Ce dont Samia a discuté avec le pape François


Dar es Salaam. La présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan a rencontré hier le pape François au Vatican lors d’une visite soulignant les relations solides entre la Tanzanie et le Saint-Siège.

La présidente est en visite de deux jours au Vatican, où elle a été reçue par le pape François.

Vatican News a écrit sur sa page officielle X (anciennement Twitter) (@VaticanNews) que lors de la réunion, les deux dirigeants ont également exprimé leur engagement commun à promouvoir la paix dans le monde.

Citant un communiqué publié par le Bureau de presse du Saint-Siège, Vatican News a rapporté que les discussions entre le président Hassan et le Pape ont été « cordiales » et ont souligné les « bonnes relations existantes » entre la Tanzanie et le Saint-Siège.

« Ils ont notamment rappelé le rôle important que l’Église catholique joue dans le pays en faveur de la population, notamment dans les domaines caritatif, éducatif et sanitaire », écrit Vatican News. L’attention, comme le souligne la déclaration citée, s’est tournée vers le contexte social en Tanzanie et « les défis auxquels le pays doit faire face ». Enfin, les discussions ont porté sur la situation régionale et l’actualité internationale, et les deux parties ont exprimé leur souhait mutuel d’un « engagement toujours plus grand en faveur de la promotion de la paix ».

Après sa rencontre avec le pape François, la Présidente a rencontré le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, accompagné du secrétaire du Vatican chargé des relations avec les États et les organisations internationales, l’archevêque Paul Richard Gallagher.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération est-africaine, January Makamba, a écrit sur sa page X officielle le dimanche 11 février 2024 que la présidente avait quitté la Tanzanie pour le Vatican, où elle devait s’entretenir en privé avec le pape.

La délégation du président comprend des représentants des associations et des missions de l’Église catholique de Tanzanie, y compris les ailes des jeunes, des hommes et des femmes.

M. Makamba a révélé à la fin du mois dernier que le président se rendrait au Vatican entre le 11 et le 12 février.

Les analystes qui ont parlé au Citizen ont déclaré le mois dernier que le voyage renforcerait la fourniture de services sociaux par l’Église catholique, en particulier dans les secteurs de l’éducation et de la santé.

Le président reviendra à temps pour rejoindre ses compatriotes tanzaniens actuellement en deuil suite au décès de l’ancien Premier ministre Edward Lowasa, décédé samedi à l’Institut cardiaque Jakaya Kikete (JKCI).

Il sera inhumé samedi.

Le voyage au Vatican fait suite à celui du mois dernier en Indonésie et sera suivi d’une visite en Norvège le 13 février.

Il s’agit de la première visite d’un chef d’Etat tanzanien depuis 2007, lorsque M. Jakaya Kikwete avait visité le Saint-Siège. « En 2016, feu le président John Magufuli a invité le pape François en Tanzanie.

Malheureusement, le pontife n’a pas pu venir cette année-là pour des raisons de santé. Cependant, il a rendu la pareille en invitant le chef de l’État tanzanien en exercice, Son Excellence Samia Suluhu Hassan », a déclaré M. Makamba en janvier.

Il a déclaré qu’à travers l’Église catholique, le Vatican soutenait la fourniture de services d’éducation et de santé dans le pays, soulignant que l’Église possède 240 écoles maternelles, 147 écoles primaires, 245 écoles secondaires, 110 centres de formation professionnelle et cinq universités.

M. Makamba a déclaré que grâce à la collaboration entre le gouvernement et l’Église, des dirigeants et des experts dans divers domaines ont été formés.

L’Église gère également au moins 473 établissements de santé à travers le pays et joue ainsi un rôle important dans la guerre contre la maladie en plus de former des experts en santé.

Le président de la Conférence épiscopale de Tanzanie (TEC), M. Gervas Nyaisonga, a déclaré le mois dernier au Citizen que la visite du président Hassan au Vatican était importante parce que les fidèles de l’Église étaient également gouvernés par des dirigeants laïcs au niveau national.

« Il convient également de noter que certains projets exécutés par l’Église ont été intégrés dans les programmes de développement national et que les délibérations au cours de la visite du mois prochain devraient grandement contribuer à améliorer l’utilisation efficace des ressources », a ajouté Mgr Nyaisonga.

Diverses institutions pourraient diriger leurs ressources vers certains groupes et en laisser d’autres de côté dans ce qui pourrait être décrit comme une mauvaise allocation et utilisation des ressources, a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire