Coradia iLint : les premiers trains de voyageurs à hydrogène au monde


(CNN) — L’avenir des voyages respectueux de l’environnement est peut-être là – et c’est l’Allemagne qui mène la charge, avec la toute première ligne ferroviaire entièrement alimentée par des trains à hydrogène, à partir de mercredi.

Quatorze trains à hydrogène propulsés par pile à combustible circuleront exclusivement sur l’itinéraire de Bremervörde, en Basse-Saxe. L’accord de 93 millions d’euros (92,3 millions de dollars) a été conclu par la filiale d’État Landesnahverkehrsgesellschaft Niedersachsen (LVNG), les propriétaires du chemin de fer, et Alstom, constructeurs des trains Coradia iLint. L’Elbe-Weser Railways and Transport Company (EVB), qui exploitera les trains, et la société de gaz et d’ingénierie Linde, font également partie du projet.

Les trains, dont cinq qui ont fait leurs débuts mercredi, remplaceront progressivement les 15 trains diesel qui circulent actuellement sur la route, les 14 fonctionnant exclusivement d’ici la fin de l’année. Seulement 1 kilo d’hydrogène peut faire la même chose qu’environ 4,5 kilos de diesel.

Les trains sont sans émissions et silencieux, avec seulement de la vapeur et de l’eau condensée sortant de l’échappement. Ils ont une autonomie de 1 000 kilomètres (621 miles), ce qui signifie qu’ils peuvent fonctionner toute une journée sur le réseau avec un seul réservoir d’hydrogène. Une station de ravitaillement en hydrogène a déjà été implantée sur le parcours. Les trains peuvent aller à un maximum de 140 km/h, ou 87 mph, bien que les vitesses régulières sur la ligne soient bien inférieures, entre 80 et 120 km/h.

L'échappement du train n'émet que de la vapeur et de l'eau condensée.

L’échappement du train n’émet que de la vapeur et de l’eau condensée.

Alstom

« La mobilité sans émissions est l’un des objectifs les plus importants pour assurer un avenir durable », a déclaré Henri Poupart-Lafarge, PDG d’Alstom, dans un communiqué.

L’affaire a été une décennie dans la fabrication. LVNG recherchait des alternatives au diesel depuis 2012, selon un communiqué de presse, et en 2018, Alstom a mené un essai de deux ans des trains. L’Allemagne compte actuellement environ 4 000 trains diesel sur ses voies non électrifiées. Le Coradia iLint a également été testé en Autriche, en Pologne, en Suède et aux Pays-Bas.

La station-service, gérée par Linde, dispose de 64 réservoirs de stockage haute pression, de six compresseurs à hydrogène et de deux pompes à carburant.

Le président de Basse-Saxe, Stephan Weil, a qualifié la nouvelle de « modèle pour le reste du monde » et « d’étape importante sur la voie de la neutralité climatique dans le secteur des transports ».

La prochaine destination des trains sera Francfort, où 27 d’entre eux ont été commandés pour la zone métropolitaine. Ils feront également escale en Italie, où six trains ont été mis en service pour circuler dans la région nord de la Lombardie, et en France, où 12 trains seront répartis sur quatre régions.

Laisser un commentaire