Des responsables disent à AP que l’Iran a saisi un pétrolier vietnamien

[ad_1]

DUBAI, Émirats arabes unis (AP) – L’Iran a saisi un pétrolier battant pavillon vietnamien dans le golfe d’Oman le mois dernier et détient toujours le navire, ont déclaré mercredi deux responsables américains à l’Associated Press, révélant la dernière provocation dans les eaux du Moyen-Orient alors que les tensions s’intensifient entre l’Iran et les États-Unis sur le programme nucléaire de Téhéran.

Les puissantes troupes paramilitaires des gardiens de la révolution iraniennes ont pris le contrôle du MV Southys, un navire que les analystes soupçonnent d’essayer de transférer du pétrole brut iranien sanctionné vers l’Asie, le 24 octobre sous la menace d’une arme. Les forces américaines avaient surveillé la saisie, mais n’ont finalement pris aucune mesure lorsque le navire a navigué dans les eaux iraniennes.

L’Iran a célébré sa capture du navire dans des images dramatiques diffusées à la télévision d’État, la veille du 42e anniversaire de la saisie en 1979 de l’ambassade des États-Unis à Téhéran.

Les responsables de l’ambassade du Vietnam à Washington n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Les données de suivi des navires analysées par l’AP de MarineTraffic.com ont montré que le navire était toujours au large du port sud de l’Iran de Bandar Abbas mardi. Une photo satellite de Planet Labs Inc. a également montré le navire au large de Bandar Abbas ces derniers jours.

Les deux responsables américains ont parlé sous couvert d’anonymat, car l’information n’avait pas encore été rendue publique dans le cadre des tentatives en cours pour relancer les pourparlers sur l’accord nucléaire iranien en lambeaux de 2015 avec les puissances mondiales. Les négociations sont au point mort à Vienne depuis l’élection du président pur et dur Ebrahim Raisi en juin, permettant à l’Iran de poursuivre son programme nucléaire et de sonner l’alarme dans les capitales occidentales.

Le principal négociateur iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri, a déclaré dans un tweet mercredi soir que les pourparlers reprendraient le 29 novembre à Vienne, en vue de la levée des sanctions « illégales et inhumaines ». L’Union européenne a fait un commentaire similaire mercredi soir.

Les responsables ont parlé à AP après que la télévision d’État iranienne a offert une série de reportages contradictoires sur une confrontation entre la Garde et la 5e flotte de la marine américaine basée au Moyen-Orient. La télévision d’État a cherché à présenter l’incident comme un acte d’agression américaine contre l’Iran dans le golfe d’Oman, la marine américaine arrêtant un pétrolier transportant du pétrole iranien et la garde le libérant et le ramenant en République islamique.

Interrogé sur l’affirmation par l’Iran d’une agression américaine, l’attaché de presse du Pentagone, John Kirby, a déclaré que c’était faux et que c’était l’Iran qui avait saisi ce qu’il a décrit comme un navire marchand dans le golfe d’Oman le 24 octobre.

« C’est une fausse affirmation », a déclaré Kirby à propos de l’affirmation iranienne. « La seule saisie qui a été faite a été par l’Iran. » Il a refusé de citer la nationalité du navire saisi, affirmant qu’il appartenait à ce pays d’en discuter.

Kirby a déclaré que l’arraisonnement et la saisie du navire par l’Iran « constituaient une violation flagrante du droit international qui porte atteinte à la liberté de navigation et à la libre circulation du commerce ».

Téhéran n’a pas non plus fourni le nom du navire, ni d’autres détails, ni aucune explication sur les raisons pour lesquelles la Marine pourrait le cibler. La mission iranienne auprès des Nations Unies n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les responsables iraniens ont qualifié la mise en fourrière du navire d’acte héroïque, Raisi faisant l’éloge des Gardiens de la révolution sur Twitter. Le ministre du Pétrole du pays, Javad Owji, a remercié la Garde pour « avoir sauvé le pétrolier iranien des pirates américains ».

La télévision d’État a diffusé des images montrant un drone de surveillance iranien surveillant un énorme pétrolier rouge dans le golfe d’Oman. Des commandos iraniens lourdement armés sont ensuite descendus en rappel sur le bateau depuis un hélicoptère alors que de petites vedettes rapides entouraient le navire et qu’un catamaran iranien patrouillait dans les eaux.

La vidéo semblait montrer des troupes de la Garde iranienne pointant des mitrailleuses montées sur le pont à découvert sur l’USS The Sullivans, un destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke. Des photos publiées par l’armée américaine montrent The Sullivans récemment dans la mer d’Oman, près du golfe d’Oman.

Le statut et la composition de l’équipage des Sothys n’étaient pas connus dans l’immédiat. Une base de données d’expédition a montré que le dernier propriétaire enregistré du navire était l’OPEP Petrol Transportation Co., une entreprise ayant une adresse à Hanoï. Le numéro de téléphone de l’entreprise n’a pas pu être trouvé dans l’immédiat.

Cependant, les Southy étaient sur le radar de United Against a Nuclear Iran, un groupe de défense basé à New York qui se méfiait depuis longtemps de la République islamique. Dans une lettre datée du 11 octobre adressée à l’Administration maritime vietnamienne, le groupe a déclaré que son analyse de photos satellites montrait que le Southy avait reçu un transfert de pétrole de navire à navire en juin d’un pétrolier appelé Oman Pride.

Le Trésor américain a identifié l’Oman Pride en août comme étant utilisé pour transporter du pétrole iranien dans le cadre d’un programme de contrebande visant à enrichir la Force expéditionnaire Quds de la Garde. Ce pétrole iranien finit par être vendu en Asie de l’Est, a affirmé le Trésor, sans identifier un pays spécifique.

La saisie par l’Iran des Southys serait la dernière d’une série de détournements d’avions et d’explosions pour secouer le golfe d’Oman, qui se trouve près du détroit d’Ormuz, l’embouchure étroite du golfe Persique par laquelle passe un cinquième de tout le pétrole échangé.

La marine américaine a accusé l’Iran d’une série d’attaques à la mine patelle contre des navires qui ont endommagé des pétroliers en 2019, ainsi que d’une attaque mortelle de drone contre un pétrolier lié à Israël qui a tué deux membres d’équipage européens plus tôt cette année. Il y a quelques mois à peine, des pirates de l’air iraniens ont pris d’assaut et brièvement capturé un pétrolier d’asphalte battant pavillon Panama au large des Émirats arabes unis.

Téhéran nie avoir mené les attaques, mais une guerre fantôme plus large entre l’Iran et l’Occident s’est déroulée dans les eaux volatiles de la région depuis que le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire iranien en 2018 et imposé des sanctions écrasantes au pays.

___

Les rédacteurs d’Associated Press Isabel DeBre à Dubaï et Amir Vahdat à Téhéran, en Iran, ont contribué à ce rapport.

[ad_2]

Laisser un commentaire