Deux fois exilé, le Shakhtar Donetsk rêve d’une maison déchirée par la guerre

[ad_1]

Publié le: Modifié:

Istanbul (AFP) – Ils avaient déjà fui leur domicile dans l’est de l’Ukraine pour Kiev lorsque leur nouveau stade brillant a été bombardé au cours des premières semaines d’une insurrection soutenue par la Russie en 2014.

Aujourd’hui, les joueurs de l’éternel champion de football ukrainien Shakhtar Donetsk s’entraînent en Turquie en raison de l’invasion totale par la Russie de leur ancien État soviétique.

Le capitaine de l’équipe et de l’équipe nationale Andriy Pyatov – un imposant gardien de but de 37 ans qui a joué sur certains des terrains les plus célèbres d’Europe au cours de son illustre carrière – est fatigué de la vie en exil.

« C’est très difficile de continuer à perdre sa maison », a-t-il déclaré lors d’une pause dans la séance d’entraînement de l’équipe à Istanbul pour une série de matchs amicaux organisés pour collecter des fonds pour les enfants rendus orphelins par la guerre.

« Nous devons courir d’un endroit à un autre à cause d’un tyran, d’un dictateur », a-t-il déclaré en référence au président russe Vladimir Poutine.

Merveilles errantes

Les pérégrinations du Shakhtar ont captivé l’imagination des fans à travers l’Ukraine et une grande partie du monde du football.

Le club a d’abord déménagé sa base d’entraînement dans la capitale ukrainienne, qui abrite ses rivaux du Dynamo Kyiv.

Ils ont finalement joué la plupart de leurs matchs dans la ville occidentale de Lviv.

La capitale culturelle ukrainienne a de fortes traditions nationalistes et un lien historique plus étroit avec la Pologne voisine que Moscou, bien plus éloignée.

La maison d’origine du Shakhtar à Donetsk est devenue le bastion d’une nouvelle direction soutenue par le Kremlin dans l’est de l’Ukraine, largement russophone.

Le Shakhtar Donetsk joue une série de matchs amicaux pour collecter des fonds pour les enfants rendus orphelins par la guerre
Le Shakhtar Donetsk joue une série de matchs amicaux pour collecter des fonds pour les enfants rendus orphelins par la guerre ANGELOS TZORTZINIS AFP

Ce contraste a rendu le soutien écrasant que les joueurs ont reçu à Lviv d’autant plus poignant. Le succès sur le terrain a également aidé.

Pyatov a été impliqué dans 10 des 13 titres de champion de la ligue ukrainienne du Shakhtar.

Ils menaient à nouveau la ligue lorsque le jeu a été suspendu lorsque l’assaut russe a commencé le 24 février.

La maison la plus récente du Shakhtar dans la ville de Kharkiv, au nord-est, a connu certains des combats les plus meurtriers de la guerre.

Exode brésilien

Le Shakhtar est arrivé à Istanbul le 6 avril pour préparer une tournée de matches amicaux qui a débuté la semaine dernière à Athènes contre le géant grec Olympiakos.

L’équipe a également affronté le Lechia Gdansk en Pologne jeudi et affrontera le Fenerbahce d’Istanbul ainsi que le Hajduk Split de Croatie début mai.

L’entraîneur de l’équipe Roberto De Zerbi est revenu d’Italie pour préparer ses hommes pour la tournée.

« Je n’aime pas l’idée d’abandonner maintenant », a-t-il déclaré à l’AFP au sujet de sa décision de rester avec une équipe emportée par une guerre.

Pourtant, l’équipe actuelle ne ressemble guère à celle qui a remporté son dernier match de championnat avant la trêve hivernale en décembre.

Les 13 joueurs brésiliens du Shakhtar sont tous rentrés chez eux ou ont signé avec des clubs européens
Les 13 joueurs brésiliens du Shakhtar sont tous rentrés chez eux ou ont signé avec des clubs européens NELSON ALMEIDAAFP

Les 13 joueurs brésiliens du club sont tous rentrés chez eux ou ont signé avec d’autres équipes européennes.

Et deux des joueurs locaux ont décidé de rester en Ukraine.

L’épouse du milieu de terrain Georgiy Sudakov est sur le point de donner naissance au premier enfant du couple tandis que le défenseur Viktor Kornienko a rejoint les volontaires qui composent les nouvelles unités de défense territoriale ukrainiennes.

Même le voyage en Turquie a été une aventure.

L’ensemble de l’équipe avait besoin de permis spéciaux du gouvernement car tous les hommes ukrainiens en âge de combattre se sont vu interdire de quitter le pays pendant toute la durée de la guerre.

« Je rêve encore »

L’entraîneur De Zerbi comprend que certains de ses joueurs pourraient atteindre un point où ils ne peuvent plus continuer à jouer au football et se sentent obligés de prendre les armes pour défendre leur terre.

« S’il se bat pour la liberté, pour la dignité, pour la fierté, pour le pays, je ne ferai que le féliciter », a déclaré l’Italien de 42 ans.

Le prochain match amical du club contre Fenerbahce mardi se jouera dans le même stade d’Istanbul où Pyatov et ses coéquipiers ont remporté la Coupe UEFA contre les Allemands du Werder Brême en 2009.

Le stade sera rempli de souvenirs – mais pas autant que la Donbass Arena abandonnée du club à Donetsk.

Le gardien vétéran du Shakhtar Andriy Pyatov, 37 ans, sait que sa carrière pourrait se terminer bien avant que l'équipe n'ait la chance de jouer à nouveau à Donetsk
Le gardien vétéran du Shakhtar Andriy Pyatov, 37 ans, sait que sa carrière pourrait se terminer bien avant que l’équipe n’ait la chance de jouer à nouveau à Donetsk Ozan KOSE AFP

La vaste structure de verre et d’acier a été construite pour le championnat d’Europe 2012 que l’Ukraine a co-organisé avec la Pologne à un moment où une guerre majeure en Europe semblait inimaginable.

Mais Piatov sait que sa carrière risque de se terminer bien avant que le Shakhtar n’ait la chance de remettre les pieds à Donetsk.

« J’en rêve encore, comme tous les joueurs », a-t-il déclaré à propos du retour à domicile. « Mais nous savons que cela ne se fera pas du jour au lendemain. »

[ad_2]

Laisser un commentaire