Bayliss réalise enfin son ambition à l’étranger


Le jockey du Queensland Jake Bayliss réalisera le rêve de sa vie et déménagera à Singapour pour monter après avoir obtenu une licence de 12 mois par le Singapore Turf Club, avec son compatriote Ronnie Stewart cette semaine.

Bayliss, qui gérait la ferme de son défunt grand-père, déménagera dans le centre de course asiatique au début de l’année prochaine alors qu’il cherche à s’établir à l’étranger.

Alors que les courses de Singapour ont fait la une des journaux plus pour ses départs que pour ses arrivées tardives, Bayliss et Stewart renforceront les rangs des expatriés au cours de la nouvelle saison.

« C’était un rêve et un objectif à long terme, j’ai dû m’occuper de la ferme après le décès de mon grand-père pendant un certain temps, mais le moment est venu, donc je suis très dépassé par tout cela », a déclaré Bayliss.

« J’ai toujours rêvé de rouler à l’international. Nous n’étions que des enfants quand mon père était coureur sur piste pour Mick Kent là-bas, donc nous avons fait des allers-retours quand j’étais jeune.

« Je suis allé postuler à Singapour il y a deux ans à mon retour de Nouvelle-Zélande. Je vivais dans la ferme familiale près d’Ipswich et j’ai rédigé mon curriculum vitae et tout allait bien, mais mon grand-père est devenu vraiment escroc.

Sydney Racing : le jour des championnats 2

Ronnie Stewart rejoindra Jake Bayliss à Singapour. Image : Getty Images

« Il était incapable de gérer la ferme et ma grand-mère m’a demandé si je pouvais retarder Singapour – elle savait à quel point cela signifiait pour moi – mais j’étais heureux de faire passer la famille en premier parce que la ferme était un gros travail, c’est 1000 acres avec des centaines par tête de bétail.

« Mon cousin et moi étions les seuls capables de s’occuper de la ferme, alors je suis resté dans le Queensland et j’ai équilibré l’équitation et tout ça. »

Triple vainqueur du Groupe 1 en Nouvelle-Zélande, Bayliss a lentement progressé dans le Queensland et compte 11 victoires à côté de son nom jusqu’à présent cette saison.

Alors que la ferme familiale s’effondre lentement, Bayliss a déclaré qu’il voulait sauter sur l’occasion alors qu’il était encore un jeune cavalier.

« Cela fait un an cette semaine que mon grand-père est décédé et beaucoup de bétail ont été vendus depuis lors, j’ai encore 50 têtes à moi, mais beaucoup d’emplois ont été réduits, ce n’est donc pas une opération aussi importante. » il a dit.

« Ce n’est pas aussi pratique qu’avant, alors j’ai toujours eu en tête que c’était quelque chose que je voulais faire et je me donnerais un coup de pied dans 10 ans si je ratais l’occasion. »

Bayliss montera Intrepidacious pour l’ancien entraîneur basé à Singapour Lee Freedman dans le Listed Eureka Stud Classic à la Gold Coast.

Laisser un commentaire