Critique : La plus ancienne épopée du monde arrive au Jungle Theatre


Photo de Bruce Silcox

Cette semaine, les premières du Jungle Theatre « Le roi Gilgamesh et l’homme de la nature», une réinterprétation originale de la plus ancienne histoire écrite du monde qui met en parallèle les histoires de vie légèrement romancées des deux acteurs et co-créateurs.

Co-écrit par Ahmed Moneka, cinéaste et acteur irakien en exil ; acteur du Minnesota Jesse La Vercombe; et réalisateur et dramaturge basé à Saint-Paul Seth Bockley, le spectacle devait être présenté en première en 2021 mais a été reporté en raison de problèmes liés au COVID. Maintenant, le public de Twin Cities a enfin l’occasion de voir le voyage inaugural du « King Gilgamesh » avant que le spectacle ne se rende à New York pour le Under the Radar Festival.

Les publics qui ne connaissent pas le « Épopée de Gilgamesh» n’ayez pas peur, car les dialogues mettent en place les bases assez rapidement. L’épopée suit le mythique roi tyran Gilgamesh, qui règne sur Uruk, une ville de l’ancienne Mésopotamie. Il rencontre un homme sauvage nommé Enkidu qui est envoyé par les dieux pour le renverser, bien que Gilgamesh gagne la bataille. Avant de terminer l’acte, Gilgamesh voit en Enkidu non pas un adversaire mais un ami et égal, et ensemble, ils vont vaincre des monstres, défier les dieux et constater que, malgré tous leurs actes courageux, ils sont toujours tourmentés par leur humanité.

Parallèlement à la bromance épique originale se trouve l’histoire contemporaine de Jesse et Ahmed, deux hommes de mondes très différents, mais pas si différents. Jesse et Ahmed sont joués respectivement par Jesse LaVercombe et Ahmed Moneka, et l’intrigue qui les suit est enracinée dans l’histoire vraie de leur amitié inattendue. Jesse (le personnage, pas l’acteur), un acteur juif blanc du Minnesota, rencontre Ahmed (le personnage, pas l’acteur) lorsqu’il apprend qu’il a maintenant sa résidence permanente au Canada après avoir été exilé de Bagdad pour avoir incarné un personnage homosexuel dans un film et de le présenter au Festival du film de Toronto.

L’histoire est en partie vraie. Le vrai Moneka a été exilé pour avoir joué un personnage gay dans un film, et il est resté au Canada, où il a rencontré LaVercombe à Toronto. Ils sont rapidement devenus des amis et des partisans des œuvres artistiques de l’autre, et cette histoire constitue la base de l’intrigue moderne. Ce sont deux personnes de différentes parties du monde qui se rencontrent dans l’amitié.

Moneka et LaVercombe ont décidé de co-créer un spectacle et ont fait appel à Seth Bockley pour compléter un trio artistique. Bockley, expert en adaptations littéraires pour la scène, assure au public que l’équipe a travaillé avec diligence pour faire plus que régurgiter le mythe original, mais pour le relier au public moderne.

« Une partie de ma philosophie d’adaptation est que je veux que le public ait l’expérience des matériaux sources d’une manière directe et sans mélange. Je veux des rencontres directes avec le texte et j’aime la façon dont le théâtre peut activer des textes classiques et les réenchanter avec la tradition de la narration orale et leur donner littéralement vie », déclare Bockley.

Passer en revue

En partie comédie et en partie conte d’aventure, le spectacle en un acte de 100 minutes contient également des éléments d’une histoire de passage à l’âge adulte alors que les deux se débattent avec le genre d’homme qu’ils veulent être.

Ahmed et Jesse ne sont pas des parallèles évidents avec leurs anciens homologues mythologiques. Jesse n’est pas un homme bête sauvage qui a été séduit par une prostituée mythique, et Ahmed n’est pas un demi-dieu maléfique devenu héros. Mais les éléments humains de leurs histoires maintiennent l’ancien et le moderne connectés. (Par souci de simplicité, je ferai référence aux personnages de scène comme Ahmed et Jesse, et aux écrivains-acteurs comme Moneka et LaVercombe.)

Leurs quêtes impliquent de surmonter le chagrin, faire face à une paternité inattendue, subir des revers de carrière et affronter la peur de l’échec, tant sur le plan personnel que professionnel. Gilgamesh et Enkidu se demandent s’ils peuvent vaincre leur propre mortalité. Alors que nous suivons les premières années de leur amitié, Ahmed et Jesse se demandent s’ils réussiront en tant que pères, artistes et amis.

Ce que je retiens principalement de la performance, c’est que Moneka et LaVercombe ont tellement de cœur en tant qu’interprètes et écrivains. À partir du moment où ils sont montés sur scène, ont établi un contact visuel et se sont cognés du poing sur une table, j’ai pu dire qu’il s’agissait d’artistes qui se soutenaient de tout cœur et étaient heureux de jouer ensemble.

Le passage d’un personnage à l’autre est un choix divertissant. Cela peut parfois sembler décousu, et l’endroit où le public peut se sentir le plus perdu est les moments où Moneka et LaVercombe oscillent entre mythique et moderne. L’éclairage indiquera généralement le changement de personnage, et Moneka et LaVercombe font des choix de langage corporel distincts. Moneka se redresse majestueusement et bouge ses bras délibérément lorsque Gilgamesh explique l’expérience humaine à son nouvel ami, tandis que LaVercombe adopte une position plus large et plus basse pour indiquer les origines sauvages d’Enikdu.

Abordant les thèmes de l’émission, Moneka m’a expliqué que « le conflit est le début de la communication ». Il y a une scène où Jesse, qui a apparemment obtenu sa grande percée à Hollywood et co-vedette dans le film d’action de l’acteur et dramaturge Jeff Daniels sur la Seconde Guerre d’Irak, est invité à improviser des répliques. L’improvisation paniquée de Jesse s’inspire de conversations antérieures avec Ahmed au sujet de la mort de son grand-père et de la Seconde Guerre d’Irak. Jesse montrant son âme sur le lieu de travail est l’un de ses moments brillants dans la pièce, tandis que Moneka brise la tension avec un soulagement comique et fonde la scène avec son interprétation de Jeff Daniels. Grâce à ce conflit, ils apprennent des choses essentielles les uns sur les autres et sur eux-mêmes.

Photo de Bruce Silcox

Un autre temps fort du spectacle est Jazz arabe Moneka, un groupe de cinq musiciens dont le son puise dans les traditions musicales enracinées au Moyen-Orient, en Afrique, dans le jazz et le blues. Alors qu’il travaillait encore sur le spectacle, cet élément a été ajouté l’année dernière. Cette production illustre comment toutes les personnes, indépendamment du temps et du lieu, ont des choses en commun, et le groupe témoigne de ce message. Les musiciens viennent de Turquie, du Canada, de Grèce, d’Irak et du Soudan et font leurs débuts américains cette semaine au Jungle. En plus de compléter le dialogue dense, le groupe commence et termine le spectacle avec une chanson, et le public a semblé vraiment l’apprécier.

Comme la musique et les histoires épiques, « King Gilgamesh & the Man of the Wild » est un exemple de la façon dont quelque chose peut lier les gens à travers l’espace et le temps. Je dirais qu’Ahmed et Jesse sont des personnages beaucoup plus convaincants que Gilgamesh et Enkidu, en partie parce que leur chimie sur scène lorsqu’ils jouent eux-mêmes est excellente – le timing comique, en particulier – mais aussi parce que les objectifs et les peurs de ces personnages résonneront le plus avec le public. Comme on peut s’y attendre lors de l’interprétation d’extraits de leur propre vie, les deux acteurs font preuve d’une admirable vulnérabilité qui tire au cœur.

Les thèmes du spectacle sont également inhérents à sa production : sans les relations entre des personnes du monde entier, qui ont réussi à trouver des âmes sœurs, cette pièce n’aurait pas été possible. Cela, en soi, est presque miraculeux. Le fait que ce soit une pièce hilarante et réconfortante est une preuve supplémentaire de la magie de la collaboration.

Comme le dit LaVercombe, « Tant de choses ont changé au cours des 5 000 dernières années depuis que cette histoire a été écrite pour la première fois, et certaines choses n’ont pas changé du tout. Je pense que moins a changé que ce que nous pensons parfois en matière d’émotion humaine et de narration humaine, et je pense que les gens s’y rapporteront beaucoup.

Laisser un commentaire