Giteau Law façonnera le parcours WC des Wallabies


Comment Rugby Australie modifie la loi Giteau façonnera la voie vers la Coupe du monde 2023 après une saison de test yo-yoing qui a offert un pic des deux côtés de la clôture.

L’équipe de Dave Rennie a terminé une campagne de 14 tests avec sept victoires, avec un championnat de rugby impressionnant, la viande dans un sandwich à la Bledisloe Cup et à la douleur du Spring Tour.

Des défaites record contre la Nouvelle-Zélande et le premier voyage sans victoire dans l’hémisphère nord depuis 1976 ne sont pas une bonne lecture.

Mais les petits caractères montrent une existence de bulle COVID-19 sans précédent et le fait que seuls trois joueurs étaient présents dans les 15 qui ont commencé à la fois dans le premier et le dernier test.

Hunter Paisami était l’un d’entre eux, mais il a raté une partie suffisamment importante entre les deux pour que son remplaçant Samu Kerevi remporte une nomination au titre de joueur mondial de l’année.

Le barnstorming à l’intérieur du centre a été un choc pour le groupe Test aux côtés d’autres talents basés à l’étranger, Sean McMahon, Quade Cooper, Tolu Latu, Will Skelton, Rory Arnold et Kurtley Beale.

Le partenariat de Cooper et Kerevi en particulier a été récompensé, les victoires consécutives contre l’Afrique du Sud étant le point culminant alors que l’Australie est passée de la septième à la troisième place du classement mondial.

Ils sont partis aussi vite qu’ils sont arrivés, quelques jours désordonnés de conversations club contre pays se terminant par la paire et McMahon restant au Japon.

Leurs absences au Royaume-Uni ont bouleversé l’équilibre de l’équipe et ont laissé Rennie se démener, avec une défaite malchanceuse contre le Pays de Galles, une finale frustrante qui a vu les Wallabies redescendre au 5e rang.

De ce groupe d’outre-mer, seuls Beale et Cooper sont éligibles pour rejouer selon les règles d’éligibilité actuelles, le plafond de service de 60-Test ou de sept ans familièrement alors que la loi Giteau a été assouplie en raison de COVID-19 et doit maintenant être révisée avant la maison de l’année prochaine série contre l’Angleterre.

Leur passage dans l’or de Wallaby a révélé les deux côtés de la médaille – et a résumé la saison en général – alors que Rugby Australie réfléchit à la manière de modifier de manière permanente sa politique de sélection et de fournir à Rennie la structure nécessaire pour véritablement formuler son assaut en Coupe du monde.

« C’était de vraies montagnes russes; ce n’était pas brillant contre la Nouvelle-Zélande, les cinq ou six matchs suivants ont été vraiment positifs et ensuite la tournée a été beaucoup plus difficile que je ne le pensais », a déclaré à AAP le double vainqueur de la Coupe du monde, Phil Kerns.

« Ils doivent se ressaisir, mais je préfère perdre maintenant que dans deux ans (à la Coupe du monde en France).

« Et il n’y a aucun moyen que notre équipe soit près d’être installée, nous l’avons vu grâce à la sélection, une fois installée, vous constaterez une réelle amélioration. »

Le PDG de Rugby Australie, Andy Marinos, a déclaré que l’examen de fin d’année, qui aura lieu une fois que Rennie reviendra d’Angleterre où il entraînera les Barbarians ce week-end, aiderait idéalement à établir une structure de sélection permanente qui ne changerait pas en Coupe du monde. année.

Et il a déclaré qu’une tournée des Lions britanniques et irlandais en 2025 en Australie pour suivre la prochaine Coupe du monde encouragerait les joueurs à rester ou à revenir au Super Rugby, plutôt que de s’appuyer sur un ajustement de l’éligibilité pour se qualifier.

« Cela a attiré beaucoup d’attention … nous aimerions avoir le plus de cohérence possible », a-t-il déclaré à propos de la loi Giteau.

« Nous l’avons vu cette année lorsque nous avons commencé à gagner… les joueurs veulent jouer là où ils vont obtenir de l’argent, grandir et se développer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *