Anthony Albanese a beaucoup à faire dans le « back office » du gouvernement


Anthony Albanese sera de nouveau sur la route internationale la semaine prochaine. Il sera au sommet de l’OTAN à Madrid, où la guerre en Ukraine dominera évidemment les discussions, qui aborderont également la Chine et le changement climatique.

Albanese, qui a déjà participé au QUAD à Tokyo et s’est rendu en Indonésie, ne sera pas minimaliste lorsqu’il s’agira de passer du temps à l’étranger.

Les conférences internationales donnent au nouveau Premier ministre l’occasion de rencontrer plusieurs dirigeants, de recueillir des informations et de signaler les continuités et les changements (par exemple sur la politique climatique) dans les priorités nationales de l’Australie.

Un Premier ministre qui vient d’être élu doit être prudent lorsqu’il décide du nombre de voyages à l’étranger à entreprendre, en particulier lorsqu’il y a des problèmes à la maison et que de nombreuses personnes ordinaires font la dure avec leur coût de la vie. À un moment donné, être trop loin suscite des critiques.

Mais avec l’OTAN invitant quatre pays non membres – le Japon, la Corée du Sud et la Nouvelle-Zélande, ainsi que l’Australie – il aurait été difficile de refuser.

Le voyage comprend Paris, à la suite du règlement par le gouvernement travailliste d’une indemnisation pour le contrat de sous-marin avorté. Cette escale ressemble à une indulgence, même si elle pourrait être l’occasion d’explorer une coopération avec la France dans le Pacifique.

Albanese veut aussi clairement visiter l’Ukraine. Il a indiqué mercredi que cela dépendrait des conseils des agences de sécurité australiennes.

Le Premier ministre a été tout aussi itinérant au niveau national. Il s’est déjà rendu dans tous les États et territoires depuis l’élection.

Les ministres ont également été les premiers à voyager à l’étranger : parmi eux, la ministre des Affaires étrangères Penny Wong, dont la deuxième patrie semble désormais être le Pacifique, et le ministre de la Défense Richard Marles, qui a eu ce qui a été considéré comme cette rencontre (peut-être) brise-glace avec son homologue chinois en Singapour, avant une visite en Inde.

Un voyage particulièrement important a été la visite du ministre de l’Intérieur Clare O’Neil au Sri Lanka cette semaine. L’une des craintes des travaillistes s’est concrétisée alors que les passeurs commencent à tester la frontière. Le gouvernement a agi rapidement, avec la diplomatie d’O’Neil et un programme d’aide humanitaire de 50 millions de dollars pour le pays. L’Australie financera également, comme annoncé par le gouvernement de coalition, des milliers de traceurs GPS qui seront installés sur les bateaux de pêche sri-lankais.

Le filet de bateaux, dont aucun n’a atteint le continent australien, n’est pas grave jusqu’à présent, mais le gouvernement connaît les risques s’il n’est pas rapidement coupé.

En général, nous voyons le nouveau gouvernement très actif sur plusieurs fronts, poussé par les circonstances, en particulier avec la crise de l’énergie, ainsi que par choix. Il est à noter cette semaine qu’après des mois où l’ancien gouvernement a minimisé le COVID malgré le nombre important de décès, le ministre de la Santé, Mark Butler, a intensifié les messages sur la vaccination et le traitement, notamment en lançant une campagne publique.

A côté de l’intense activité des devantures, de nombreux changements sont en train de s’amorcer dans le back office de l’État, le service public.

Les travaillistes ont signalé lors de la campagne qu’ils voulaient remuscler la bureaucratie, après qu’elle ait été abattue et démoralisée par le gouvernement de coalition.



À lire aussi : Le gouvernement albanais mobilise diplomatie et aide pour lutter contre les passeurs sri-lankais


Scott Morrison a minimisé le rôle consultatif de la bureaucratie, externalisé une grande partie de son travail à des consultants, n’a pas mis en œuvre certaines des recommandations les plus importantes de l’examen Thodey du service et a arbitrairement limogé un certain nombre de secrétaires de département.

Cette semaine, Albanese a brandi sa propre petite hache, supprimant la secrétaire du ministère des Affaires étrangères, Kathryn Campbell (Penny Wong n’était pas fan, et Campbell avait une histoire avec Robodebt), et le chef des infrastructures, Simon Atkinson.

Immédiatement après l’élection, Albanese a nommé Glyn Davis à la tête de son propre département, indiquant qu’il est déterminé à laisser la fonction publique en meilleur état qu’il ne l’a trouvée. Davis est un mordu de la politique avec une vaste expérience administrative et un penchant pour la réforme; il a été membre de la revue Thodey.

Les changements de cette semaine ont renforcé le point. Un ancien haut fonctionnaire, Gordon de Brouwer, également membre de la revue Thodey, revient comme « secrétaire à la réforme du secteur public ».

Dans ce contexte, jeudi soir, l’un des fonctionnaires les plus distingués d’Australie a donné quelques conseils. Frances Adamson est une ancienne ambassadrice en Chine, a été conseillère aux affaires étrangères au bureau du Premier ministre Malcolm Turnbull et a ensuite dirigé le département des affaires étrangères. Adamson – qui est maintenant gouverneur de l’Australie du Sud – connaît parfaitement la bureaucratie.

Dans une allocution nommée en son honneur, elle a décrit ce qu’elle a décrit comme quatre « encouragements » et une « supplication » aux fonctionnaires. Ils constituent un programme d’amélioration.



À lire aussi : La chef des affaires étrangères Kathryn Campbell évincée dans le cadre d’un remaniement de la fonction publique


Tout d’abord, elle a appelé à la pleine mise en œuvre de l’examen Thodey « dans la lettre et dans l’esprit ». Les recommandations non retenues auraient pour effet de donner aux hauts fonctionnaires plus d’autonomie et de protection.

Deuxièmement, Adamson a exhorté les fonctionnaires à « penser plus largement à notre époque et à ce qu’ils attendent de vous ».

« C’est le moment de la stabilité, de l’écoute et de la consultation, d’une collaboration étroite et d’une appréciation et d’un respect renouvelés de l’expertise en matière d’élaboration de politiques – que ce soit sur l’économie, le changement climatique, la Chine ou l’itinérance », a-t-elle déclaré.

« Un moment pour développer cette expertise de manière ciblée par le recrutement et le développement et pour la partager largement. Et, certainement, du temps pour des conseils francs, intrépides, bien informés, créatifs et constructifs.

Son troisième « encouragement » portait sur la culture de la fonction publique : l’importance de favoriser « un véritable sentiment d’appartenance qui va au-delà de nos conceptions habituelles de la diversité, de l’équité et de l’inclusion ».

« L’appartenance », a-t-elle dit, « est une question de travail significatif, de relations, d’agence et de responsabilité. »

Quatrièmement, Adamson a souligné l’importance pour les fonctionnaires d’entretenir de bonnes relations avec leurs homologues des autres niveaux de gouvernement. Bien qu’elle n’ait pas emprunté cette voie, la coopération entre les gouvernements fédéral et des États sera vitale si le gouvernement albanais veut atteindre son objectif d’amélioration de la productivité.

La « supplication » d’Adamson portait sur l’intégrité. « La campagne électorale de 2022 ne devrait pas nous laisser de doute sur l’importance que le peuple australien attache à l’intégrité et sur les structures nécessaires pour la soutenir », a-t-elle déclaré.

« C’est en agissant avec intégrité que le service maintient la confiance du public. En effet, l’intégrité est une chose qui modifie les attitudes de la communauté et la confiance dans le gouvernement, c’est donc l’un des outils dont disposent les fonctionnaires pour renforcer les institutions publiques.

Adamson a conclu que « la qualité du service public contribue au poids stratégique d’une nation […] Le poids stratégique de l’Australie contribue à son tour à la stabilité, à la sécurité, à la prospérité et au développement de notre région et de son caractère.

Plus la qualité et la solidité des conseils émanant de la fonction publique sont bonnes, plus le gouvernement albanais a de chances de laisser le genre d’« héritage » auquel son Premier ministre dit aspirer.

Laisser un commentaire