Greenpeace exhorte l’Europe à abandonner les vols courts et à prendre des trains


BRUXELLES (AP) — Une étude commandée par le groupe environnemental Greenpeace montre que plus d’un tiers des vols court-courriers les plus fréquentés d’Europe disposent d’alternatives ferroviaires viables et beaucoup moins polluantes.

Le groupe a appelé mercredi les gouvernements européens à stimuler les voyages en train afin que moins d’avions polluants survolent le continent. L’étude d’OBC Transeuropa a montré que 34% des 150 vols court-courriers les plus fréquentés ont des alternatives de voyage en train de moins de 6 heures.

L’étude, publiée avant un sommet des Nations Unies sur le changement climatique qui s’ouvre dimanche à Glasgow, en Écosse, a mis en évidence certaines routes aériennes particulièrement problématiques, celles dont les vols, selon les auteurs, peuvent émettre une douzaine de fois plus de dioxyde de carbone que les trains.

Les trajets, dont Madrid-Barcelone, Francfort-Berlin et Bruxelles-Amsterdam, pourraient être parcourus en train en deux à quatre heures, selon l’étude.

« L’Europe pourrait remplacer la quasi-totalité des 250 principaux vols court-courriers et économiser quelque 23,4 millions de tonnes de CO2 par an, autant que les émissions annuelles de CO2 de la Croatie », a déclaré Greenpeace.

Le rapport indique que cela aiderait si les gouvernements de l’Union européenne encourageaient davantage les voyages en train, en particulier les trains de nuit, selon le rapport.

Les compagnies aériennes soutiennent que certains vols court-courriers sont nécessaires car ce sont des liaisons essentielles pour les voyages sur de plus longues distances.

___

Suivez la couverture climatique d’AP sur https://apnews.com/hub/climate

Laisser un commentaire