COVID‐19 : Date limite d’inoculation insaisissable – 2021 – Bulletin de la recherche en Afrique : Série économique, financière et technique

[ad_1]

Il est peu probable que les objectifs de vaccination soient atteints dans la plupart des pays africains

Les gouvernements africains ont une date limite au 31 décembre pour vacciner 40% de leurs populations. L’objectif a été annoncé par l’Organisation mondiale de la santé (QUI), mais il est peu probable qu’il soit atteint par 90 % des pays africains. C’est en grande partie grâce à l’hésitation vaccinale qui est alimentée par la désinformation et les craintes concernant la sécurité des injections de Covid-19, la pénurie de doses et la faiblesse des réponses du gouvernement à la pandémie.

Selon l’OMS, seule une poignée des 54 pays du continent – ​​moins de 10 % – devraient atteindre l’objectif fixé en mai. Jusqu’à présent, moins de 6 % des 1,3 milliard d’habitants du continent sont complètement vaccinés contre le virus. Seychelles, Maurice et Maroc ont déjà atteint l’objectif de 40 %, selon l’OMS. Tunisie et Cap Vert devraient emboîter le pas.

Le continent a reçu jusqu’à présent plus de 276 millions de doses de vaccin Covid-19 d’autres pays, selon le Centre africain de contrôle des maladies (CDC) qui opère dans le cadre de l’Union africaine (UA). Les experts de la santé craignent que la lenteur du déploiement du vaccin ne prolonge le virus qui a déjà infecté environ 8,5 millions de personnes en Afrique et tué près de 220 000 autres.

Ironiquement, des centaines de milliers de doses de vaccin vitales ont été gaspillées sur un continent qui a eu du mal à se faire vacciner. Au total, les pays africains ont jusqu’à présent rejeté quelque 450 000 doses. Soudan du Sud, République Démocratique du Congo et d’autres ont rapporté que des milliers de doses ont expiré après que leurs populations les ont évitées.

Le courrier et le gardien journal de Afrique du Sud – le pays le plus touché du continent – ​​convient que la désinformation sur les réseaux sociaux est à blâmer pour l’hésitation à vacciner. Des médecins et des infirmières ont dit à l’Afrique du Sud Témoin oculaire site d’information qu’ils étaient submergés par les patients atteints de coronavirus qui refusaient obstinément de prendre les vaccins Covid-19.

La religion a également contribué à l’hésitation vis-à-vis de la vaccination et la majorité des personnes interrogées dans Libéria et Niger par Afrobaromètre a déclaré que la prière était plus efficace que les vaccins. Le refus apparent du président libérien George Weah de recevoir le vaccin en public a conduit à l’apathie vaccinale dans son pays alors qu’il est aux prises avec une augmentation des infections virales, ont déclaré les médias locaux.

Les gouvernements de Burundi et Tanzanie n’ont adopté les vaccins que récemment, mais ce dernier a refusé de prendre « la responsabilité des effets secondaires qui résulteraient des injections ». Les anciens présidents des deux pays sont décédés en fonction, apparemment à cause du coronavirus. Ils avaient tous deux minimisé la gravité de la pandémie. Érythrée a jusqu’à présent complètement rejeté les vaccins malgré le signalement de près de 7 000 cas confirmés.

Au rythme actuel, les pays africains risquent d’être en deçà de leur objectif de vacciner jusqu’à 60 % de leur population d’ici la fin de 2022. Atteindre cet objectif nécessitera non seulement un accès plus rapide aux vaccins, mais aussi des gouvernements africains qui investissent davantage dans les efforts pour lutter contre l’hésitation vaccinale. (Surveillance de la BBC le 11 septembre)

Lors d’un point de presse virtuel le 28 octobre, le directeur régional de l’OMS, Matshidiso Moeti, a déclaré que pour que les pays africains aient une chance d’atteindre l’objectif, ils devront recevoir 30 millions de doses de vaccin par semaine, soit près du double des 17 millions actuels qu’ils reçoivent de toutes les sources.

Fin octobre, il a été révélé que l’UA avait l’intention d’acheter jusqu’à 110 millions de doses de vaccins Covid-19 à Moderna Inc dans le cadre d’un accord négocié en partie par les États-Unis (nous) qui différera la livraison de certaines doses destinées aux États-Unis pour faciliter l’accord, ont déclaré des responsables au Reuters agence de presse. Les doses de l’UA seront livrées au cours des prochains mois, avec 15 millions arrivant avant la fin de l’année, 35 millions au premier trimestre 2022 et jusqu’à 60 millions au deuxième trimestre. Moderna a déclaré qu’il travaillait pour permettre de remplir des doses de ses vaccins en Afrique d’ici 2023 et envisage de construire une usine de fabrication sur le continent.

Pénurie de seringues

Ajoutant à la pénurie de vaccins, Moeti a déclaré que la région est confrontée à la menace imminente d’une pénurie de seringues. Elle a dit que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) prédit une pénurie mondiale d’environ 2 milliards de seringues auto-jetables nécessaires pour le vaccin Covid-19 et la vaccination de routine. Le marché des seringues de 0,3 ml est tendu et extrêmement concurrentiel. En tant que tels, ils sont rares et le resteront au moins jusqu’au premier trimestre de 2022. L’OMS Afrique affirme que le centre Covax s’efforce de faire face à la menace en concluant des accords avec les fabricants de seringues et en améliorant la planification pour éviter que les livraisons de vaccins dépassent les fourniture de seringues. « La production de seringues à la fois au niveau mondial et local doit être augmentée », a déclaré Moeti. (VOA 28/10; aljazeera.com 28/10)

Egypte: Le comité supérieur égyptien de gestion de la crise du coronavirus a décidé d’interdire aux employés non vaccinés contre le Covid-19 d’entrer sur les lieux de travail à partir du 15 novembre, à moins qu’ils ne passent des tests PCR hebdomadaires à leurs frais pour prouver qu’ils sont indemnes du virus. Les citoyens non vaccinés ne seront pas autorisés à entrer dans les bâtiments publics à partir du 1er décembre.

La décision intervient dans le contexte des efforts de l’État pour pousser les résidents à se faire vacciner, comme il est désormais obligatoire pour les étudiants et les employés de l’État. Mais la grande majorité des fonctionnaires ne pourraient pas se permettre d’effectuer quatre tests PCR chaque mois à leurs frais en raison des bas salaires. Un seul test PCR pourrait coûter entre 700 et 1 000 livres égyptiennes (de 45 à 64 dollars environ), ce qui fait que le coût total de quatre tests est supérieur au salaire mensuel net de nombreux fonctionnaires. (site Youm7 17/10)

Kenya: Le président Uhuru Kenyatta a ordonné le 20 octobre la levée immédiate du couvre-feu contre les coronavirus en vigueur depuis mars 2020. « Avec des progrès significatifs enregistrés dans le confinement de Covid-19, il est maintenant temps de passer de la survie à la coexistence avec la maladie. , » il a dit.

Les taux de vaccination restent faibles, avec seulement 4,6% de la population adulte complètement vaccinée, selon les dernières données gouvernementales. Cependant, Kenyatta a déclaré que le pays était sur la bonne voie pour atteindre son objectif de vacciner 10 millions de personnes d’ici Noël, sur une population de près de 54 millions d’habitants. Actuellement, plus de 4,6 millions de personnes sont totalement ou partiellement vaccinées, selon les derniers chiffres. (© AFP 20/10 2021)

Libye: Le chef de l’organisme libyen chargé de lutter contre la pandémie de coronavirus, Haider al-Sayeh, a donné des instructions aux centres médicaux à travers le pays pour commencer à vacciner les Libyens dans le groupe d’âge de 12 à 17 ans, la Libye Chaîne de télévision rapporté le 7 novembre. Ils seront inoculés avec deux doses du Chinois Vaccin Sinopharm séparés par une période de six à 12 semaines.

Plus tôt le même jour, le Centre national de contrôle des maladies (NCDC) a confirmé que plus de 2 millions de Libyens avaient reçu une ou deux doses du vaccin Covid-19, qualifiant la situation épidémiologique du pays de « stable ». Cependant, il a noté une baisse du niveau de la demande de vaccinations, l’attribuant au faible taux de décès et d’infections enregistrés au cours de cette période, Al-Wasat signalé. Il a noté que le chiffre des Libyens ayant reçu les deux doses, estimé à environ 473 000, était faible, compte tenu des récents avertissements d’une quatrième vague imminente de la pandémie dans le pays. (Sources référencées dans le texte)

Maroc: Le gouvernement a déclaré qu’une baisse continue des taux d’infection à Covid-19 marquait la fin de la « troisième vague » du virus dans le pays, tandis que certaines restrictions devraient être levées. L’interdiction des voyages intérieurs de nuit devait être levée à partir du 10 novembre. Les exigences relatives au passeport pour les vaccins resteront en place. Depuis le 21 octobre, les Marocains souhaitant entrer dans les restaurants, commerces, salles de sport, administrations, sites touristiques et autres lieux publics doivent être munis d’un passeport sanitaire attestant de leur vaccination contre le coronavirus.

Un responsable du ministère de la Santé a annoncé le 9 novembre qu’il y avait eu une baisse de 33% des cas de Covid-19 au cours des deux semaines précédentes, et que la baisse continue des infections pendant quatre semaines consécutives marquait la fin de la « troisième vague ». La mise à jour indique que 22 310 662 personnes ont été complètement vaccinées jusqu’à présent, ce qui correspond à environ 60% de la population. Il a également indiqué que plus de 1,54 million de personnes avaient reçu leur troisième dose. (CARTE 9/11)

Les autorités visent désormais à vacciner 80 % de la population et ont intensifié une campagne de rappel depuis début octobre. (© AFP 31/10 2021)

Rwanda: Le Rwanda prévoit de commencer à construire une usine de fabrication de vaccins en 2022, à la suite d’un accord avec le fabricant de jab Pfizer Covid-19, BioNTech. Le ministre de la Santé, le Dr Daniel Ngamije, a déclaré que le projet sera financé par la Banque européenne d’investissement (BEI). « La capacité de l’usine commencera par produire 50 millions de vaccins au début, mais la production augmentera en fonction de la demande », a-t-il déclaré. (Les temps nouveaux 26/10)

Tunisie: La Tunisie a introduit une carte de vaccination que les citoyens sont légalement tenus de produire pour accéder aux espaces publics, aux lieux de travail, aux bâtiments gouvernementaux, aux restaurants et aux établissements d’enseignement. Webdo Le site d’information a souligné l’opposition à la décision de la chambre tunisienne des restaurateurs.

Selon le ministère de la Santé, 4,34 millions de personnes étaient considérées comme complètement vaccinées au 23 octobre – dont 3,39 millions ont reçu deux doses d’un vaccin tandis que les autres ont acquis une immunité par infection et une dose de vaccin. La population totale du pays dépasse les 11 millions d’habitants. Les progrès en matière de vaccination ont pris du retard récemment. Malgré l’organisation d’une série de journées de vaccination de masse – chacune inoculant des dizaines de milliers de personnes – les autorités sanitaires tunisiennes ont à plusieurs reprises récemment signalé un nombre élevé de non-présentations aux rendez-vous vaccinaux. (Surveillance BBC 23/10) Livraison urgente nécessaire p.23572A

[ad_2]

Laisser un commentaire