Déclarations ministérielles pour les quatre piliers de l’IPEF : commerce ; Des chaînes d’approvisionnement; économie propre ; et économie équitable


Département américain du commerce9 septembre 2022

La secrétaire au commerce Gina M. Raimondo et la représentante au commerce des États-Unis Katherine Tai ont accueilli des homologues des 13 pays partenaires du Cadre économique indo-pacifique pour la prospérité (IPEF) – représentant plus de 40 % de l’économie mondiale – lors de la première réunion ministérielle officielle en personne . Les ministres ont eu des discussions positives et constructives et ont annoncé une étape importante dans leur quête d’un cadre économique de haut niveau et inclusif.

« Notre première rencontre en personne a été un succès indéniable », a déclaré le secrétaire Raimondo. « Cette semaine, 14 pays se sont réunis pour tracer une voie à suivre qui créera des opportunités économiques, améliorera les conditions de travail et favorisera la durabilité de toutes nos économies. Tout aussi important, cette réunion ministérielle nous a donné l’occasion de montrer que nous pouvons apporter des avantages économiques concrets et tangibles aux pays partenaires tout en poursuivant un cadre inclusif et de haute qualité. Je suis fier des progrès que nous avons réalisés et je suis ravi de continuer à donner de l’élan à cet effort.

« Cette réunion a été l’occasion d’approfondir nos partenariats et de préciser comment nous allons travailler collectivement pour relever les défis et saisir les opportunités qui définiront le 21e siècle », a déclaré l’ambassadrice Katherine Tai. « Après plusieurs jours de discussions intensives, nous avons fait de réels progrès vers cet objectif et je suis ravi de continuer à développer ce cadre, qui débloquera une énorme valeur économique pour notre région et servira de modèle à suivre pour le reste du monde. »

Depuis son lancement en mai, les pays IPEF ont engagé des discussions intensives pour définir chaque pilier du Cadre. À l’issue des réunions des hauts fonctionnaires et des réunions ministérielles, les partenaires sont parvenus à un consensus sur les déclarations ministérielles pour chacun des quatre piliers de l’IPEF : commerce ; Des chaînes d’approvisionnement; économie propre ; et économie équitable.

Le cadre favorisera la résilience, la durabilité, l’inclusivité, la croissance économique, l’équité et la compétitivité de nos économies. Par l’intermédiaire de l’IPEF, les partenaires visent à contribuer à la coopération, à la stabilité, à la prospérité, au développement et à la paix dans la région. Le cadre offrira également des avantages tangibles qui alimentent l’activité économique et l’investissement, favorisent une croissance économique durable et inclusive et profitent aux travailleurs et aux consommateurs de toute la région. Les 14 partenaires de l’IPEF représentent 40 % du PIB mondial et 28 % du commerce mondial des biens et services.

Les déclarations ministérielles de l’IPEF sont disponibles via les liens ci-dessous :

Pilier I (Commerce)

Dans le pilier du commerce, les partenaires de l’IPEF rechercheront des dispositions de haut niveau dans des domaines qui sont fondamentaux pour une croissance économique résiliente, durable et inclusive, notamment le travail, l’environnement, l’économie numérique, l’agriculture, la transparence et les bonnes pratiques réglementaires, la concurrence, l’inclusivité, le commerce. la facilitation, l’assistance technique et le développement économique. Les États-Unis et les partenaires de l’IPEF rechercheront des dispositions de haut niveau qui profitent aux travailleurs et garantissent un commerce libre et équitable qui contribue à promouvoir une croissance économique durable et inclusive et qui contribuent de manière significative à la protection de l’environnement. Nous avons l’intention de faire progresser le commerce numérique inclusif en créant un environnement de confiance dans l’économie numérique, en luttant contre les pratiques discriminatoires et en promouvant des flux de données transfrontaliers fiables et sécurisés. Nous chercherons à faire progresser la sécurité alimentaire et les pratiques agricoles durables ainsi que les avantages des bonnes pratiques réglementaires pour soutenir la bonne gouvernance et nous nous efforcerons d’exploiter les meilleures pratiques en matière de facilitation des échanges.

Pilier II (Chaînes d’approvisionnement)

Dans le pilier des chaînes d’approvisionnement, les pays chercheront à coordonner les actions pour atténuer et prévenir les futures perturbations de la chaîne d’approvisionnement et sécuriser les secteurs critiques et les produits clés pour nos fabricants. Les États-Unis travailleront avec les partenaires de l’IPEF pour identifier les secteurs et les produits essentiels à notre sécurité nationale, à notre résilience économique et à la santé et à la sécurité de nos citoyens, puis agiront collectivement pour accroître la résilience de ces secteurs, en créant des emplois et des opportunités économiques dans des secteurs clés. industries du futur. Les partenaires identifieront les sources uniques et les points d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement critiques, et travailleront en collaboration pour y remédier en promouvant et en soutenant les investissements dans de nouvelles infrastructures physiques et numériques. Les partenaires utiliseront les données pour améliorer la logistique de la chaîne d’approvisionnement et investir dans de nouvelles opportunités de formation et de développement pour perfectionner les travailleurs et garantir que tous les citoyens partagent les avantages d’une résilience accrue de la chaîne d’approvisionnement. Enfin, les pays chercheront à garantir que les travaux promeuvent les normes du travail qui sous-tendent des chaînes d’approvisionnement équitables, durables et résilientes.

Pilier III (Économie propre)

Dans le pilier de l’économie propre, les pays chercheront à élargir les opportunités d’investissement, à stimuler l’innovation et à améliorer les moyens de subsistance des citoyens alors que les partenaires libèrent les abondantes ressources énergétiques propres de la région et son important potentiel de séquestration du carbone. Les partenaires visent à faire progresser la coopération sur les énergies propres et les technologies respectueuses du climat, ainsi qu’à mobiliser les investissements et à promouvoir l’utilisation de biens et services à émissions faibles ou nulles. Ce travail fera partie d’un effort tourné vers l’avenir pour améliorer la sécurité énergétique et réduire les émissions globales de gaz à effet de serre. Les partenaires cherchent à promouvoir des transitions justes avec la participation active de nos parties prenantes, y compris le secteur privé, les travailleurs et les communautés locales.

Pilier IV (Économie équitable)

Dans le pilier de l’économie équitable, les pays chercheront à uniformiser les règles du jeu pour les entreprises et les travailleurs dans les pays partenaires en prévenant et en combattant la corruption, en freinant l’évasion fiscale et en améliorant la transparence, en reconnaissant l’importance de l’équité, de l’inclusion, de l’état de droit, de la responsabilité et la transparence. En innovant et en renforçant des approches communes pour mettre en œuvre des mesures anticorruption et fiscales, les pays chercheront à améliorer le climat d’investissement et à stimuler les flux de commerce, d’échanges et d’investissements entre nos économies tout en faisant progresser une région indo-pacifique libre, ouverte et prospère.

En mai 2022, l’Australie, le Brunéi Darussalam, les Fidji, l’Inde, l’Indonésie, le Japon, la République de Corée, la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, les Philippines, Singapour, la Thaïlande, les États-Unis et le Viet Nam ont entamé le processus d’établissement de l’Indo-Pacifique. Cadre économique pour la prospérité. L’ambassadeur Tai et le secrétaire Raimondo ont tenu la première réunion ministérielle virtuelle en mai peu après le lancement officiel. Ils ont également tenu une réunion ministérielle virtuelle en juillet, qui a réaffirmé leur objectif collectif de poursuivre des engagements continus et intensifiés avec les pays partenaires de l’IPEF.

Le texte intégral de la déclaration de lancement de l’IPEF de mai 2022 est disponible ici

BUREAUX ET BUREAUXAdministration du commerce international

LEADERSHIPGina M. Raimondo

###

Remarques de l’ambassadrice Katherine Tai à la conférence de presse de clôture ministérielle sur le cadre économique indo-pacifique

Tel que préparé pour la livraison :

Bonjour tout le monde.

Merci, secrétaire Raimondo. Vous êtes un partenaire fantastique. Je tiens à remercier votre personnel pour son étroite collaboration. Je tiens également à remercier mon équipe de l’USTR pour son travail inlassable pour aider à rendre cette réunion ministérielle possible.

Mais surtout, je dois remercier nos 13 partenaires de l’IPEF d’avoir voyagé à Los Angeles pour assister à notre première conférence ministérielle sur le cadre économique indo-pacifique en personne. C’était énergisant d’être dans la même pièce avec tous nos partenaires, et cette énergie nous portera tout au long de nos discussions sur les composantes ambitieuses du Cadre dans les jours à venir.

Je l’ai déjà dit, et cela vaut la peine de le répéter – pendant des décennies, le commerce a souvent été réduit à un jeu à somme nulle qui en a laissé beaucoup pour compte. Mais le président Biden croit qu’il faut placer les travailleurs au centre de notre programme économique, et que le commerce devrait être une plate-forme qui offre de réelles opportunités à de vraies personnes.

L’IPEF incarne la façon dont nous avons l’intention d’aller de l’avant pour apporter une croissance équitable à notre région.

Nous avons lancé ce cadre en mai pour développer un accord économique moderne – un accord qui offre une connectivité économique à grande échelle et profite à nos travailleurs, combat le changement climatique, construit des chaînes d’approvisionnement résilientes et uniformise les règles du jeu pour nos entreprises.

Et comme je l’ai dit hier, cette réunion a été l’occasion d’approfondir nos partenariats et de préciser comment nous allons travailler collectivement pour relever les défis et saisir les opportunités qui définiront le XXIe siècle.

Je suis heureux de dire qu’après plusieurs jours de discussions intensives, nous avons fait de réels progrès vers cet objectif. Et les déclarations ministérielles démontrent notre innovation et notre ambition.

Notre intention est maintenant d’aller vers des négociations avec nos partenaires sur chaque pilier, le premier cycle de discussions ayant lieu après cette ministérielle.

Plus précisément, nous avons l’intention de développer des initiatives qui favorisent une croissance durable et inclusive en adoptant, en maintenant et en appliquant des lois fondées sur les droits du travail reconnus à l’échelle internationale.

Nous identifierons des moyens de protéger l’environnement, de répondre à nos défis communs en matière de durabilité, y compris le changement climatique, et de faciliter le commerce et l’investissement dans les technologies propres pertinentes.

En ce qui concerne l’économie numérique, nous voulons renforcer la confiance dans l’économie numérique, lutter contre les pratiques discriminatoires et promouvoir des flux de données transfrontaliers fiables et sécurisés, entre autres questions importantes.

Nous pouvons accroître la sécurité alimentaire et aider nos agriculteurs, éleveurs et pêcheurs à élargir l’accès aux marchés dans toute la région en utilisant des pratiques fondées sur la science et en optimisant l’utilisation des terres, de l’eau et du carburant.

Une transparence accrue, de bonnes pratiques réglementaires et une protection renforcée des consommateurs associées à une concurrence plus équitable, un accès élargi pour toutes les petites entreprises et une assistance technique débloqueront une énorme valeur économique pour notre région, en particulier pour les petites entreprises.

Ensemble, les composantes du pilier commercial favoriseront une course vers le sommet pour tous, renforceront nos chaînes d’approvisionnement et stimuleront la coopération qui soutient une croissance durable.

Ce cadre sera un modèle à suivre pour le reste du monde. Cela débloquera une énorme valeur économique pour notre région. Et nous développerons ces piliers avec la contribution et la discussion des parties prenantes, des partenaires commerciaux et du Congrès.

L’IPEF est notre engagement envers la région et ses habitants ; que les États-Unis se battront pour le bien commun afin que la prochaine génération hérite d’un monde meilleur.

Et je suis ravi de poursuivre nos discussions dans les semaines et les mois à venir.

Merci.



Laisser un commentaire