Compter les retombées de la guerre russe – EURACTIV.fr


Le sommet UE-Union africaine de février dernier à Bruxelles, retardé d’un an par la pandémie de COVID-19, était censé annoncer le début d’une nouvelle poussée vers un « partenariat d’égal à égal » entre les deux blocs.

Cependant, elle a été immédiatement éclipsée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a rendu les relations UE-Afrique encore plus compliquées et ses les effets d’entraînement continueront de dominer les relations UE-Afrique au cours des prochains mois.

Aucun sommet de ce type n’est prévu pour 2023.

Lors d’une réunion de suivi entre la Commission européenne et l’Union africaine en novembre, les deux parties ont convenu que l’UE commencerait à allouer des fonds pour l’investissement dans les infrastructures à partir de son programme Global Gateway et fournirait un soutien à une Agence africaine des médicaments, parallèlement à la création d’un « dialogue de haut niveau sur l’intégration économique en vue de renforcer les relations commerciales et l’investissement durable. »

Ces promesses laissent entrevoir une ambition beaucoup plus faible. Le programme Global Gateway, destiné à être la réponse de l’UE à l’initiative chinoise Belt and Road, commencera à verser 750 millions d’euros au cours de l’année à venir. Comparé aux dizaines de milliards offerts par Pékin, c’est une goutte dans l’océan.

Dans l’intervalle, les retombées de la guerre russe continueront de se répercuter sur les relations UE-Afrique.

Les États africains ont payé le prix fort de la perturbation qui en a résulté des importations de blé et de céréales et des principaux intrants agricoles tels que les engrais. Couplés à une inflation élevée – un autre effet de la guerre de la Russie – ces facteurs ont poussé des pays comme le Ghana, l’Égypte et le Kenya à accepter des renflouements avec le Fonds monétaire international ces derniers mois.

Le lobbying russe en Afrique, quant à lui, augmente, avec des informations selon lesquelles Andrey Melnichenko, le fondateur du géant des engrais Eurochem, courtise les responsables du Congrès national africain en Afrique du Sud dans le but d’assouplir les régimes de sanctions et les tensions qui en résultent ne feront qu’empirer en les mois à venir si la guerre continue.

Plus tôt cette semaine, Etu Le haut représentant des affaires étrangères, Josep Borrell, a effectué son premier voyage à l’étranger de la nouvelle année au Maroc.

L’État nord-africain est l’un des partenaires les plus importants de l’UE sur le continent, notamment en matière de migration, de sécurité et de commerce. Cependant, comme de nombreux pays africains, le Maroc a également cherché à maintenir de bonnes relations diplomatiques avec la Russie et a refusé de condamner son invasion de l’Ukraine.

L’ombre de l’influence russe plane également sur l’UE assiégée agenda diplomatique et sécuritaire au Sahel.

Le diplomate en chef de l’UE, Borrell, a déclaré l’année dernière que l’UE « n’abandonne pas le Sahel » mais « restructure notre présence » dans la région, mais l’annonce du retrait des troupes par la France et l’Allemagne l’année dernière et au cours des douze prochains mois indique que mois difficiles à venir.

L’année dernière, le gouvernement allemand a déclaré qu’il commencerait à retirer ses troupes d’ici la mi-2023 et retirerait complètement ses soldats d’ici mai 2024,

Le sentiment anti-français et, plus largement, anti-occidental croissant dans la région du Sahel a été souligné par la décision de la junte militaire du Burkina Faso d’expulser l’ambassadeur de France, Luc Hallade, plus tôt cette semaine, des mois après que son voisin le Mali a fait de même.

Cela survient également moins de deux semaines après que la coordinatrice humanitaire des Nations Unies au Burkina Faso, Barbara Manzi, a également été déclarée persona non grata.

Les régimes militaires du Mali et du Burkina Faso ont tous deux intensifié leurs contacts diplomatiques avec la Russie, et l’organisation mercenaire russe, le groupe Wagner, est de plus en plus influente. Il est probable que le Tchad, le Niger et d’autres pays du Sahel et des régions voisines seront également ciblés par le Kremlin.

L’UE a récemment lancé des programmes visant à lutter contre ce que la Commission européenne décrit comme la « désinformation » russe sur les réseaux sociaux au Sahel. Les responsables bruxellois sont également parfaitement conscients que la Russie souhaite étendre sa présence via le groupe Wagner dans la région. Ce qui est moins clair, c’est s’ils peuvent faire quelque chose pour l’arrêter.

L’automne dernier, Borrell a critiqué les émissaires du bloc en Afrique pour ne pas avoir réussi à établir de meilleures relations, mais son mauvais choix de mots dans un discours quelques semaines plus tard, décrivant l’Europe comme un jardin et le monde au-delà comme « une jungle », a été reçu. avec une certaine perplexité dans les capitales africaines.

Les priorités africaines de l’UE pour l’année à venir resteront largement inchangées. La future présidence suédoise de l’UE a promis un dialogue renouvelé avec les dirigeants africains sur la migration, le développement, le commerce, la sécurité et le changement climatique. Un groupe de pays de l’UE fera également pression pour une augmentation des importations de gaz en provenance d’Algérie et d’ailleurs.

Pendant ce temps, le contrôle des migrations restera politiquement important dans les capitales de l’UE, bien que le nombre de migrants irréguliers arrivant en Espagne en provenance d’Afrique ait chuté de plus de 20 % en 2022, signe que le nombre de personnes traversant la mer Méditerranée est en baisse.

Il vaudra la peine de surveiller si la Hongrie abandonne enfin son bloc de ratification par l’UE de l’accord post-Cotonou, qui couvre les liens politiques et économiques avec les 88 États membres de la communauté Afrique, Caraïbes et Pacifique.

Bien que les responsables hongrois aient critiqué la Commission pour ne pas exiger des dispositions plus strictes sur le retour des migrants dans le traité, il n’est pas clair si Budapest utilise son bloc comme levier dans sa propre bataille de longue date avec l’exécutif européen sur l’accès aux fonds de relance post-pandémique ou comme un point de principe sur la politique.

Les retombées du scandale du Qatar Gate, qui a déjà donné lieu à des poursuites pénales contre des députés européens passés et actuels pour avoir prétendument reçu des pots-de-vin de la part de responsables qatariens, seront également intrigantes et entraîneront probablement une réécriture des règles sur le lobbying étranger dans l’UE. établissements.

Il y a des rumeurs à Bruxelles selon lesquelles le Maroc a cherché à obtenir un traitement favorable en utilisant des tactiques sur les responsables de l’UE bien que, comme le Qatar, celles-ci aient été démenties par Rabat.

[Edited by Zoran Radosavljevic]



Laisser un commentaire