Après avoir scellé les frontières pendant deux ans, Taïwan devra peut-être envisager de vivre avec Covid-19


TAIPEI – La politique de zéro cas de Taïwan face au Covid-19 a suscité des doutes et des critiques quant à son caractère pratique ces derniers mois, alors que de nombreux pays entrent dans la troisième année de la pandémie en traitant le virus comme endémique et en ouvrant leurs frontières.

En janvier, interrogé sur les prochaines étapes pour contenir le Covid-19 au milieu d’une vague d’infections locales, le ministre de la Santé Chen Shih-chung a déclaré : « L’objectif est toujours de revenir à zéro ».

Bien qu’il ait admis que c’était difficile et peut-être irréalisable, il a déclaré que Taïwan ferait de son mieux et ferait vacciner autant de personnes que possible.

Il a ajouté que ce n’était pas une option pour Taïwan de coexister avec le virus comme le font certains pays en réduisant la plupart des restrictions.

Le même mois, le Premier ministre Su Tseng-chang a averti que si les autorités sanitaires travaillaient dur pour réduire le nombre de cas, l’île pourrait devoir être ouverte à l’idée de traiter le virus comme endémique.

La politique stricte a maintenu le nombre d’infections et de décès de Covid-19 à un faible niveau à Taïwan. Samedi 12 février, il y avait 19 567 cas et 851 décès.

La stratégie zéro cas est en place depuis la propagation de la pandémie à Taïwan en janvier 2020.

Pour ceux qui cherchent à voyager pour les loisirs ou les affaires, l’île est l’un des endroits les plus difficiles d’accès à l’ère de Covid-19.

Dans le classement de résilience Covid-19 de Bloomberg, mis à jour le 26 janvier, Taïwan se classe 50e sur 53 économies en termes d’itinéraires de voyage vaccinés, devant seulement la Chine, le Vietnam et les Philippines.

La Finlande, l’Espagne et la Suisse occupent les trois premières places. Selon Bloomberg, « les scores des endroits les mieux classés reflètent généralement un scénario optimal de taux de vaccination élevés, de niveaux de mortalité relativement contrôlés, d’une capacité de vol revenant aux niveaux pré-pandémiques et de peu de restrictions de voyage pour les personnes vaccinées ».

Alors que le taux de vaccination à deux doses de Taïwan a dépassé 70%, quelque 60% – soit 90 itinéraires de vol – de ses vols transdétroit et internationaux ont été suspendus indéfiniment depuis le début de la pandémie.

Seuls les Taïwanais et un certain nombre d’étudiants internationaux, les conjoints étrangers et leurs enfants, ainsi que les travailleurs migrants d’Indonésie et de Thaïlande, sont autorisés à entrer sur l’île.

Ce mois-ci, il impose toujours une quarantaine de deux semaines dans un hôtel ou un établissement, suivie d’une « période de surveillance de la santé » d’une semaine pendant laquelle les voyageurs sont invités à rester chez eux.

Cela a considérablement réduit le nombre de visiteurs étrangers, obligeant certains hôtels à cesser leurs activités et les voyagistes à cibler les touristes locaux.

Laisser un commentaire