De la rencontre avec un Beatle à la gestion d’un cadavre : Histoires d’une hôtesse de l’air de carrière

[ad_1]

Quelques mois à peine avant que Wayne Knight ne prenne sa retraite en tant qu’agent de bord principal, il s’est retrouvé face à son premier cadavre dans un avion.

Un homme âgé s’était effondré sur le vol Air New Zealand de San Francisco à Auckland. En l’occurrence, le vol était plein de médecins qui revenaient d’une conférence.

« C’était tout simplement incroyable de voir ce pauvre vieil homme allongé sur le sol, entouré du groupe de médecins le plus impressionnant que vous ayez pu rencontrer », se souvient Knight.

« Mais malheureusement, rien de ce qu’ils ont fait n’aurait pu le sauver et il est mort allongé sur le sol de l’avion. »

LIRE LA SUITE:
* D’anciens agents de bord révèlent une caractéristique secrète de l’uniforme en cas d’urgence
* L’image réconfortante de l’acte aimable d’un agent de bord pour un passager nerveux fait le tour du monde
* L’hôtesse de l’air qui a fait une erreur de 95 000 $ le premier jour

Quelques jours plus tôt, Knight avait suivi une formation de recyclage pour les procédures d’urgence – y compris ce qu’il faut faire si quelqu’un est mort en plein vol. Mais c’était quand même un choc de devoir mettre cette formation en pratique.

« Nous avons dû le soulever et le mettre dans un sac mortuaire, puis le fermer et le transporter dans l’allée devant les passagers. »

C’était un vol complet, il n’y avait donc pas de rangées de sièges vides pour poser le corps. Mais il y avait une petite zone fermée par des rideaux avec deux sièges en classe affaires que Knight utilisait comme bureau à bord de l’avion.

L’un des médecins qui s’était occupé de l’homme a demandé si elle pouvait rejoindre Knight et s’asseoir avec le corps pour le reste du vol.

« J’ai dit, ‘ça va, ça m’aidera aussi’. »

Alors ils posèrent le sac mortuaire sur le sol et s’assirent sur les deux sièges, le surveillant. À un moment donné, un collègue leur a offert une tasse de thé.

« Je me souviens encore d’être assis là, tous les deux avec une tasse de thé à la main, le cher vieux passager mort à nos pieds. »

Knight lors de son premier vol en tant que nouvel agent de bord en août 1977, travaillant sur un Douglas DC-8 au départ de Wellington.

Fourni

Knight lors de son premier vol en tant que nouvel agent de bord en août 1977, travaillant sur un Douglas DC-8 au départ de Wellington.

Ce fut un incident mémorable pour couronner sa carrière. Mais il y a eu de nombreuses autres histoires de travail incroyables que Knight a accumulées au cours de ses 30 années en tant qu’hôtesse de l’air sur les routes internationales d’Air New Zealand.

Il a rejoint la compagnie aérienne en 1977, volant sur les DC-8 et DC-10, et a gravi les échelons pour finalement devenir directeur des services en vol.

Knight, aujourd’hui âgé de 73 ans, rêvait d’une carrière dans l’aviation depuis son enfance. Il se souvient d’avoir visité l’aéroport de Palmerston North en 1959 alors qu’il était jeune garçon pour voir le nouvel avion de ligne Vickers Viscount de la National Airways Corporation.

« Mon père m’a soulevé et m’a tenu pour regarder par-dessus la clôture, et voici cet avion incroyablement beau assis devant moi », a déclaré Knight.

« Je me suis dit : ‘un jour, je vais faire le tour du monde à bord de cet avion’. »

À l’adolescence, Knight est allé chercher sa licence d’élève-pilote. Mais il a découvert qu’il n’avait pas l’aptitude à voler. « J’étais trop nerveux et trop timide. »

Mais des années plus tard, vivant à Auckland, il s’est retrouvé en appartement avec une hôtesse de l’air d’Air New Zealand.

« Je pensais qu’il était la personne la plus sophistiquée que j’aie jamais rencontrée. »

Un McDonnell Douglas DC-10 d'Air New Zealand - qui, selon Knight, était

Fourni

Un McDonnell Douglas DC-10 d’Air New Zealand – qui, selon Knight, était « de loin » son avion préféré.

Son rêve d’une carrière dans le ciel a été ravivé et, à l’âge de 26 ans, il a suivi une école de formation d’hôtesse de l’air et a décroché un emploi dans la compagnie aérienne – qui était à l’époque la compagnie aérienne internationale de la Nouvelle-Zélande.

C’était l’âge d’or du transport aérien où voler était encore glamour et luxueux, se souvient Knight.

« Je me souviens qu’à bord d’un DC-10 en première classe, la nourriture était tout simplement incroyable. C’était juste chariot après chariot, roulé dans la cabine, gémissant avec la nourriture la plus étonnante. C’était du caviar, du homard… vous l’appelez.

À cette époque, c’était aussi un métier à prédominance masculine. Ce n’est qu’à la fin des années 1980 que les femmes ont eu la possibilité de devenir hôtesses de l’air seniors, suite à une affaire marquante qui a vu le Tribunal pour l’égalité des chances en matière d’emploi déclarer qu’Air New Zealand avait enfreint la loi sur la Commission des droits de l’homme en n’offrant pas aux équipages féminins les mêmes promotions qu’à leurs collègues masculins.

« Vous regardez en arrière maintenant et vous pensez, ‘comment est-il possible qu’ils aient dû se battre pour obtenir ces positions?' »

Travailler dans la cabine d'un DC-8, qui avait 115 sièges en classe économique et 16 sièges en première classe.

Fourni

Travailler dans la cabine d’un DC-8, qui avait 115 sièges en classe économique et 16 sièges en première classe.

En tant qu’hôtesse de l’air sur les routes internationales, Knight effectuait souvent des missions de service de 15 à 16 jours dans le monde entier, qui incluaient une escale de six nuits à Francfort, en Allemagne.

« J’utiliserais Francfort comme base pour voyager à travers l’Europe pendant ces six jours. Ensuite, je rentrais à la maison et j’avais une semaine de congé à la maison, et je recommençais.

Le style de vie de la jet-set n’était pas pour tout le monde – en particulier l’équipage avec des familles à la maison. « Mais j’étais célibataire, donc ça n’avait pas d’importance pour moi. »

Tant que Knight a dormi six heures sur une période de 24 heures, que ce soit dans un avion ou dans une chambre d’hôtel, il a constaté qu’il était capable de fonctionner correctement.

« Ensuite, quand je rentrais à la maison, je franchissais la porte, jetais ma valise par terre, prenais une douche et allais me coucher et ne me réveillais pas avant huit heures », dit-il.

« Ce sommeil quand je suis rentré à la maison était si important – il m’a permis de récupérer et de tout recommencer. »

Savourez un repas en classe économique, servi dans de la vaisselle Crown Lynn spécialement conçue.

Fourni

Savourez un repas en classe économique, servi dans de la vaisselle Crown Lynn spécialement conçue.

Knight se souvient d’un vol particulier « de tête haute » – où l’équipage voyage en tant que passagers normaux pour se déplacer vers une autre destination – de Los Angeles à Auckland via Honolulu où il a été informé qu’il serait assis à côté d’un VIP.

Il a reçu pour instruction de ne pas parler au passager, à moins qu’il ne lui parle.

« Je suis allé à mon siège et qui devrait être à côté de moi, mais George Harrison, le Beatle. »

Knight se souvient d’avoir échangé des plaisanteries avec le guitariste, qui a ensuite dormi pendant la majeure partie de la première étape du voyage.

« Mais d’Honolulu à Auckland, je le jure, il n’a pas arrêté de parler pendant tout le vol, me parlant de sa vie de Beatle.

« Ce sont vraiment les sept ou huit heures les plus divertissantes que j’ai passées de ma vie. »

Quelques années plus tard, il rencontra à nouveau Harrison, cette fois alors qu’il travaillait sur un vol. Malheureusement, le musicien légendaire n’a pas reconnu son ancien compagnon de siège.

Knight, qui a pris sa retraite en 2007, dit qu’il aime voyager jusqu’à ce jour et, grâce à ses longues années de service, bénéficie toujours des privilèges de voyage du personnel d’Air New Zealand – obtenir des vols à une fraction du coût d’un billet standard, lorsqu’il y a des sièges disponible.

Il croit que c’est « beaucoup plus difficile » pour l’équipage aujourd’hui par rapport à quand il volait.

«Ils semblent travailler plus d’heures, ils ont moins de temps libre. Je ne pense pas que beaucoup de gens aujourd’hui en fassent une carrière comme nous le faisions quand je volais.

Mais c’est toujours un travail assez difficile à battre, dit-il. « C’était la vie pour moi, c’est sûr. »

[ad_2]

Laisser un commentaire