Check-in : les hôtels suisses répondent à la pandémie

[ad_1]

La pandémie des deux dernières années change les attitudes envers les voyages et a forcé l’industrie du tourisme à s’adapter. Andreas Züllig, président de l’association hôtelière suisse HotellerieSuisse, explique comment les hôtels défient la crise.

Ce contenu a été publié le 22 octobre 2021 – 10:00

« Comment les Suisses ont-ils géré ça ? » m’a demandé un journaliste de la télévision allemande en février de cette année. C’était en référence au fait que les stations de ski suisses restaient ouvertes.

En novembre de l’année dernière, il y avait eu un tollé dans nos pays voisins qui avaient décidé de mettre des restrictions massives sur le tourisme d’hiver, voire de fermer complètement.

Andreas Züllig

Andreas Züllig est président de l’association hôtelière suisse HotellerieSuisse depuis 2015. Il est propriétaire et gérant de l’hôtel Schweizerhof dans la station de montagne de Lenzerheide.

Fin de l’insertion

Des dirigeants politiques d’Allemagne, d’Italie, de France et d’Autriche se sont réunis pour mettre en garde contre un nouveau point chaud de coronavirus en Europe. Notre gouvernement a subi d’intenses pressions. Mais il a tenu bon – heureusement pour l’importante industrie du tourisme d’hiver en Suisse.

La confiance placée dans les concepts de sécurité mis en place pour les téléphériques et les remontées mécaniques suisses, les hôtels et les restaurants a porté ses fruits. En pleine saison d’hiver, les médias étrangers se sont soudainement intéressés au « modèle suisse ». Comment protéger les personnes mais aussi l’économie, et donc les emplois et les entreprises ?

Je crois que les Suisses ont un sens aigu des responsabilités personnelles. Pendant cette crise extraordinaire, cela les a aidés à suivre une voie pragmatique – c’est-à-dire « suisse » –. Pour cette confiance, il faut remercier les autorités.

Contenu externe

Mais les défis extraordinaires de l’année et demie écoulée ont également servi de sonnette d’alarme et de développement dans divers domaines : plus de coopération, de mise en réseau et de mise en commun des ressources et des savoir-faire pour préparer les défis futurs. Du jour au lendemain, des questions clés telles que la numérisation et la durabilité sont devenues encore plus importantes. La nécessité d’agir était acceptée, en politique, dans l’association hôtelière, et dans les entreprises individuelles.

Du jour au lendemain, nous avons dû apprendre à communiquer avec Teams, Skype et d’autres outils. Même si la numérisation fait partie de l’industrie hôtelière depuis un certain temps, d’énormes changements sont intervenus rapidement. Les données des clients devaient être collectées et de nombreuses choses qui avaient été reportées à plus tard ont soudainement dû être traitées immédiatement.

Dans notre propre hôtel, la pandémie – et tous ses concepts et réglementations de sécurité qui en découlent – ​​nous a permis, depuis le printemps, d’organiser notre réception sur une base (presque) sans papier.

Les conséquences de la pandémie occuperont également l’industrie du tourisme à l’avenir. La numérisation nous aidera à fournir des packages sur mesure. Les offres deviendront plus intégrées : de l’arrivée à l’aéroport, à la chambre d’hôtel, à la découverte des environs. Une conciergerie numérique enrichira l’expérience des clients et les aidera à découvrir de nouvelles choses.

La durabilité n’est pas seulement un mot à la mode très utilisé ; c’est aussi la base de toute entreprise prospère. À l’avenir, aucune entreprise ne réussira sans fonctionner de manière durable, avec une gestion prudente des ressources et un engagement envers un personnel bien formé et motivé, ainsi que la base financière pour sauvegarder l’avenir de l’entreprise et des emplois à long terme.

Durabilité dans le tourisme

L’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies a défini six lignes d’action pour guider la relance du tourisme responsable, en se concentrant sur la santé publique, l’inclusion sociale, la biodiversité, le climat, une économie circulaire et la gouvernance et la finance.

Le secteur suisse du tourisme a emboîté le pas plus tôt cette année avec sa campagne intitulée «Swisstainable», qui s’aligne sur les objectifs de développement durable des Nations Unies.

La campagne récompense les acteurs du secteur qui s’engagent dans le programme «Swisstainable», ainsi qu’en incitant les vacanciers à «voyager plus conscients», en s’imprégnant de la culture locale, par exemple en consommant des produits régionaux, et en restant plus longtemps.

L’industrie du tourisme s’est éloignée du ciblage des groupes de courts séjours qui, dans le passé, dépensaient beaucoup d’argent en un ou deux jours, mais qui en profitaient peu. L’application et le site Internet Suisse Mobilité proposent des cartes interactives avec des sentiers pédestres et cyclables, et en hiver des itinéraires de raquettes et de ski de fond, répertoriant les hébergements et les transports publics. Il est conçu pour encourager les visiteurs non seulement à prolonger leurs visites, mais aussi à sortir des sentiers battus.

Les Chemins de fer fédéraux suisses ont fixé à 2030 la date à laquelle ils deviendront climatiquement neutres grâce en grande partie à l’approvisionnement en énergie de leurs propres centrales hydroélectriques. Les chemins de fer affirment que les énergies renouvelables représentent déjà 100 % de l’électricité requise pour ses bâtiments et ses infrastructures, et 90 % pour faire fonctionner son matériel roulant. Les trains du Chemin de fer rhétique, qui desservent le sud-est de la Suisse, y compris les stations de montagne Davos et St Moritz, fonctionnent exclusivement à l’électricité des centrales hydroélectriques depuis 2013.

Le pays dispose d’un réseau de 19 parcs qui représentent plus d’un huitième du territoire suisse. L’objectif du réseau « Swiss Parks » est de préserver les ressources naturelles et de soutenir le développement durable et la culture des villes et villages à l’intérieur des limites du parc. Le Parc national suisse, dans le coin sud-est du pays, est la seule zone sauvage strictement protégée de Suisse.

Fin de l’insertion

C’est précisément pourquoi il est important d’aborder cette question avec encore plus d’énergie. Dès 2015, HotellerieSuisse a adopté une nouvelle stratégie et a placé l’innovation et la durabilité au centre du secteur de l’hébergement. Un groupe de travail sous l’égide de la Fédération suisse du tourisme travaille actuellement à la création d’une nouvelle stratégie de développement durable pour l’ensemble du secteur touristique suisse et à la définition des mesures pour la mettre en œuvre.

Les voyages vont définitivement changer à l’avenir. La numérisation signifiera moins de déplacements professionnels vers les villes. Comme déjà mentionné, les interactions et les réunions seront moins susceptibles d’avoir lieu en personne à l’avenir, et plus susceptibles de se dérouler virtuellement. Sur le plan environnemental, cette évolution est certainement la bienvenue. Pour le tourisme et les compagnies aériennes, cependant, cela signifie une réduction massive des revenus, et il y aura une réduction correspondante de la capacité excédentaire. Certaines compagnies aériennes ont déjà décidé de ne plus exploiter leurs avions long-courriers une fois la pandémie terminée.

Mais comment le tourisme évolue-t-il à cause de ces – maintenant presque deux – années de crise ? Il faut dire que certains changements auraient eu lieu de toute façon. Les changements démographiques, la numérisation et une plus grande sensibilisation au changement climatique étaient devenus apparents avant même le début de la crise.

Certaines de ces évolutions vont s’accentuer et s’accélérer. À l’avenir, la sécurité et la santé deviendront des facteurs clés lorsqu’il s’agit de voyager. Les voyageurs accorderont plus d’importance à la nutrition, à l’exercice, au sommeil et à la relaxation. Ralentir deviendra un argument de vente unique dans le tourisme.

Les voyageurs ne feront pas un voyage rapide dans un endroit pour montrer aux gens de retour chez eux une photo de l’endroit où ils sont allés ; l’accent sera plutôt mis sur l’expérience du lieu – une plus grande sensibilisation à la culture et à l’emplacement. Les employés deviennent de plus en plus importants. Une enquête de l’Institut Fraunhofer a montré que 80 % des clients considèrent qu’il est très important qu’un hôtel entretienne une relation respectueuse avec son personnel.

Près de 70 % des clients apprécient les comportements respectueux de l’environnement, et plus de 40 % sont également prêts à payer plus pour cela. Ainsi, le tourisme du futur va clairement dans le sens de la qualité plutôt que de la quantité. Il ne sera plus nécessaire de prendre cinq city breaks par an. L’avenir réside dans des voyages plus conscients et plus durables. Les critères clés ici sont l’offre culturelle, la sélection culinaire disponible, y compris les produits locaux et de saison, l’utilisation prudente des ressources, ainsi qu’un personnel motivé et bien formé.

La Suisse remplit toutes les conditions pour satisfaire, voire dépasser, les exigences de ses hôtes actuels et futurs.

Je suis convaincu que la Suisse saura continuer à suivre le rythme et rester compétitive face à sa concurrence internationale, que ce soit en ville ou à la montagne.

Le tourisme a toujours su sortir renforcé des périodes de crise. Pionniers du tourisme, nous le prouvons depuis plus de 150 ans.

Les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de SWI swissinfo.ch.

[ad_2]

Laisser un commentaire