Aventure en solo à travers le Canada : malgré des crevaisons et des chaînes cassées, une femme de la Colombie-Britannique termine son voyage à St. John’s après avoir traversé le pays à vélo


ST. JOHN’S, T.-N.-L. — Dylan Murphy
Spécial pour le réseau SaltWire

Le parcours de Lillian Hill au cours des trois derniers mois et demi a été tout simplement inspirant.

L’ancien enseignant préscolaire de Kelowna, en Colombie-Britannique, âgé de 56 ans, a quitté Vancouver le 28 mai et s’est arrêté à St. John’s trois mois plus tard, le 3 septembre, après une randonnée à vélo de près de 9 300 kilomètres à travers le pays.

Hill, qui a immigré au Canada il y a 35 ans de Manchester, en Angleterre, travaille actuellement comme soignante pour les malades en phase terminale. Elle dit que grâce à ce travail, ainsi qu’à l’expérience récente d’étudier l’histoire du Canada pour son examen de citoyenneté, elle a été inspirée à emballer un vélo avec une tente et des fournitures et à décoller pour voir tout le pays de ses propres yeux.

« Travailler avec des personnes qui meurent et entendre leurs histoires sur le fait de vouloir voyager et, quelle qu’en soit la raison, d’attendre toujours et de ne jamais le faire. Alors, j’ai pensé, eh bien, si ce n’est pas maintenant, alors qu’est-ce que j’attends ? »


Lillian Hill s'est arrêtée pour une courte pause à un panneau indiquant le centre géographique du Canada au Manitoba.  Son vélo, sur la photo, était lourdement chargé de fournitures pour rester aussi autonome que possible.  - Contribué]
Lillian Hill s’est arrêtée pour une courte pause à un panneau indiquant le centre géographique du Canada au Manitoba. Son vélo, sur la photo, était lourdement chargé de fournitures pour rester aussi autonome que possible. – Contribué]

À travers la Colombie-Britannique et les Prairies, Hill s’est principalement tenu à la route transcanadienne, faisant des détours à certains endroits par des sentiers et dans de petites villes et des campings pour s’arrêter et se reposer.

«Des gens vraiment adorables et vraiment gentils, partout au pays», a déclaré Hill. « Les gens que je rencontrais m’invitaient souvent à dîner ou me proposaient de camper dans leurs jardins. »

Les autoroutes principales traversant l’Ontario n’autorisent pas les cyclistes, donc traverser cette province était beaucoup plus compliqué. Hill n’avait pas l’impression que les lois routières de l’Ontario respectaient autant les cyclistes que les autres provinces.

« C’est un peu risqué de rouler sur ces routes secondaires à travers l’Ontario », a déclaré Hill. « Je n’arrivais pas vraiment à trouver de pistes cyclables à utiliser et j’ai fini par longer le lac Supérieur en direction de Toronto. Il y avait des parties où je descendais de mon vélo et marchais parce que c’était trop étroit. C’est juste les voitures et ensuite le gravier et il n’y a nulle part où aller quand les voitures roulent à 110 (kilomètres par heure).


« Des gens vraiment adorables, vraiment sympas, partout à travers le pays. »
— Lilian Hill


Le Québec et les Maritimes, heureusement, étaient beaucoup plus hospitaliers.

« Je ne savais pas quand je suis arrivé à Québec, j’étais sur une route secondaire et un accident sur la 401 déviée. Il n’y avait pas assez de place pour le vélo, alors je me suis arrêté dans ce petit pub. Je pensais que j’étais encore en Ontario, mais apparemment, j’étais au Québec à ce moment-là », se souvient-elle.

« Bref, j’ai discuté avec les gens là-bas, ils ont vu mon vélo, et puis un des gars m’a proposé de faire un tour sur son bateau ponton. Alors, ils ont mis mon vélo sur le ponton. Et puis j’ai dû descendre tout le long du fleuve Saint-Laurent pour toute la journée.

Elle a fini par passer la nuit chez eux ce soir-là, ajoute-t-elle.


Ce coucher de soleil à Quidi Vidi est l'une des photographies les plus précieuses de Lillian Hill du voyage.  Elle dit que sa vue lui a coupé le souffle.  - Contribué - Contribué
Ce coucher de soleil à Quidi Vidi est l’une des photographies les plus précieuses de Lillian Hill du voyage. Elle dit que sa vue lui a coupé le souffle. – Contribué – Contribué

Visiter le Canada atlantique

Après une longue tournée au Québec, Hill a traversé le Nouveau-Brunswick et le long des côtes ouest et sud de la Nouvelle-Écosse avant de se diriger vers le nord pour prendre un traversier vers l’Île-du-Prince-Édouard.

Pour la dernière étape du voyage, Hill a pris la traversée de Marine Atlantique jusqu’à Argentia et a traversé le dernier tronçon de la route transcanadienne avant d’arriver à St. John’s. Hill a officiellement conclu sa tournée à travers le pays à Cape Spear et depuis lors, elle profite simplement des images, des sons et des odeurs de la province la plus à l’est.

« J’étais à Quidi Vidi à la brasserie, j’écoutais de la musique, et ces deux gars me racontaient tout, et ils ont fini par payer ma facture et m’acheter un sweat-shirt, et l’un d’eux m’a juste dit : ‘Bienvenue à Terre-Neuve, profitez de votre temps ici. J’étais absolument terrassé parce que les gens sont si amicaux.

Retour à la maison

En raison des impacts de la tempête post-tropicale Earl’s sur la partie insulaire de la province, Hill n’a pas pu ramener le traversier Argentia vers la Nouvelle-Écosse comme prévu initialement pour prendre un vol de retour vers la Colombie-Britannique via Halifax. Au lieu de cela, elle a dû prendre d’autres dispositions pour partir de St. John’s International le 19 septembre, juste un autre dans une longue série d’inconvénients finalement mineurs qui ont surgi tout au long de son voyage, comme des crevaisons et d’autres problèmes mécaniques mineurs. Hill dit qu’elle ne s’est jamais inquiétée lorsque ces problèmes surgissaient, car une solution était généralement à portée de main.

« Un pneu crevé n’est qu’un pneu crevé, une chaîne cassée n’est que cela, c’est facilement réparable », a déclaré Hill.

« Ce ne sont que des obstacles, c’est tout ce qu’ils sont. Rien de tel ne me ferait faire demi-tour et rentrer chez moi.


« Je pense que les gens ont trouvé ça intéressant parce que je suis normal, je suis comme eux. Je suis maman d’une fille de 32 ans et d’un fils de 27 ans, pas d’un super athlète. »
– Colline


Tout au long du chemin, Hill a rencontré des gens dans des cafés, des terrains de camping, des ateliers de réparation de vélos et partout entre les deux. Presque tous ont été bouleversés lorsqu’ils ont entendu parler de son voyage en solo.

« Je pense que les gens ont trouvé ça intéressant parce que je suis normal, je suis comme eux. Je suis maman d’une fille de 32 ans et d’un fils de 27 ans, pas d’un super athlète », dit-elle.

Parmi tous les sites que Hill a visités tout au long de son voyage, elle en a énuméré quelques-uns de cette province, ainsi que de l’Alberta, parmi les points saillants.

« Je suis arrivé à Quidi Vidi juste avant la tombée de la nuit, et j’ai vu beaucoup de couchers de soleil, mais jamais un comme celui que j’ai vu ce soir-là », a déclaré Hill.

« C’était assez spécial et c’est l’un de mes souvenirs les plus précieux de tout cela. Visiter Bell Island a été une autre expérience formidable, c’est magnifique, tout simplement spectaculaire. Et aussi sortir tous les soirs pour écouter la musique locale. Mon père vient de Belfast (en Irlande du Nord), donc j’ai adoré chaque seconde de cela.

Hill est maintenant rentrée chez elle en Colombie-Britannique après trois mois et demi loin de sa famille et de ses amis, mais elle y va avec toute une vie de souvenirs, beaucoup de nouveaux amis et aucun regret.

« C’est un peu doux-amer maintenant que j’ai terminé, parce que je sens que je peux faire plus », a déclaré Hill avant de quitter Terre-Neuve.

« Une fois à la maison, je vais commencer à réfléchir à quoi faire pour mon prochain voyage, peut-être jusqu’au Mexique, tout le long de la côte ouest, nous verrons. »



Laisser un commentaire