Edirisinghe officiera aux championnats du monde seniors ElPozo BWF en Espagne – The Island


Rugby à 7 asiatique à Dubaï

par un correspondant sportif spécial

Les joueurs de rugby en herbe du Sri Lanka ont appris de dures leçons lors de la récente Asian Rugby Sevens Series à Dubaï, où ils ont été arrêtés par les Émirats arabes unis (EAU) lors de la finale du championnat de la plaque.

La caractéristique la plus notable des insulaires était qu’ils étaient sous-préparés pour le tournoi. Ils étaient gravement handicapés par l’absence des seniors ; ces joueurs se faisant « indénombrables » étant donné qu’ils n’ont pas participé à l’épreuve de sélection qui s’est déroulée sous la forme d’un tournoi national de rugby à sept.

Mais les membres d’une équipe sri lankaise virtuelle de deuxième corde ont joué à fond pendant les deux jours de rugby à Dubaï où tout le monde s’est vite rendu compte que s’entraîner pendant au moins six mois en équipe est une caractéristique essentielle de la recette du succès à n’importe quelle forme de fédération de rugby. Les Sri Lankais n’ont pas non plus eu la chance d’avoir l’avantage d’être dans un centre de haute performance ; une facilité dont disposaient la plupart des équipes asiatiques avant d’embarquer pour leur voyage à Dubaï. Comme au Sri Lanka, toutes les meilleures équipes du tournoi n’avaient pas de rugby national, mais leurs autorités avaient veillé à ce que les joueurs reçoivent une formation approfondie dans des centres de haute performance avant de réserver leurs billets pour Dubaï.

Le président du Sri Lanka Rugby Rizly Illyas, lorsqu’il a été contacté, a déclaré: «Je suis ici avec SLR pour faire avancer le rugby après ma participation aux Asian 7’s à Dubaï. Nous avons été blessés mais nous en sortirons plus forts. Parler du passé ne redonnera pas au rugby SLR la même opportunité pour une place dans les World Series. »

Le président de la SLR a également déclaré qu’il était en conversation avec le ministre des Sports Namal Rajapaksa, qui avait également souligné la nécessité d’une formation approfondie et de sessions dans un centre de haute performance pour aller de l’avant.

Illyas a déclaré que les joueurs avaient joué avec courage en ajoutant : « Toutes les meilleures équipes étaient battables. Les matchs étaient très physiques et le niveau de rugby produit lors du tournoi était élevé. Faute de préparation, il n’y avait pas de combinaison entre les joueurs.

Commentant la participation du Sri Lanka au tournoi, le président de SLR a déclaré : « Cela s’est avéré être un voyage coûteux pour nous parce que nous avons été punis, mais c’était un bon voyage après tout ».

« SLR annoncera bientôt son calendrier pour 2022 et annoncera la voie à suivre pour l’équipe des 7 en préparation des deux grands tournois en 2022, les Jeux du Commonwealth et Asiad », a déclaré Illyas. « Nous élaborons un document de concept sur les plans SLR qui sera bientôt soumis au ministre », a-t-il ajouté.

Le Sri Lanka a perdu dans les combats auxquels il a participé lors de la première journée contre le Japon (31-14), les Émirats arabes unis (29-7) et la Chine (32-0), mais s’en est mieux tiré lors de la deuxième journée en battant les Philippines 28-26 dans la plaque Demi-championnat avant de s’incliner face aux Emirats Arabes Unis en finale.

L’équipe du Sri Lanka dirigée par Adeesha Weeratunga avait les services de Kanchana Ramanayake, Nishon Perera, Sachith Silva, Iroshan Silva, Sudaraka Dikkubura, Janidu Dilshan, Samuel Ogbebor, Kushan Indunil, Anjula Hettiarahchi, Ishara Madshan et Nuwan Perera et étaient coachés par Ibrahim Nefera. ; l’ensemble de l’équipe sous les yeux attentifs du directeur du Rugby Sevens Ben Gollings.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *