Cessez-le-feu en Éthiopie : la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock et son homologue française Catherine Colonna se rendent ensemble à Addis-Abeba


Espoir de paix après deux ans de guerre

Ces derniers jours et ces dernières semaines ont été témoins d’évolutions positives en ce qui concerne un règlement pacifique durable du conflit du Tigré. Début novembre, des représentants du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) et du gouvernement fédéral éthiopien sont parvenus à un accord sur un cessez-le-feu permanent. Depuis lors, de nombreux progrès tangibles ont été accomplis dans la résolution du conflit. Les milices du Tigré sont en train d’être désarmées, les services de base pour les habitants de la région sont rétablis et l’accès humanitaire est amélioré. Les habitants des grandes villes telles que Mekelle et Shire ont à nouveau accès à l’électricité et aux communications mobiles. Fin décembre, la compagnie aérienne nationale Ethiopian Airlines a également repris ses vols vers le nord du pays, ce qui est une condition préalable importante pour relancer l’économie dans le nord.

Le fait que toutes ces mesures soient prises maintenant ne peut être tenu pour acquis. La guerre en Éthiopie a été l’une des plus meurtrières de ces deux dernières années et les divisions de méfiance dans la société sont profondes. C’est pourquoi il est maintenant important de soutenir les évolutions positives sur la voie de la paix en Éthiopie par tous les moyens possibles. Les deux ministres des Affaires étrangères s’entretiendront à ce sujet avec le Premier ministre Abiy Ahmed, le ministre des Affaires étrangères Demeke Mekonnen, le ministre de la Justice Gedion Timotheos et la présidente du pays Sahle-Work Zewde. Un autre point central des discussions sera la question des droits de l’homme. Selon ONU rapports, les crimes les plus graves contre les droits humains ont été commis par toutes les parties pendant le conflit. Le gouvernement éthiopien travaille actuellement à la mise en place d’un mécanisme de justice transitionnelle pour enquêter sur ces crimes et traduire les auteurs en justice. Parallèlement, une commission internationale d’experts a également été mandatée par la ONU Conseil des droits de l’homme pour enquêter sur les crimes.

La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine déstabilise également la Corne de l’Afrique : l’Allemagne et la France atténuent l’impact sur la région

La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine a fait grimper les prix des denrées alimentaires en raison d’une combinaison de pénuries d’approvisionnement, de prix de l’énergie plus élevés et de restrictions à l’exportation. Selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), environ 345 millions de personnes souffrent de malnutrition aiguë à l’heure actuelle, soit 69 millions de plus qu’au début de la guerre d’agression russe. Parmi ceux-ci, 47 millions de cas de malnutrition peuvent être attribués aux impacts de la guerre d’agression, selon le PAM, qui a trouvé la situation en Éthiopie particulièrement critique. Dans la Corne de l’Afrique, une sécheresse catastrophique rend difficile l’approvisionnement alimentaire suffisant et il n’a pas plu dans de nombreuses parties de la région depuis cinq ans.

Au cours de leur visite, les ministres des Affaires étrangères visiteront un entrepôt du Programme alimentaire mondial où sont empilés jusqu’au plafond des sacs de blé en provenance d’Ukraine. Ce don de blé de l’Ukraine à l’Éthiopie est maintenant rapidement distribué à ceux qui en ont besoin en Éthiopie. Il fait partie de l’initiative Grain from Ukraine lancée par l’Ukraine avec des partenaires internationaux. Dans le cadre de cette initiative, l’Ukraine fournit des céréales pour faire face aux difficultés dans les pays particulièrement touchés par la faim, comme l’Éthiopie. Les partenaires donateurs internationaux prennent en charge les frais de transport et de distribution. L’Allemagne a couvert les frais de transport des expéditions de céréales vers l’Éthiopie, tandis que la France prend en charge le transport de 25 000 tonnes de céréales vers la Somalie voisine. La livraison de 25 000 tonnes de céréales à l’Éthiopie assurera la sécurité alimentaire de 1,6 million de personnes en Éthiopie pendant un mois.

L’Union africaine : un partenaire important pour l’Europe dans la poursuite de la paix et de la sécurité

L’Union Africaine (UA) a son siège à Addis-Abeba. Ministres des affaires étrangères Annalena Baerbock et Catherine Colonne profiteront de la deuxième journée de leur visite en Éthiopie pour rencontrer le président de l’Union africaine, Moussa Faki. Ensemble, ils veulent renforcer le partenariat entre l’Union européenne et l’Union africaine.

Bien qu’elle ait été fondée il y a seulement une vingtaine d’années, la UA joue déjà un rôle important dans le lancement de missions de médiation et de paix en Afrique. L’Union africaine est engagée sur le long terme, par exemple en Somalie (avec quelque 19 500 soldats dans le cadre de l’AMISOM/ATMIS depuis 2007), et dans diverses crises aiguës en Afrique. L’Union africaine a également négocié le cessez-le-feu en Éthiopie sous la direction de l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo.

Les UA accorde une attention particulière au renforcement du rôle politique des femmes dans les processus de paix, conformément à la ONU Programme du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité. UA les initiatives comprennent FemWise, un réseau de femmes africaines promouvant la prévention des conflits et la médiation, et le Réseau des femmes leaders africaines, qui vise à assurer le leadership des femmes dans la mise en œuvre du programme de développement pour l’Afrique (Agenda 2063). Les deux initiatives bénéficient du soutien de l’Allemagne.

Laisser un commentaire