Bimla Buti sur la physique des plasmas et la réduction de l’écart entre les sexes

[ad_1]

Les mentors de Bimla Buti étaient son père, Bodh Raj, et Subrahmanyan Chandrasekhar. En Inde, quand elle grandissait, son père l’a encouragée à poursuivre son intérêt pour les mathématiques et les sciences, et aux États-Unis, Chandrasekhar, son directeur de thèse – qui a ensuite reçu le prix Nobel de physique en 1983 – est devenu un guide à vie.

Bimla Buti
Bimla Buti au début des années 1980. Crédit : Avec l’aimable autorisation de Bimla Buti

Après avoir obtenu son doctorat en 1962 à l’Université de Chicago, la carrière universitaire de Buti l’a amenée à faire des allers-retours entre l’Inde et les États-Unis. Elle a également eu une longue association avec le Centre international Abdus Salam de physique théorique (ICTP) à Trieste, en Italie, y compris près de deux décennies en tant que directrice de la physique des plasmas.

Après que Buti se soit retirée de la recherche, en 2003, elle a créé la Fondation Buti. « Je voulais redonner quelque chose à la société », dit-elle. Le fondation promeut l’éducation, l’avancement des connaissances et la culture informatique et s’efforce d’aider le public à se connecter à la science. « Je fais de plus en plus d’efforts pour réduire l’écart entre les sexes dans les STEM », dit-elle. « C’est ma grande priorité maintenant. »

PT : Parlez-nous de votre jeunesse.

MAIS JE: Ma famille a déménagé de Lahore, qui est maintenant au Pakistan, à Delhi en 1947, à cause de la partition. Nous avons dû déménager en Inde à ce moment-là. J’avais 13 ou 14 ans. La première chose que mon père voulait faire était de nous faire admettre, moi et mes deux nièces, dans une école. Celle dans laquelle nous pouvions entrer était l’école gouvernementale pour les enfants qui avaient émigré du Pakistan. Malheureusement, cette école n’avait aucune science. J’ai commencé mes études scientifiques lorsque je suis allé à l’Université de Delhi.

PT : Pourquoi êtes-vous allé en physique ?

MAIS JE: Dès l’enfance, je me suis intéressé aux mathématiques. J’étais vraiment bon en mathématiques. C’est la raison pour laquelle je suis allé dans la physique théorique plutôt qu’expérimentale. Après avoir terminé mes diplômes de licence et de maîtrise à l’Université de Delhi, j’ai reçu une bourse du gouvernement indien pour partir à l’étranger pour mon doctorat.

Le ministère de l’Éducation m’a demandé d’énumérer trois universités dans lesquelles je souhaiterais poursuivre des études. J’ai dit l’Université de Chicago, l’Université de Californie à Berkeley et Columbia. Un beau matin, j’ai reçu une lettre disant que j’avais été admis à l’Université de Chicago. Le ministère a tout arrangé.

PT : Aviez-vous déjà choisi votre domaine de recherche ?

MAIS JE: À cette époque, à l’Université de Delhi, la physique des particules était une matière de prédilection, je suis donc allé à Chicago avec l’intention de faire des recherches en physique des particules. Au cours des deux premiers trimestres, j’ai suivi deux cours de mécanique quantique avec Chandrasekhar. J’étais tellement impressionné par sa simplicité, sa façon d’enseigner, que je me suis dit, je vais oublier la physique des particules. Je vais travailler avec lui, à condition qu’il m’accepte.

Après avoir terminé tous les cours pour mon examen de qualification, je suis allé voir Chandra – c’est comme ça que tout le monde l’appelait – et j’ai dit que j’aimerais travailler avec lui. Il a expliqué qu’il n’était sur le campus de l’Université de Chicago que les jeudis et vendredis – il séjournait à l’observatoire de Yerkes, à environ 90 miles au nord du campus principal. Si je travaillais avec lui, je n’aurais pas beaucoup de temps avec lui, dit-il. J’ai accepté le défi. Il m’a donné des références pour deux articles et m’a dit de revenir la semaine prochaine.

La semaine suivante, il m’a demandé ce que j’avais trouvé dans les journaux. Je lui ai dit que j’avais trouvé des lacunes dans l’un des papiers, et je les lui ai expliquées. « D’accord », a-t-il dit, « alors vous allez de l’avant et vous occupez de ces lacunes. »

À cette époque, Chandra travaillait sur la magnétohydrodynamique, qui est liée à la physique des plasmas. C’est ainsi que je suis entré dans la physique des plasmas. Corriger les lacunes de cet article est devenu une partie de ma thèse de doctorat.

Bimla Buti parle avec Subrahmanyan Chandrasekhar
Bimla Buti (à gauche) s’entretient avec Subrahmanyan Chandrasekhar (au centre) et d’autres personnes au Centre d’applications spatiales d’Ahmedabad, en Inde, en 1982. Crédit : avec l’aimable autorisation de Bimla Buti

PT : Comment était-ce de travailler avec Chandrasekhar ?

MAIS JE: J’ai énormément apprécié. J’ai reçu une formation absolument superbe de sa part. Après cette formation, je n’avais pas du tout peur de faire face à un public lorsque je devais donner une conférence – j’avais acquis cette confiance.

Beaucoup de gens, y compris ses étudiants, avaient l’habitude de penser que Chandra était une personne très sèche et pas très sociable. Mais mon expérience a été complètement différente. Je pense qu’une fois qu’il a appris à vous connaître, il était très sociable. Et pour une raison quelconque, j’étais très proche de lui. Par conséquent, chaque fois que je visitais les États-Unis, je me faisais un devoir d’aller à Chicago pour le voir.

Lors d’une de ces visites, il travaillait sur son dernier livre, sur le Principaux. Il était très excité à ce sujet. Il m’a emmené aux archives de l’Université de Chicago. Dans cette bibliothèque, j’ai vu des notes manuscrites de Newton. C’était incroyable. Je ne l’oublierai jamais.

PT : Qu’avez-vous fait après avoir terminé votre doctorat ?

MAIS JE: Je suis retourné en Inde – comme l’exigeait ma bourse du gouvernement – et j’ai rejoint l’Université de Delhi dans le cadre d’un programme destiné aux personnes revenant de l’étranger après avoir fait leur doctorat. Ce n’était pas un poste de professeur. J’ai commencé à faire de la recherche et à enseigner dans le département de physique.

Après quelques années, j’ai décidé de retourner aux États-Unis pour mon postdoc. Je suis allé au Goddard Space Flight Center de la NASA dans le Maryland.

Puis, de retour en Inde, j’ai travaillé au Laboratoire de Recherche Physique [PRL], un institut national de recherche à Ahmedabad. J’ai rejoint le PRL en tant que professeur associé, puis j’y suis devenu professeur principal puis doyen des sciences. Au fil des ans, j’ai également passé du temps aux États-Unis dans d’autres centres de la NASA – au Ames Research Center en 1972–73 et au Jet Propulsion Laboratory en 1987–89 et à nouveau en 1997–2001.

Bimla Buti au Laboratoire de recherche physique à Ahmedabad, Inde
Bimla Buti, présentée ici au début des années 1990, a passé une grande partie de sa carrière au Laboratoire de recherche physique d’Ahmedabad, en Inde. Crédit : Avec l’aimable autorisation de Bimla Buti

PT : De quelles contributions scientifiques êtes-vous le plus fier ?

MAIS JE: Il y a pas mal de choses. En tant que physicien des plasmas, je me spécialise dans les aspects théoriques de certains problèmes fondamentaux intrigants rencontrés en laboratoire ainsi que dans les plasmas spatiaux. En abordant n’importe quel problème, je pars des équations fondamentales régissant le système considéré et je construis un modèle mathématique général. Je procède ensuite à l’application du modèle pour interpréter les phénomènes observés dans les plasmas de laboratoire, spatiaux et astrophysiques. J’ai beaucoup travaillé dans les domaines des processus non linéaires, turbulents et chaotiques dans les plasmas relativistes et non relativistes. Un exemple est le phénomène fascinant des solitons, qui ont des applications dans des observations jusqu’ici inexpliquées du chauffage coronal solaire.

Un autre exemple est que j’ai montré la possibilité de l’existence d’une cohérence dans un système autrement chaotique. Diverses observations le confirment. Un bel exemple est la planète Jupiter, qui présente simultanément turbulence et chaos et sa grande tache rouge cohérente, vue par la NASA Voyageur 1 en mars 1979.

PT : Comment êtes-vous entré dans l’ICTP ?

MAIS JE: La première fois que j’y suis allé, c’était en tant qu’associé de recherche. Sur une période de cinq ans, vous pourriez visiter l’ICTP trois fois pendant trois mois.

Lorsque le fondateur de l’ICTP, Abdus Salam, a créé le centre en 1964, son objectif était d’apporter expérience et éducation aux scientifiques des pays en développement. Il recevrait des conférenciers de pays développés, mais les participants viendraient pour la plupart de pays en développement.

Lors de ma deuxième visite, Salam m’a dit : « Que diriez-vous de prendre la responsabilité de tenir le collège de physique des plasmas ? Les collèges, ou écoles, se tiennent en alternance, et le directeur d’un collège particulier doit faire tout le travail administratif – sélectionner les participants, inviter les conférenciers, etc. Je l’ai fait à partir de 1985. Voir les jeunes étudiants, pour la plupart originaires de pays en développement, interagir avec des personnes âgées du monde entier et voir la satisfaction sur leurs visages m’a procuré beaucoup de satisfaction. C’était un travail difficile, mais j’ai apprécié.

Après presque 18 ans, en 2003, j’ai dit au directeur de l’ICTP que j’en avais assez fait et qu’une personne plus jeune devrait prendre la relève.

PT : Qu’as-tu fait depuis ?

MAIS JE: En 2003, j’ai créé ma fondation. Grâce à la fondation, j’ai créé des prix, gérés par divers instituts, pour les jeunes scientifiques – et les moins jeunes – et j’ai des médailles d’or pour les étudiantes à l’Indian Institute of Technology de Delhi, Madras et Indore. Nous organisons des conférences publiques et organisons un concours scientifique pour les écoliers. Je suis également très fier des trois prix lancés par ma fondation pour les étudiants malvoyants à l’Université de Delhi.

La fondation a également lancé des centres pour la science et la société. L’objectif est d’accroître les interactions entre les spécialistes des sciences naturelles et sociales, et entre les scientifiques et les non-scientifiques. J’essaie d’utiliser la fondation et ses quatre centres [in Ahmedabad, Bareilly, Delhi, and Indore] pour réduire les préjugés sexistes dans les STEM. Je parle aux administrateurs et aux décideurs et je leur dis que nous devons faire des choses pour encourager les femmes scientifiques.

Les gens disent : « Vous êtes un scientifique, comment se fait-il que vous ayez décidé de faire de la philanthropie ? C’était peut-être l’influence de mon père. Professionnellement, il était avocat, mais il était aussi travailleur social et combattant de la liberté – il a travaillé sans relâche pour que l’Inde soit libérée de la domination britannique. Donc j’ai dû avoir le sentiment de lui que je devais redonner à la société. Jusqu’à présent, les fonds de la fondation ont été mes fonds personnels.

Même si une grande partie de mon temps est consacrée aux activités de ma fondation, je donne toujours des conférences scientifiques et des conférences sur les femmes dans la science. Et j’assiste à des conférences. J’ai arrêté de faire des recherches il y a quelques années. Mais je vais pour des discussions scientifiques. Je garde une trace de ce qui se passe.

PT : Dans votre génération, peu de femmes sont devenues physiciennes. Pourquoi t’es-tu accroché à ça ?

MAIS JE: Ma mère est morte quand j’étais très jeune et j’ai été élevé par mon père. Il s’intéressait aux mathématiques. Et il voulait que tous ses enfants fassent des études supérieures. Mon père était très fier que j’aie reçu la bourse du gouvernement pour étudier aux États-Unis.

Il aurait probablement aimé que je me marie. Mais je lui ai dit : « Écoute, tu connais ma nature ; quelle que soit la responsabilité que j’assume, je la prends très au sérieux. Si je me marie, je consacrerai du temps à la famille, donc évidemment je ne pourrai pas me consacrer à 100% à mon métier, et je ne le souhaite pas. Il a accepté ma décision. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir un père aussi compréhensif et attentionné.

PT : Que pensez-vous de la situation actuelle en Inde pour les femmes scientifiques ?

MAIS JE: En ce qui concerne l’éducation scientifique pour les femmes, pour une raison quelconque, les femmes ont un peu peur d’aller en physique et en mathématiques. Mais je voudrais souligner que ce n’est pas un problème uniquement en Inde, c’est un problème universel. En fait, quand j’étais à Chicago, dans mon année, seules trois étudiantes ont rejoint le département de physique, et nous étions toutes étrangères.

Depuis lors, l’écart a diminué assez rapidement aux États-Unis et en Europe. En Inde, il n’a pas diminué aussi rapidement, mais nous travaillons très dur dans ce sens. Aujourd’hui, dans certaines universités, certains départements de physique comptent 50 % d’étudiantes, mais lorsqu’il s’agit de se lancer dans une carrière scientifique, le nombre diminue considérablement.

Il faut travailler fort pour apporter des changements dans la société, notamment pour convaincre les gens que les responsabilités familiales doivent être partagées entre les hommes et les femmes. Et à mon avis, les femmes elles-mêmes doivent prendre des initiatives fortes pour convaincre leurs familles et elles-mêmes qu’elles peuvent et doivent pouvoir poursuivre des carrières scientifiques.

[ad_2]

Laisser un commentaire