De plus en plus de migrants signalent des abus sexuels en traversant le Darien Gap au Panama

[ad_1]

LAJAS BLANCAS, Panama (AP) – Un nombre croissant de femmes migrantes traversant la jungle interdite du Darien Gap entre la Colombie et le Panama sur leur route vers le nord signalent des agressions sexuelles, attirant l’attention des législateurs panaméens.

Samedi, une Haïtienne de 25 ans a déclaré aux membres d’un comité du Congrès panaméen en visite dans la province de Darien qu’elle avait été agressée quelques jours auparavant alors qu’elle naviguait dans la zone de non-droit avec son mari et son fils de 8 mois.

La famille est descendue d’un bateau qui les avait transportés le long d’une rivière tumultueuse jusqu’à Lajas Blancas depuis Bajo Chiquito, le premier petit centre de population rencontré par de nombreux migrants après avoir traversé la frontière montagneuse. Des centaines d’autres migrants sont arrivés samedi à leurs côtés.

La législatrice panaméenne Zulay Rodríguez a déclaré que son comité avait recueilli environ 1 000 allégations d’abus sexuels depuis qu’ils ont commencé à enquêter sur la question il y a deux mois.

« C’est le quotidien des femmes (migrantes) lorsqu’elles sont jeunes, lorsqu’elles ont 20 ou 30 ans environ », a déclaré Rodriguez. Les agresseurs « ne se soucient pas de les violer devant leur mari ou leur famille… cela montre l’indifférence ».

« Cela s’est tout simplement produit pendant longtemps et pendant de nombreuses années », a déclaré Rodríguez, chef de la commission des femmes, de l’enfance, de la jeunesse et de la famille et membre du Parti révolutionnaire démocratique.

La femme haïtienne qui a parlé au comité a déclaré qu’elle et son mari avaient vécu au Brésil pendant deux ans après avoir quitté Haïti, puis ont décidé de se diriger vers le nord. Elle a dit qu’elle avait été agressée un après-midi la semaine dernière par un homme qui avait le visage couvert et qui tenait une arme à feu sur sa tête.

Elle a montré un document de l’organisation d’aide Médecins sans frontières certifiant qu’un examen médical avait confirmé l’agression.

Son mari a déclaré qu’ils n’avaient pas pensé à déposer une plainte officielle auprès des autorités car ils ne pouvaient pas identifier son agresseur.

Le couple était sans le sou car l’agresseur a également pris tout leur argent et leurs téléphones portables. La police a fait en sorte qu’ils soient transportés par bateau à Lajas Blancas parce qu’ils ne pouvaient pas payer le tarif.

Liseydis Martínez, une migrante cubaine, a déclaré avoir vu deux amies cubaines sortir de la jungle en sang et en pleurs, qui ont déclaré avoir été agressées sexuellement. Ils avaient voyagé en groupe derrière le sien.

« Dieu merci, rien ne m’est arrivé, mais dans le groupe derrière il y avait quatre Cubains et deux d’entre eux qui sont arrivés (vendredi), ils les ont violés ainsi qu’une Haïtienne de 13 ans », a-t-elle déclaré. « Mon Dieu, c’est horrible !

« Ils étaient mauvais », a-t-elle déclaré à propos des victimes. « Leurs maris ont été battus.

Martínez attendait à Lajas Blancas avec son mari et leurs enfants âgés de 3 et 6 ans. Elle a dit qu’ils avaient été escroqués de 1 500 $ à Necocli, le principal point de départ en Colombie, par un homme qui s’est fait passer pour un soldat capable de transporter leurs famille au Panama.

Rodríguez, la législatrice, a déclaré qu’elle s’assurerait que les rapports parviennent au bureau du procureur général et aux groupes d’aide internationaux.

Son comité a produit de courts documentaires sur les agressions, les vols et les décès parmi les migrants entrant au Panama par le Darien Gap. Elle souhaite attirer l’attention des autorités sur les problèmes qui sévissent dans la jungle du Darien.

Au centre d’accueil pour migrants de Lajas Blancas, les migrants reçoivent de la nourriture et des soins médicaux en attendant que les bus passent de l’autre côté du Panama, près de la frontière avec le Costa Rica.

Le flux de migrants à travers le Darien Gap cette année a été le plus élevé depuis plus d’une décennie. Jusqu’à présent, plus de 107 000 migrants – principalement des Haïtiens – ont fait le voyage. Les autorités en attendent 50 000 de plus dans les prochains mois.

[ad_2]

Laisser un commentaire