Chypre: le pape transférera les migrants en Italie après sa visite


NICOSIE, Chypre (AP) — Le pape François organise le transfert d’un certain nombre de migrants vers l’Italie en provenance de Chypre, une nation insulaire de la Méditerranée orientale, où il ouvre une visite de trois jours la semaine prochaine, a déclaré jeudi un responsable du gouvernement chypriote.

Le porte-parole du gouvernement, Marios Pelekanos, a déclaré à l’Associated Press que le Vatican était en train de prendre les dispositions nécessaires avec les autorités chypriotes. Il n’y a pas encore de détails sur le nombre de migrants qui quitteront l’île ou sur la logistique de leur voyage puisque le pontife se rendra en Grèce immédiatement après sa visite à Chypre.

Le porte-parole du Vatican n’a pas immédiatement répondu lorsqu’on lui a demandé de confirmer que le pape ramènerait effectivement des migrants en Italie ou organisait autrement leur voyage au large de Chypre.

L’Airbus 320 de l’ITA qui amènera la délégation du pape et du Vatican de Rome à Nicosie le 2 décembre ne se rendra pas en Grèce lors de la deuxième étape du voyage, selon le bureau de presse de l’ITA. Cela pourrait suggérer que tout transfert de migrants de Chypre à Rome pourrait se produire sans le pape à bord, puisqu’il doit se rendre à la capitale grecque d’Athènes le 4 décembre à bord d’un autre avion.

Le pape a fait la une des journaux en 2016 lorsqu’il a ramené une douzaine de musulmans syriens avec lui à bord de son vol de retour vers Rome après un voyage sur l’île grecque de Lesbos qui abrite un grand camp d’accueil de migrants.

Chypre a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’elle demanderait l’approbation de l’Union européenne pour cesser de traiter les demandes d’asile des migrants au milieu d’une vague de nouveaux arrivants que le pays dit être incapable de faire face.

Le gouvernement chypriote presse également l’UE de relocaliser un certain nombre de demandeurs d’asile vivant à Chypre vers d’autres pays membres du bloc et de conclure des accords avec des pays tiers pour reprendre leurs citoyens dont la demande d’asile a été rejetée.

Les autorités chypriotes affirment qu’au cours des 10 premiers mois de cette année, les arrivées de migrants ont augmenté de 38 % par rapport à l’ensemble de 2020. Sur les 10 868 nouveaux arrivants, 9 270 ont illégalement traversé une zone tampon contrôlée par les Nations Unies depuis le nord chypriote turc séparatiste pour demander l’asile. dans le sud internationalement reconnu.

Les demandeurs d’asile représentent 4 % de la population du sud de l’île, soit quatre fois la moyenne des autres États de première ligne de l’UE.

Les migrants disent que les conditions dans un camp d’accueil juste à l’extérieur de la capitale chypriote Nicosie se détériorent car il abrite actuellement près du double de sa capacité maximale de 1 200 personnes.

Schadrach Mvunze de la République démocratique du Congo a déclaré que ce que lui et les autres personnes du camp veulent, c’est un endroit où ils peuvent vivre en paix, que ce soit à Chypre ou ailleurs.

« Chypre nous a accueillis … S’ils ne peuvent pas nous accueillir, ils peuvent aussi peut-être même nous envoyer en France, au Canada, en Angleterre », a déclaré Mvunze à l’Associated Press, qui a visité le camp jeudi. « Ils peuvent nous éparpiller dans toute l’Europe pour nous mettre plus à l’aise. »

Le Nigérian Daniel Idu, qui a quitté le nord séparatiste pour demander une protection internationale dans le sud, a déclaré que tout ce qu’il demandait, c’était une chance de sortir sa mère vieillissante et son jeune fils de la misère.

« Si j’ai l’opportunité de rencontrer le pape, je ne demanderai qu’une seule chose et c’est de m’installer ici et d’avoir probablement un meilleur travail pour subvenir aux besoins de ma famille », a-t-il déclaré.

____

L’écrivain Associated Press Angela Charlton à Paris a contribué.

Copyright © 2021. Tous les droits sont réservés. Ce site Web n’est pas destiné aux utilisateurs situés dans l’Espace économique européen.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *