COVID-19: le Royaume-Uni résiste aux nouvelles restrictions alors que la Roumanie se tourne vers l’UE pour obtenir de l’aide

[ad_1]

Les cas quotidiens de coronavirus continuent d’augmenter dans certains pays européens tandis que les gouvernements résistent toujours à la réimposition de restrictions telles que le port obligatoire du masque et le travail à distance.

Au Royaume-Uni, la pression augmente sur les hôpitaux alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 chaque jour continue d’avoisiner les 40 000.

Participant au Sommet mondial de la santé en Allemagne, le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, n’a pas mâché ses mots sur la façon dont la pandémie est généralement gérée.

Pendant ce temps, la Roumanie s’est tournée vers l’Europe pour lutter contre son faible taux de vaccination.

« Le déploiement d’un vaccin ne suffit pas » au Royaume-Uni

Le gouvernement britannique résiste toujours à la réimposition des restrictions sur les coronavirus malgré une pression croissante sur les services d’urgence et d’urgence des hôpitaux.

Le gouvernement a déclaré qu’il faisait confiance à son programme de vaccination.

Samedi a vu un nombre record de personnes recevoir des injections de rappel – 325 000 – mais les experts avertissent que le déploiement du vaccin à lui seul n’est « pas suffisant ».

« Nous avons besoin d’avoir des personnes utilisant des tests de flux latéral, évitant le contact avec un grand nombre de personnes dans des espaces fermés, utilisant des masques, toutes ces choses doivent maintenant se produire si nous voulons arrêter cette augmentation et maîtriser les choses assez tôt pour arrêter un véritable effondrement au milieu de l’hiver », a déclaré à Euronews le professeur Adam Finn, du Comité mixte britannique sur la vaccination et l’immunisation (JCVI).

Le chef de l’OMS dénonce une mauvaise gestion de la pandémie

« La pandémie prendra fin lorsque le monde choisira d’y mettre fin », a déclaré dimanche Tedros Adhanom Ghebreyesus lors du Sommet mondial de la santé en Allemagne.

Le chef de l’OMS n’a pas mâché ses mots sur la façon dont la pandémie est généralement gérée, ajoutant « c’est entre nos mains, nous avons tous les outils dont nous avons besoin: des outils de santé publique efficaces et des outils médicaux efficaces ».

Il a renouvelé ses appels à une distribution plus équitable des vaccins mais a noté avec regret que « le monde n’a pas utilisé ces outils à bon escient », soulignant qu’avec « près de 50 000 décès par semaine » dans le monde, « la pandémie est loin d’être terminée ».

Selon AFP, COVID-19 a tué au moins 4,9 millions de personnes dans le monde depuis fin décembre 2019.

Les États-Unis sont le pays avec le plus de décès avec 735 930, suivis du Brésil (605 644), de l’Inde (454 269), du Mexique (286 259) et de la Russie (230 600).

Ces Les figures sont basés sur le nombre de morts quotidien officiel pour chaque pays, à l’exclusion des révisions à la hausse effectuées après le rapport de certains organismes statistiques.

Prenant en compte les excès de décès liés au coronavirus, l’OMS estime que le bilan global de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que ce qui est officiellement rapporté.

La Roumanie se tourne vers l’Europe pour obtenir de l’aide

En Roumanie, seuls 35% des adultes sont complètement vaccinés contre le COVID-19, contre une moyenne européenne de 74%.

Le pays d’environ 19 millions d’habitants est le deuxième pays le moins vacciné du bloc des 27 pays.

La Roumanie a signalé plus de 1,5 million de cas de coronavirus, dont au moins 44 000 décès depuis le début de la pandémie.

En réponse au faible taux de vaccination du pays, le gouvernement a activé le mécanisme de protection civile de l’UE, un système visant à renforcer la coopération entre les États membres de l’UE pour améliorer la prévention, la préparation et la réponse aux catastrophes.

D’autres membres de l’UE ont envoyé du matériel et des médicaments indispensables pour aider la Roumanie au milieu de sa flambée de COVID-19.

La Russie établit un nouveau record de cas quotidiens

Une augmentation des infections au COVID-19 en Russie a incité le Kremlin à imposer de nouvelles restrictions à partir de cette semaine.

Plus de 37 900 nouveaux cas confirmés ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, le plus élevé depuis le début de la pandémie.

Le gouvernement a imputé le dernier pic d’infections et de décès aux faibles taux de vaccination et à l’attitude laxiste du public à l’égard de la prise de précautions.

A partir de samedi, les Russes ont reçu l’ordre de ne pas aller travailler car le pays observera un congé prolongé.

Les gymnases, les lieux culturels et la plupart des magasins seront fermés jeudi dans la capitale Moscou.

De nouvelles restrictions en Europe

La Slovaquie a étendu ses restrictions strictes sur les coronavirus à davantage de régions du pays à la suite de la dernière vague d’infections.

Les hôtels, bars et restaurants sont désormais fermés dans dix régions et les masques faciaux sont obligatoires à l’intérieur comme à l’extérieur.

Ailleurs, les citoyens estoniens ne peuvent plus utiliser des résultats de test négatifs pour obtenir un laissez-passer de santé numérique.

À partir de lundi, seules les personnes complètement vaccinées ou récemment guéries du COVID-19 sont autorisées à entrer dans les cinémas et les sites sportifs. Une autre règle exigeant des masques faciaux à l’intérieur restera également en place jusqu’en janvier.

Le gouvernement néerlandais demande également conseil à un groupe d’experts pour savoir s’il doit réintroduire les restrictions liées au COVID-19.

Le ministre de la Santé Hugo De Jonge a déclaré aux journalistes à La Haye que les admissions à l’hôpital augmentaient plus rapidement que prévu lorsque le pays a assoupli son verrouillage le mois dernier.

[ad_2]

Laisser un commentaire