COLONNE : De grandes saveurs, des ingrédients frais règnent au restaurant indien du centre-ville (8 photos)


Simmi Hundal préparant des plats réconfortants chez 5 sœurs indiennes ; « Je ne me contente pas de copier ce que font les autres », dit-elle

La curiosité culinaire de Simmi Hundal lorsqu’elle était enfant dans la cuisine l’a suivie de l’Inde à l’Angleterre.

Maintenant, elle met cette expérience à profit au Canada — ici même à Orillia, en fait.

En tant que jeune fille au Pendjab, en Inde, elle a regardé et aidé sa mère, Kanwaljit, à cuisiner.

À 12 ans, alors que sa mère faisait ses courses, Hundal a décidé d’appliquer ce qu’elle avait appris. Le résultat a surpris sa famille.

« Mon père a été choqué. Je ne lui ai même pas dit que j’étais dans la cuisine », a-t-elle déclaré. « Tu as fait des lentilles ? Daal ? Chapati ? »

Ses parents ont adoré, ce qui était un premier vote de confiance.

Quand elle avait 16 ans, Hundal a déménagé en Angleterre, où elle a appris d’un ami comment faire des samoussas à partir de zéro. Elle y a également ouvert un café indien.

Heureusement pour nous, elle est arrivée au Canada en 2015. Finalement, elle a jeté son dévolu sur Orillia.

Il y a environ deux mois et demi, elle a ouvert 5 soeurs indiennes, un petit restaurant à emporter sur la place du 10 Front St. N.

Elle a vu une demande de nourriture indienne en ville. (Oui, il y a 5 Rivers sur Mississaga Street West, et c’est fantastique, mais n’avoir qu’un seul restaurant indien en ville constitue une demande.)

Hundal pense que ce qui fait que sa nourriture se démarque, c’est son obsession pour les ingrédients frais qu’elle utilise pour créer une nourriture aussi robuste et savoureuse.

Elle est particulièrement fière de ses samoussas. Les pâtisseries frites sont emballées principalement avec des pommes de terre et des pois et se marient bien avec la sauce au tamarin de Hundal. Pour un goût plus vif et piquant, elle propose également une sauce à base de menthe, d’oignon et de coriandre fraîche. Elle devrait probablement vendre ce truc au litre.

« J’aime donner des saveurs différentes à la nourriture », a-t-elle déclaré. « Je ne me contente pas de copier ce que font les autres. J’aime ajouter mes propres ingrédients, mes propres recettes secrètes, car certaines recettes sont très courantes.

Je ne suis pas cuisinier. Je n’ai pas un palais sophistiqué – un palais adéquat serait plus précis – et quand il s’agit de cuisine indienne, c’est partout. Mes papilles gustatives sont à la fois amusées et confuses. Mais je sais que j’aime ce que je goûte, et « j’aime » est un euphémisme lorsqu’il s’agit du poulet korma de Hundal.

Le poivron vert et l’oignon jouent un rôle important dans ce plat, qui met en vedette du poulet tendre cuit dans une sauce crémeuse riche en tomates, curcuma et autres épices. Je l’apprécie avec naan. Hundal dit d’essayer avec chapati. Évidemment, vous devriez l’écouter.

« En Inde, le repas n’est pas fini s’il n’y a pas de chapati », dit-elle.

Elle recommande également le seekh kebab. Elle utilise une poitrine de poulet, avec un peu de cuisse et de cuisse pour la jutosité, et la parfume avec de la coriandre, de la pâte d’ail, de la pâte de gingembre et de l’oignon avant de l’embrocher et de la cuire au tandoor.

Beaucoup associent la cuisine indienne au piquant. La plupart sont remplies d’épices, ce qui les rend épicées par définition, mais cela ne signifie pas nécessairement piquant. Ceux qui ne supportent pas la chaleur peuvent être rassurés de savoir que Hundal cuisine avec un esprit doux. Si vous aimez le chaud, faites-le-lui savoir. Elle peut le faire aussi.

Pour ceux qui ne connaissent pas la cuisine, elle propose quelques plats d’introduction : poulet au beurre (il y a aussi une poutine au poulet au beurre si vous vous sentez cette Canadien), samosas (elle offre à tout le monde un samosa gratuit, sans achat nécessaire, jusqu’à la fin de l’année) et veggie pakora. Mélangez et commandez un thali : six plats, dont trois currys de Hundal.

Quoi que vous commandiez, cela vaut la peine de terminer l’expérience avec un dessert. Ni glace, ni tarte, ni crème brûlée. 5 Indian Sisters propose des options moins sucrées et plus salées, notamment du rasmalai (le sien se compose de paneer et de crème) et du gâteau besan (farine de gramme, curcuma, sucre et beurre).

Hundal n’est pas liée par son menu. Elle prend les demandes. Si vous lui donnez un jour de préavis, elle se fera un plaisir de concocter un curry de crevettes ou un pakora de poisson. Elle peut également répondre aux végétaliens. Appelez-la simplement au 416-818-8138.

L’hiver arrive. Il n’y a pas de meilleur moment pour la nourriture réconfortante, et c’est ce que Hundal fait de mieux.

Bravo à sa nièce, Nanki Bath, qui a conçu le logo des 5 sœurs indiennes et a trouvé le nom. Hundal avait eu l’intention de l’appeler 3 sœurs indiennes, puisqu’elle en a deux, mais Bath a insisté sur le fait qu’elle et une autre nièce étaient à peu près comme des sœurs. Faire le calcul.

Les bonnes choses

Le plus populaire: poulet tikka masala et poulet au beurre, mais le curry de chèvre monte en flèche

Le favori de Simmi Hundal: seekh kebab, veggie pakora, samosa

Mon préféré: poulet korma avec riz et naan

La chronique sur la nourriture et les boissons locales de Nathan Taylor paraît un samedi sur deux.



Laisser un commentaire