Bienvenue en enfer cet Halloween, au « Hell Museum » de Singapour – YP

[ad_1]

Pour Halloween cette année, l’enfer est ouvert à tous ceux qui osent le visiter.

Pour voir de mes propres yeux ce que cela pourrait être d’être en enfer, j’ai visité l’attraction 10 Courts of Hell du Hell Museum de Singapour, situé dans la populaire villa Haw Par.

L’attraction 10 Courts of Hell explique en détail les punitions dans l’au-delà pour ceux qui y ont été envoyés.

L’entrée de Haw Par Villa. Le parc a rouvert le 1er juillet, après une fermeture de neuf mois pour travaux de modernisation. Photo : Doris Wai

Je me suis souvenu d’avoir visité l’endroit il y a de nombreuses années quand j’étais lycéen, et cela m’a fait peur. Mais maintenant que je suis adulte, je serais sûrement à l’abri de l’horreur, non ?

Avec le panneau rouge vif à l’entrée et la billetterie avec les mots « Tickets to Hell », il n’y avait aucun doute sur l’endroit où je me dirigeais avec mon guide pour la journée.

En entrant dans le musée, j’ai été immédiatement attiré par le mur d’illusion d’optique « ciel et enfer » à l’entrée, qui ne fait que me rappeler que j’étais sur le point de me lancer dans un voyage dans le royaume d’un autre monde.

Le mur optique « ciel et enfer » où les visiteurs entrent dans les royaumes d’un autre monde du paradis et de l’enfer. Photo : Voyages Pte Ltd

Divisé en deux sections principales, la première partie du musée était étonnamment bien moins effrayante que je ne l’avais imaginé. Au contraire, j’étais fasciné par les différentes interprétations de la mort et de la mort à travers les religions.

Et tandis que mon guide m’expliquait les origines du catholicisme, je ne pouvais m’empêcher de me demander comment deux cultures on ne peut plus différentes avaient des similitudes si frappantes lorsqu’il s’agit d’honorer le défunt. J’ai inspecté les offrandes décorant un autel pour le Jour des Morts et celles disposées sur un autel utilisé pendant le festival chinois des fantômes affamés.

Juste au moment où j’allais regarder de plus près quelques prières et vers imprimés sur le mur de la galerie, nous avons été conduits à la deuxième partie du musée – le jardin de sculptures.

Entrée des 10 Cours de l’Enfer. Garder l’entrée sont Ox Head et Horse Face, qui sont chargés d’escorter les âmes à travers les 10 tribunaux pour les punitions à infliger. Photo : Doris Wai

Et c’est à ce moment-là que j’ai dégluti en regardant les têtes miniatures ensanglantées qui dépassaient d’une surface brune et pierreuse, qui me regardaient droit en face. C’était ça. Nous approchions des 10 cours de l’enfer.

Après une brève introduction aux gardiens de l’Enfer, nous avons été conduits dans le « tunnel » à l’air menaçant et accueillis par une scène d’une âme agenouillée devant le roi Qinguang, qui règne sur la première cour de l’enfer.

Ici, dans la première cour, le roi Qinguang décide du sort d’une âme récemment décédée. Photo : Doris Wai

Ici, le roi Qinguang procède à un procès pour chaque personne décédée. Il les juge sur la façon dont ils se sont comportés de leur vivant. On nous a dit que ceux qui avaient accumulé suffisamment de bonnes actions pouvaient échapper aux neuf cours restantes et traverser les ponts d’or et d’argent à la place.

Et alors que je résumais ma vie avec ferveur (et que j’avais un moment de déjà vu de moi-même en train de faire exactement la même chose la dernière fois que j’étais ici) pour me demander si j’avais encore une chance de traverser l’un ou l’autre pont, nous avons été amenés aux neuf autres tribunaux, où des peines brutales ont été infligées à diverses peines.

Ceux qui ont fait suffisamment de bonnes actions peuvent traverser ces ponts pour devenir des divinités ou renaître en tant qu’humains dotés d’une bonne vie. Photo : Doris Wai

Ceux-ci comprenaient le fait d’être cloué au sol par une grosse pierre pour ne pas avoir obéi à ses frères et sœurs plus âgés et de manquer de piété filiale, et de se faire scier le corps en deux pour gaspiller de la nourriture.

Alors que chaque punition torturée était tout aussi dérangeante que je m’en souvenais, j’ai également une nouvelle appréciation pour ces expositions. Leur but n’est pas d’effrayer les visiteurs sans méfiance. Au contraire, ces représentations sanglantes m’ont incité à réfléchir à la façon dont je devrais vivre un style de vie moins gaspilleur (ne plus jeter ces restes dans le réfrigérateur) et être plus prévenant envers les autres – de peur que je ne reçoive le traitement à la pierre.

Les mots « La mer d’amertume n’a pas de limites, tournez la tête pour voir le rivage. » gravé sur une pierre menant aux 10 cours de l’enfer. Il rappelle aux visiteurs qu’il n’est jamais trop tard pour se repentir. Photo : Doris Wai

Et assez étrangement, je me suis retrouvé à vouloir voir plus de monde souterrain épouvantable à la fin de la tournée.

Que ce soit si je suis devenu plus courageux au fil des ans, une chose est sûre : le voyage au Hell’s Museum a changé ma perception de la vie, de la mort et de l’au-delà.

Le musée est ouvert au public du mardi au dimanche de 10h à 18h. Les réservations doivent être faites à l’avance.

[ad_2]

Laisser un commentaire