CRC’s Row to Racice, via Zagreb – Couverture des championnats du monde


Trois des athlètes du California Rowing Club qui courent ici – le simple masculin Ben Davison et le duo masculin de Justin Best et Mike Grady – ont pris une « ligne » légèrement différente pour Racice avant la course ici.

Au lieu d’arriver avec le reste de l’équipe américaine pour la semaine habituelle d’entraînement pré-régate sur place, ils sont partis une semaine plus tôt et ils sont allés à Zagreb avec l’entraîneur-chef Mike Teti et l’entraîneur Skip Kielt, qui travaille avec les équipages ici au parcours de course.

À Zagreb, ils se sont entraînés aux côtés des frères croates Sinkovic, ainsi que du duo masculin de Crotia : les jumeaux Loncaric Anton et Patrik.

L’entraîneur du California Rowing Club, Skip Kielt, a pris un peu de temps lors d’une séance d’entraînement pour parler de la façon dont l’entraîneur-chef Mike Teti a eu l’idée de créer la branche Zageb du CRC, et row2k a également rencontré Mike Grady du M2 – pour poser des questions sur la formation aux côtés des champions olympiques.


row2k : C’est un peu inhabituel pour un club américain d’organiser son propre camp pré-Mondial à l’étranger, alors comment ce plan s’est-il concrétisé ?


Sauter Kielt
En fait, nous avons amené un groupe là-bas au début de l’été : Mike les a pris en charge fin juin/début juillet, et ils sont partis pendant 10 jours. Nous cherchions un endroit pour amener ces dix jeunes athlètes que nous avions amenés du collège. Nous ne voulions pas aller à Henley parce que nous voulions simplement nous entraîner. Nous avons examiné quelques options différentes, mais nous nous sommes connectés avec quelques amis là-bas que Mike avait qui nous ont orientés dans cette direction. Ensuite, nous avons pensé que c’était une excellente occasion de s’entraîner avec les frères Sinkovic et leur entraîneur, de pouvoir participer à cette tournée européenne sans la pression de la course. C’est comme ça que ça a commencé. Quand ils sont revenus du voyage de juillet, quelques-uns de ces gars sont allés au camp de sélection, et les autres ont terminé l’été au Canadian Henley.

Puis, alors que nous nous préparions pour les Mondiaux, nous cherchions quelque chose pour les gars du duo et du simple. Nous avions la possibilité d’aller à Princeton, ce qui aurait été bien, pour nous entraîner avec l’équipe, mais nous nous sommes demandé s’il y avait une opportunité dont nous pourrions apprendre encore plus, et la première chose qui nous est venue à l’esprit était Zagreb.

Logistiquement, bien sûr, nous devions déterminer quel était le bon moment pour venir avant les Mondiaux : suffisamment de temps pour mener, où ils pourraient s’acclimater au fuseau horaire, mais aussi pour que nous puissions travailler avec le groupe croate. Nous y sommes allés pendant environ neuf ou dix jours et avons fait quelques entraînements par nous-mêmes, juste pour avoir une idée et nous acclimater. Ensuite, nous avons pensé, allons simplement sur leur emploi du temps; donc nous n’avons même pas prévu la dernière semaine de notre programme, simplement parce que nous avons estimé que a) ça valait la peine d’aller côte à côte et b) les Croates faisaient le même programme depuis probablement une douzaine d’années, et ça ne va pas pour nous faire du mal : s’ils sont préparés, leur plan nous préparera.

CRC's Row to Racice, via Zagreb

CRC à Zagreb

C’était bon. Nous avons beaucoup appris. Rien de profond, mais juste en termes de comment suivre votre routine, à quel point c’est simple, ce qui est super important. Ensuite, avoir la compétition, aller côte à côte, c’était bien pour nos gars, qui ont joué essentiellement individuellement toute l’année. Être seuls était bien aussi – ce n’est pas beaucoup de pression pour être performant et ils peuvent simplement s’entraîner – mais en même temps, avant un championnat, c’était bien d’avoir cette mesure supplémentaire.


row2k : Était-ce utile d’avoir vos gars – qui sont plus récents dans l’événement en couple, en particulier – aux côtés des Croates ? Il semble que ce voyage vous ait permis d’injecter des athlètes très expérimentés, les Sinkovics, dans votre groupe d’entraînement et votre plan. Ce mentorat a-t-il été utile ou même quelque chose que vous pensiez tirer du voyage ?


Sauter Kielt
Oui, mais je ne sais pas si c’était notre objectif ultime, mais il s’avère que c’était une grande partie de celui-ci. Pas nécessairement de mentorat, mais plutôt le fait que les Sinkovics ont eu du succès aux championnats du monde et aux Jeux olympiques dans quelques catégories de bateaux différentes. Et encore une fois, comme c’était simple. Cela s’est donc transformé en cela : cela a donné une certaine perspective et démystifié ce qu’il faut pour réussir : un travail acharné, une bonne formation, de la concentration et du temps.


row2k : Et ce temps est important, n’est-ce pas, parce que maintenant ces gars-là sont dans ces classes de bateaux très techniques et très compétitives, la paire et le simple, qu’ils n’ont pas nécessairement couru, à ce niveau, avant maintenant.


Sauter Kielt
C’est intéressant que vous en parliez. Le problème est que ces gars-là n’ont pas passé assez de temps dans les classes de bateaux. Ben est un peu plus aguerri et a été dans et hors du single, mais jamais en quelque sorte une campagne complète. Il a donc toute cette expérience, de la godille et de la course du huit, mais jamais ce temps soutenu en simple, se préparant pour un championnat ou peut-être plusieurs championnats.

Et encore plus avec le duo : ils ont ramé en duo, ils s’entraînent en duo et ils sont allés au NSR. Ils ont ramé avec différents partenaires tout au long de l’année et la majeure partie de notre entraînement s’est déroulée en couple, mais c’est différent quand vous êtes assis dans un bateau pendant six mois avec le même gars, entraîné pour un championnat, par rapport à un entraînement pour un NSR sachant que vous allez entrer dans un quatre ou un huit. C’est très différent. Et les gars s’en rendent compte et encore moins la course.

Donc Zagreb était bon pour eux à cet égard : non seulement apprendre mais passer par cette préparation pour un championnat avec ces gars-là. Cela leur donne également une idée de s’ils veulent continuer ou non dans l’événement.


row2k : Mike (Grady), en tant que gars de la paire, comment s’est passé le voyage pour vous, l’expérience de l’entraînement là-bas ?


Mike Grady, États-Unis M2-
C’était incomparable. Ils étaient d’excellents hôtes, les frères Sinkovic et les frères du couple croate

J’ai aimé passer du temps avec eux, voir ce qu’ils font au quotidien et je suis enthousiasmé par la perspective d’y retourner un jour. C’était probablement la meilleure chose que j’aurais pu demander avant de courir aux Championnats du monde.

Nous nous entraînions avec Ben Davison dans son single, mais c’est toujours agréable de rester côte à côte avec quelqu’un de votre vitesse ou plus rapide que vous. Ben est un très bon rameur en solo, mais c’est vraiment bien de revoir une partie de la vraie vitesse.


row2k : Skip, est-ce quelque chose que vous envisagez de refaire ? Un camp d’entraînement à Zagreb, ou avec un autre groupe ou dans un autre endroit.


Sauter Kielt
Vous ne voulez pas être compliqué, mais je pense que nous l’explorerons certainement. La Coupe du monde aura lieu à Zagreb l’année prochaine, et c’est un bon endroit. C’est au centre de l’Europe, nous pouvons donc être n’importe où en quelques heures d’avion.

CRC's Row to Racice, via Zagreb

États-Unis M2-, Mike Grady et Justin Best

Laisser un commentaire