De quand date la première traversée de la Manche en avion ?


Et il est vite devenu clair que la première grande étape du vol en ballon au long cours allait être une traversée réussie de la Manche. Au point le plus étroit, seulement 21 miles d’océan séparent la Grande-Bretagne et la France – il est possible de voir un pays de l’autre par temps clair – mais c’était une perspective intimidante pour quiconque confiait sa vie à la technologie naissante peu testée. C’est exactement ce que firent le pionnier français de l’aviation Jean-Pierre Blanchard et son passager américain John Jeffries le 7 janvier 1785, lorsqu’ils furent les premiers à traverser la Manche en toute sécurité… à peu près.

Les humains prennent le ciel

Moins de 14 mois plus tôt, en novembre 1783, le ballon en papier et soie des frères français Joseph-Michel et Jacques-Étienne Montgolfier effectuait le premier vol sans attache avec des personnes à bord. Leur invention a atteint une altitude d’environ 900 mètres et parcouru plus de huit kilomètres au-dessus de Paris. À peine 10 jours plus tard, la capitale française a également été témoin du premier vol habité en ballon à hydrogène gazeux.

Gravure couleur publiée en Allemagne montrant la première ascension en vol libre habité d'un ballon à air chaud.  Ce ballon, fabriqué par les frères français Joseph-Michel (1740-1810) et Jacques-Etienne (1745-1799) Montgolfier, mesurait environ 75 pieds de haut et 49 pieds de diamètre avec une capacité de 79 000 pieds cubes.

Gravure couleur publiée en Allemagne montrant la première ascension en vol libre habité d’un ballon à air chaud. Ce ballon, fabriqué par les frères français Joseph-Michel (1740-1810) et Jacques-Etienne (1745-1799) Montgolfier, mesurait environ 75 pieds de haut et 49 pieds de diamètre avec une capacité de 79 000 pieds cubes. (Photo par SSPL/Getty Images)

Des foules immenses se sont rassemblées pour observer ces vols. C’était quelque chose que les gens n’avaient jamais vu auparavant : des humains volant dans le ciel comme des oiseaux. Les pilotes sont devenus les célébrités de l’époque. Le battage médiatique a atteint de tels sommets que des souvenirs spéciaux seraient fabriqués pour commémorer chaque vol, tandis que des ballons ornaient tout, comme la vaisselle et les théières. Mode était inspiré du ballon, avec des robes aux manches bouffantes appelées au ballon, ou des coiffures coiffées portant des noms comme à la Montgolfier, au demi-ballon ou à la Blanchard.

Jean-Pierre Blanchard était déjà un nom bien connu avant sa tentative de Manche, ayant effectué des vols dans sa France natale et en Angleterre. En plus d’être pilote, l’un des premiers à être considéré comme un aéronaute professionnel, il était aussi un inventeur. Bien que certains de ses ajouts, tels que des ailes battantes et un moulin à vent, n’aient peut-être pas été aussi efficaces, Blanchard était convaincu que son ballon pourrait passer de la Grande-Bretagne à la France par voie aérienne.

Gravure de J Newton d'après une œuvre originale de R Livesay du huard Blanchard du Champ de Mars à Paris.

Gravure de J Newton d’après une œuvre originale de R Livesay du huard Blanchard du Champ de Mars à Paris. (Photo par SSPL/Getty Images)

Survoler la Manche est devenu une course entre les aérostiers pionniers. Jean-François Pilâtre de Rozier – qui avait été l’un des deux hommes à bord du ballon des Montgolfiers – a voulu relever le défi. Mais il n’a pas pu tout préparer avant Blanchard.

John Jeffries était un riche scientifique américain, chirurgien et passionné de ballons. Il avait servi pour les Britanniques pendant la guerre d’indépendance américaine avant de déménager en Angleterre, où il fit la connaissance de Blanchard. Ensemble, ils ont volé de Londres au Kent à la fin de 1784. Lorsque cela a réussi, leurs attentions se sont rapidement tournées vers le plus grand prix, et Jeffries a proposé de financer le vol au-dessus de la Manche – tant qu’il pouvait être un passager.

Plus comme ça

Trop de poids

Vers 13 heures le 7 janvier 1785, Blanchard et Jeffries décollent de Douvres et a commencé la traversée. Cela avait pris une semaine de planification et de préparation, qui comprenait le test d’un cerf-volant pour vérifier que les vents étaient en leur faveur, et l’ajout au ballon à hydrogène d’un gouvernail, d’une hélice et de quelques avirons en soie dans l’espoir que les hommes puissent ramer dans les airs.

Mais à mi-chemin du voyage, le couple a eu de sérieux ennuis. Malgré tous les ballasts jetés par-dessus bord, le ballon a continué à descendre, et à un rythme de plus en plus alarmant. Pris de panique, ils ont commencé à jeter tout ce qu’ils pouvaient, de la nourriture et du matériel à leurs vêtements. Blanchard a même jeté son pantalon dans le but de faire en sorte que le ballon maintienne sa hauteur.

Blanchard et Jeffries traversant la Manche en ballon, illustration, 1785.

Blanchard et Jeffries traversant la Manche en ballon, illustration, 1785. (Photo par : Universal History Archive/Universal Images Group via Getty Images)

C’était suffisant pour les faire traverser la terre en France, ce qui signifiait qu’ils pouvaient jeter leurs gilets de sauvetage en liège (car ils n’étaient plus au-dessus de l’eau), mais le danger n’était pas passé. Au-dessus d’une forêt dense, le ballon a recommencé à tomber. Il ne restait qu’une chose qu’ils pouvaient faire pour rendre le ballon un peu plus léger : ils pouvaient se soulager.

« Il m’est presque immédiatement venu à l’esprit que nous pouvions le fournir [weight] de l’intérieur de nous-mêmes », a déclaré Blanchard plus tard. « D’après le souvenir que nous avions beaucoup bu au petit déjeuner, et n’ayant pas eu d’évacuation, et du froid sévère, peu ou pas de transpiration avait eu lieu, que probablement une quantité supplémentaire avait été sécrétée par les reins, que nous pourrions maintenant profiter nous-mêmes en déchargeant.

Ils ont pu obtenir, poursuit Blanchard : « Je crois vraiment, entre cinq et six livres d’urine ; laquelle circonstance, aussi insignifiante ou risible qu’elle puisse paraître, j’ai des raisons de croire, nous a été d’une réelle utilité.

Avec leurs vessies vides et le ballon toujours en l’air, le couple s’est rendu sur un site d’atterrissage dans la forêt de Felmores près de Guînes, où ils ont pu revenir sur terre en toute sécurité en saisissant des branches en descendant.

Le vol n’avait duré que deux heures et demie et s’était terminé avec Blanchard et Jeffries rencontrés par des spectateurs excités, qui heureusement leur ont prêté des vêtements.

Il y avait un objet sur lequel ils avaient gardé la main en vidant la nacelle du ballon – une lettre, qui est instantanément devenue la toute première poste aérienne. Revêtus et remis de leur aventure, Blanchard et Jeffries sont accueillis en héros à Paris comme les premiers à traverser la Manche par les airs. Blanchard, qui a reçu une récompense et une pension d’un roi jubilatoire Louis XVI, a ensuite fait le tour de l’Europe et a été le premier à effectuer un vol public en Amérique du Nord, ce qu’il a fait devant le premier président américain, George Washington, en 1793. .

Caricature colorée montrant Blanchard dans son ballon.  (Photo par SSPL/Getty Images)

Caricature colorée montrant Blanchard dans son ballon. (Photo par SSPL/Getty Images)

Après avoir été battu à la traversée de la Manche, de Rozier planifia une autre tentative à l’été 1785 dans la direction opposée, mais lui et son passager furent tués lorsque leur ballon s’écrasa. Ce n’est qu’en 1906 qu’une autre traversée réussie en montgolfière aura lieu, trois ans avant que Louis Blériot ne le survole en avion.

Quant à Blanchard, son amour de la montgolfière serait finalement sa chute. En 1808, il eut une crise cardiaque lors d’un vol et fit une chute de plus de 50 pieds. Il décède un an plus tard des suites de ses blessures.

Cet article a été publié pour la première fois dans le janvier 2022 problème de L’histoire de la BBC révélée

Laisser un commentaire