est l’endroit idéal pour admirer le coucher du soleil.

A Marrakech, le design italien Riad Joya (Derb El Hammam, Quartier Mouassine ; +212 524 391 624; www.riadjoya.com) offre une vue imprenable sur le minaret de la mosquée Koutoubia, tandis que cinq étoiles La Sultane (403 rue de la Kasbah ; +212 524 388 008; www.ghotw.com/la-sultana) surplombe les montagnes de l’Atlas.
Les meilleurs choix à Fès sont les bohèmes Riad Idrissy (13 Derb Idrissi, Sieje, Sidi Ahmed Chaoui, +212 649 191 410 ; www.riadidrissy.com) et sa terrasse ensoleillée, tandis que Dar Roumana (30 Derb el Amer, Zkak Roumane ; +212 535 741 637; www.darroumana.com) offre une vue imprenable sur la plus grande ville islamique médiévale vivante au monde.

9. Quand vous entendez « balak ! » Fais attention.

Les rues étroites des souks du Maroc sont remplies de marchands, de prostitués, de muletiers et de scooters.

Les rues étroites des souks du Maroc sont remplies de marchands, de prostitués, de muletiers et de scooters.

Glen Pearson/cnn

Les souks du Maroc ne sont pas pour les timides. Les rues étroites regorgent de marchands, d’arnaqueurs, de muletiers et de scooters.

La règle n°1 est de s’écarter lorsque vous entendez « Balak ! » Cela signifie qu’il y a une charrette à bras ou une mule lourdement chargée qui vous fonce dessus.

Vous vous perdrez inévitablement, car les cartes n’incluent généralement pas le dédale de petites ruelles qui composent la médina.

Un guide peut vous aider à vous repérer et à repousser les rabatteurs, mais sachez que tout ce que vous achetez aura sa commission intégrée au prix.

Alternativement, prendre des clichés de points de repère avec votre smartphone peut vous aider à retrouver votre chemin vers votre hébergement.

10. Ce n’est pas bizarre d’être baigné par un inconnu.

Il existe de nombreux hammams d’hôtels chics, mais rien ne vaut une visite dans un bain public sans fioritures.

Repérer l’entrée peut être difficile, car la plupart des panneaux sont écrits en arabe. Cherchez un magasin vendant des articles de toilette ou une mosquée, car ils sont généralement à proximité.

Il est conseillé de se munir de savon à l’huile d’olive noire, de ghassoul (argile utilisée comme après-shampooing), d’un kiis (gant exfoliant) et d’un tapis pour s’asseoir. Les visiteurs doivent apporter leurs propres serviettes, peigne et tongs.

Les femmes mettent leur culotte (pas de soutien-gorge) et les hommes portent des sous-vêtements. Ensuite, vous serez cuit à la vapeur, frotté et matraqué jusqu’à ce que vous soyez parfaitement propre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *