Barkley Bears souffre pour jouer au gros gibier



PEU APRÈS RORY McILROY DÉCHIRÉ son polo Nike en lambeaux après un dimanche 74 au championnat du monde DP, il était dans les vestiaires en train de déchirer la plaque signalétique temporaire de son casier.

Pas par frustration, mais par gentillesse.

Il l’a fait pour offrir la pièce en plastique au golfeur Kurtis Barkley de Chesterville, en Ontario, un concurrent du Jumeriah Golf Estates à Dubaï la semaine dernière, tout comme le quadruple champion majeur.

McIlroy l’a même signé.

Bien sûr, Barkley ignorait que McIlroy était parti tous les instants Hulk Hogan avant l’interaction. Il ne l’aurait pas approché s’il l’avait été. Mais alors qu’il rassemblait des objets personnels après sa deuxième place dans le Finale de l’Association européenne des golfeurs handicapés (EDGA) à Dubaï la veille, Barkley a aperçu l’Irlandais du Nord et a demandé l’autographe.

McIlroy a accepté, offrant à Barkley la fin parfaite d’une semaine passée à côtoyer certains des meilleurs golfeurs du monde.

Barkley, qui est né avec une scoliose, a été invité à la finale de l’EDGA à Dubaï, à huit, lors de tournois de qualification cet été en Écosse et en Angleterre. Il a actuellement un indice de handicap de +0,6, est classé cinquième au monde pour les golfeurs handicapés et a remporté des rondes de 72-75 à Dubaï pour un total de trois au-dessus de la normale, quatre coups derrière Brendan Lawlor d’Irlande. Barkley a réduit le déficit à un avec quelques trous à jouer, mais il a raté les 16e et 18e tandis que Lawlor a réussi deux oiselets en rentrant à la maison.

Lors d’un appel Zoom avec son bon copain et caddie à Dubaï, John MacPherson, Barkley a déploré sa performance sur les normales 5. Trop conservateur, a-t-il dit, avec des décisions prises par peur. Il était trois au-dessus de la normale sur ces seuls trous et il envisage déjà une approche différente s’il se qualifie à nouveau pour le tournoi.

« Petite remarque », a mentionné MacPherson, « le parcours que nous jouons (Cedar Glen, au sud d’Ottawa) n’a plus de normale 5. Mais ils allongent un trou pour en faire un par 5, alors peut-être pouvons-nous demander au propriétaire s’il le fait pour aider Kurtis à Dubaï l’année prochaine.

Barkley a commencé à balancer des clubs à quatre ans et s’est lancé dans le jeu de manière compétitive pendant les trois années que sa famille a passées en Australie – de huit à 11 ans – pour le travail de son père. Ce qu’il fait n’est pas une mince affaire, avec une colonne vertébrale qui se courbe de trois manières – dont la plus extrême est proche de 50 degrés – et des côtes manquantes d’un côté de son corps. La chirurgie n’était pas une option pour Barkley parce qu’elle l’aurait confiné dans un fauteuil roulant, alors il fait face à une douleur constante « à sa manière », comparant son cadre 5-5 à une mini boîte de pop dans laquelle les parties du corps et les organes sont destinés à une canette de taille normale doit s’adapter.

« Je sais ce que je peux gérer. Beaucoup de gens ne voient pas les choses avec lesquelles je traite en dehors du terrain de golf », a déclaré Barkley, 34 ans. « Il y a eu des moments où j’étais au lit pendant trois jours parce que je ne pouvais pas me lever et ne pouvais pas sortir et je ne pouvais pas bouger. Ils voient le côté golf, mais ils ne voient pas les choses dures.

Ce qui soulève la question de savoir comment Barkley parvient à jouer au jeu, le swing de golf aussi dur sur la colonne vertébrale que n’importe quel mouvement athlétique.

« La façon dont je le regarde est un état d’esprit », a-t-il expliqué dans une cadence mesurée. «Je suis très fort mentalement parce que j’ai toujours dû l’être. Quand je suis sur le parcours, John et moi établissons un plan de match, et quand je suis sur le premier tee, je ne pense pas à mon dos. Je ne pense pas à la douleur dans laquelle je suis. Je ne pense à rien. Je n’ai qu’une pensée et c’est le coup que je dois frapper ici, maintenant. Je ne pense pas à mon handicap donc mon esprit ne ressent pas la douleur. Je suis comme tout le monde quand je suis sur le parcours.

MacDonald a déclaré: « J’ai regardé Kurtis jouer au golf sur notre parcours local ici pendant un certain temps, donc nous voyons Kurtis frapper là-bas et il nous bat tout le temps, mais le voir sortir et jouer sur un parcours de niveau professionnel et naviguer autour le parcours comme il l’a fait et lu les greens, c’était assez spécial et m’a permis de mieux comprendre à quel point ces joueurs sont bons. On appelle encore ça le handicap en Europe ; ici au Canada, nous n’utilisons pas le mot handicap. Mais c’était assez unique de voir à quel point ils sont bons compte tenu de leurs handicaps. »

Barkley n’aime pas non plus le mot handicap. À cette fin, il convient de noter que la compétition inaugurale pancanadienne au parcours municipal de Toronto Humber Valley que Barkley a remporté en septembre par un énorme 16 tirs avec des rondes de 69-67 s’appelait le championnat de toutes les capacités.

« Je ne me vois pas avoir un handicap, mais cela ne change rien au fait que je suis différent », dit-il. « Cela ne définit pas qui je suis. C’est plus une motivation. Les gens disent que je ne peux pas faire quoi que ce soit et je m’assois et je dis : « Eh bien, regarde-moi. »

Son prochain objectif est d’amener plus de gens à regarder. Avec l’annonce de tournois internationaux supplémentaires à l’horizon, Barkley essaie de comprendre comment payer pour tout cela. L’EDGA fournit des crédits de vol et couvre les dépenses d’hôtel et de nourriture pour ses événements tandis que Barkley obtient une aide financière de ParaGolf Ontario et ParaGolf Canada fournit des vêtements grâce à un accord avec adidas. De plus, Titleist s’est efforcé de fournir des balles de golf et des chapeaux, bien que, comme l’a souligné MacPherson, Barkley « perd environ six balles par été ».

« Mais je les use John, je les use », répliqua Kurtis.

Pourtant, il y a beaucoup de dépenses alors qu’il se bat pour atteindre le numéro 1 mondial, bien que toute dette qu’il ait contractée n’enlève rien à sa semaine à Dubaï, où il a été traité comme un joueur de tournée partout où il est allé. Ce n’était pas seulement que les golfeurs EDGA séjournaient dans le même complexe que les joueurs de l’European Tour ; ils ont joué le même parcours dans les mêmes conditions sur deux de leurs jours de tournoi. En plus de McIlory, Barkley a tiré la brise avec Ian Poulter, Shane Lowry, Tommy Fleetwood, Collin Morikawa et plus encore. Billy Horschel a même dit à Barkley de lui ouvrir les trous avant la ronde de samedi.

« Je suis arrivé deuxième mais ça n’a pas semblé être une perte, tu vois ce que je veux dire ? » Barkley a conclu. « Je m’en souviendrai toute ma vie. »



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *