Ce sont les meilleures destinations LGBTQ+ friendly à visiter en Europe


C’est le mois de la fierté et les personnes LGBTQ+ se battent pour leurs droits et sont célébrées dans toute l’Europe.

C’est aussi officiellement l’heure d’été et comme de nombreuses personnes s’envolent pour une pause bien méritée, nous jetons un coup d’œil aux destinations les plus accueillantes pour les LGBTQ+ en Europe.

Pour la sixième année consécutive, Malte est en tête des classements. La nation méditerranéenne insulaire est connue pour ses habitants sympathiques, ses belles plages et sa scène gay dynamique après un effort concerté pour changer les attitudes dans un pays dominé par les opinions catholiques romaines.

Comment les meilleures destinations LGBTQ+ ont-elles été choisies ?

Le rapport annuel d’ILGA-Europe évalue les pays européens en fonction de leurs engagements envers les droits LGBTQ+, indiquant les meilleurs points chauds pour les vacanciers queer.

Le rapport classe les nations européennes en fonction de critères tels que la constitution, la santé LGBTQ+, l’égalité en matière de mariage et d’adoption, la reconnaissance juridique du genre et les lois sur les crimes haineux.

Quels sont les cinq principaux pays voyageurs LGBTQ+ ?

Après Maltele top 5 est complété par le Danemark, la Belgique, la Norvège et le Luxembourg.

Danemark a été la première nation au monde à accorder une reconnaissance légale aux partenariats homosexuels en 1989, tandis que le voisin scandinave Norvège introduit certaines des premières lois anti-discrimination au monde en 1981. Les deux pays sont connus pour leurs escapades urbaines cosmopolites et leurs paysages magnifiques qui peuvent être appréciés en toute saison à condition d’emporter les bons vêtements.

Pendant ce temps, les petites nations d’Europe centrale Belgique et Luxembourg sont connus pour leurs politiques progressistes et leurs attitudes publiques favorables à l’égalité. La Belgique a été le deuxième pays au monde à légaliser le mariage homosexuel et a élu son premier Premier ministre ouvertement gay, Elio Di Rupo, en 2011. Le Luxembourg a quant à lui l’approbation publique la plus élevée pour l’égalité des droits LGBTQ+ en Europe à 87 %.

Heureusement, les destinations de vacances populaires comme FrancePortugal et Espagne tous ont fait partie du top 10 avec la nation des Balkans la mieux classée, le Monténégro.

Plus tôt cette année, la France a adopté une loi interdisant la soi-disant thérapie de conversion gay et est largement considérée comme progressiste en matière de droits LGBTQ+. Pendant ce temps, le Portugal et l’Espagne, qui proposent tous deux des destinations LGBTQ+ populaires comme Gran Canaria, Barcelone et Portose sont battus pour assurer leur place parmi les nations progressistes depuis l’abandon de leurs dictateurs dans les années 1960 et 1970.

Le Monténégro, une exception parmi les nations des Balkans, figure en bonne place sur la liste grâce à ses lois anti-discrimination et à la position du gouvernement en faveur de l’union civile. Cependant, les attitudes du public sont à la traîne par rapport à la législation avec 84% du public déclarant à l’enquête mondiale sur les valeurs qu’ils ne pensaient pas que l’homosexualité était justifiable entre 2017 et 2020.

Les autres pays nordiques, déjà célèbres pour leur classements de bonheur élevéssont également très bien classés pour leur politique progressiste.

La Finlande, l’Islande et la Suède se classent toutes dans le top 12, tandis que d’autres pays d’Europe du Nord, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Allemagne, se classent respectivement 13e, 14e et 15e.

Quels sont les pires endroits pour les voyageurs LGBTQ+ ?

La Hongrie, dont gouvernement Fidesz au pouvoir a déjà été averti par l’UE au sujet de la législation anti-LGBTQ+, est arrivé 30e.

La Pologne, dont les administrations locales ont précédemment établi ce qu’on appelle « Zones franches LGBT » sans surprise obtient un score modeste à la 44e place. Le bas de la liste est complété par la Biélorussie, la Russie, l’Arménie, la Turquie et l’Azerbaïdjan.

Il est peu probable que la Russie et la Biélorussie attirent de nombreux touristes à la suite des sanctions internationales et de la condamnation après l’invasion de l’Ukraine par Poutine. Cependant, le gouvernement russe s’est déjà attiré les foudres de la communauté internationale pour sa « loi sur la propagande gay » qui, à l’instar de l’article 28 désormais abrogé au Royaume-Uni, interdit de discuter de l’homosexualité dans les écoles.

Les défilés de la Gay Pride sont interdits dans les grandes villes de Russie et des «chasseurs de gays» ont également été signalés attaquant des homosexuels dans la rue.

Pendant ce temps, en Turquie, le parti au pouvoir Justice et Développement du président Erdogan a été accusé d’avoir utilisé une clause constitutionnelle sur l’offense pour étouffer la liberté d’expression sur les questions LGBTQ+. Toutes les activités de la semaine de la fierté ont été interdites à Istanbul, la plus grande ville du pays, cette année.

Il a également été affirmé que le gouvernement turc avait dit à Netflix de supprimer un personnage gay de l’un de leurs scénarios ou risquer de perdre leur licence de tournage dans le pays.

Laisser un commentaire