Amazing Hotels : derrière le hall


Amazing Hotels: Life Beyond the Lobby 1/6, mardi 30 novembre, 20h, BBC Two

Il y a un certain degré de festin ou de famine à être chroniqueur à la télévision. Une semaine, les horaires regorgent de nouvelles séries délicieusement excitantes. Le suivant, il peut y avoir des choix minces, en particulier lorsqu’un géant de la réalité comme Je suis une célébrité arrive et domine les heures de grande écoute. Cela a tendance à signifier que les autres chaînes ne veulent pas mettre en place de gros frappeurs pour s’y opposer, ce qui signifie qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour votre humble scénariste de télévision.

C’est pourquoi je présente pour la deuxième fois l’avant-première d’Amazing Hotels: Life Beyond the Lobby. En général, j’essaie d’éviter de me répéter. (A part les blagues ou les observations soi-disant mondaines, qui semblent être recyclées chaque semaine). Mais une pénurie de nouveautés cette semaine, combinée à quelques programmes qui ne sont pas disponibles en avant-première, signifie que je retourne à l’auge pour un deuxième grignotage de cette série.

Cela ne me dérange pas, en l’occurrence, car je suis un grand fan de ce spectacle. Il voit la chef Monica Galetti et le chroniqueur Giles Coren voyager dans certains des hôtels les plus raffinés et les plus insolites du monde et se salir les mains dans les coulisses pour voir ce qui les motive. Et c’est une joie.

Le premier de cette nouvelle série les voit voyager en Islande, dans un hôtel isolé appelé Ion Adventure Hotel. Normalement, j’aurais tendance à éviter tout endroit appelé « hôtel d’aventure ». Cela ressemble à un hôtel à thème à Legoland, avec un personnel déguisé en pirates et des frites au four servies avec tout. Mais ce n’est certainement pas le cas ici.

Au départ, les choses ne semblent pas prometteuses. L’Islande est un endroit assez austère, balayé par le vent et d’apparence stérile dans le meilleur des cas, et l’hôtel se trouve à 32 km du magasin le plus proche, au milieu de nulle part, et pourtant a fini par s’écraser à côté d’une énorme centrale électrique. Le bâtiment lui-même est une boîte d’apparence assez fonctionnelle et est construit à proximité de volcans en sommeil depuis longtemps, il est donc soumis à des tremblements de terre réguliers. « Mais vous êtes en sécurité à l’intérieur », rassure la dame de l’accueil. Exactement ce que tout vacancier veut entendre.

Mais il ne faut jamais juger un livre à sa couverture, comme je le dis régulièrement à ma femme alors que j’apparais au petit-déjeuner en pantalon de survêtement et haut QPR vintage des années 80. Et l’hôtel et le paysage environnant s’avèrent être une véritable corne d’abondance de délices.

Ce ne sont pas des vacances où vous allez vous prélasser au bord de la piscine. L’indice est dans le nom « Adventure Hotel ». De plus, le nom «Islande» n’évoque guère le fait de siroter une Pina Colada sur une terrasse bordée de palmiers. Au lieu de cela, on vous propose des activités allant de la randonnée à cheval aux motoneiges, du kayak aux visites de volcans, des tours en hélicoptère à la plongée avec tuba.

Oui, plongée en apnée. Mais pas, évidemment, le genre de plongée en apnée où vous passez une heure à flotter à regarder les étoiles de mer et à contempler ce qu’il faut avoir du barbecue à l’heure du déjeuner. Comme Monica et Giles le découvrent, il s’agit d’une plongée en apnée extrême, avec une énorme quantité de kit d’eau froide et des sites géologiques étonnants à admirer.

Alors que Giles est mis au travail pour servir le petit-déjeuner, nettoyer le bain de source chaude de l’hôtel et attraper du poisson pour le restaurant, Monica fait une visite de la centrale électrique, où elle découvre que l’énergie géothermique produite est à peu près l’énergie la plus verte sur le planète. Finalement libéré de ses travaux, Giles visite un glacier, où les touristes peuvent pénétrer à l’intérieur de la vaste calotte glaciaire grâce au plus grand tunnel de glace artificiel du monde.

L’hôtel lui-même est un triomphe scandinave minimaliste, mais c’est l’Islande qui est la vraie star du spectacle. Et assister à la joie enfantine de Monica et Giles alors qu’ils se rendent sur un volcan en activité et assistent à la puissance impressionnante du monde naturel est étonnamment touchant. Il y a, bien sûr, un endroit pour le genre de vacances où vous foulez les livres de Robert Ludlum et dormez sous une chaise longue, mais pour ceux d’une nature plus aventureuse, cet endroit semble difficile à battre.

Rejoignez-nous pour des conversations fascinantes d’une heure avec des auteurs et des poètes primés. Les clients de Saga peuvent réserver leurs billets gratuits dès aujourd’hui.

Paddy et Christine McGuinness: Our Family & Autism, mercredi 1er décembre, 21h, BBC One

Personne n’a une vie parfaite. Toutes nos publications sur Instagram et nos mises à jour Facebook nous montrent en train de nous amuser, de socialiser, de passer des vacances glorieuses ou de manger de fabuleux repas. Mais chacun a sa croix à porter. Chaque photographie bien choisie comporte un certain degré d’artifice. Nous ne publions pas de photos de nous-mêmes allongés éveillés à 4 heures du matin, consumés par l’anxiété, ou inquiets de la facture de gaz, ou en train de nous disputer avec nos enfants à propos du temps passé devant un écran ou de l’heure du coucher.

Mais il faut du courage pour lever le rideau pour montrer que la vie est souvent difficile. C’est pourquoi Paddy McGuinness et sa femme Christine méritent de nombreux éloges pour avoir participé à ce documentaire unique.

Pour un observateur occasionnel, Paddy semble tout avoir. Il a une merveilleuse carrière à la télévision, principalement passée à gambader dans les voitures à être idiot, possède un esprit vif et une disposition ensoleillée. Il est marié à une femme fabuleuse et forte et a trois beaux enfants. Ils vivent tous ensemble dans une magnifique maison. La vie est douce, non ?

Sauf que non. C’est difficile. Les trois enfants de Paddy et Christine – les jumeaux Leo et Penelope (8 ans) et Felicity (5 ans) sont tous autistes. Lorsque les enfants étaient plus jeunes, le couple supposait simplement que les difficultés qu’ils rencontraient faisaient toutes partie des vicissitudes régulières de la parentalité. C’est la mère de Christine qui leur a fait remarquer, lors d’une visite un jour, que quelque chose n’allait pas.

Quand ils ont reçu le diagnostic, c’était une bombe. Alors que Christine s’efforçait de découvrir tout ce qu’elle pouvait sur la maladie, Paddy enfouit sa tête dans le sable, se jetant au travail dans le but de leur fournir de la meilleure façon possible. Les choses ont tellement mal tourné qu’il a été traité pour dépression clinique. Maintenant, dans le but de mieux comprendre la maladie et de planifier pour l’avenir, lui et Christine rencontrent des experts et d’autres personnes ayant une expérience de la maladie.

Mais c’est difficile. « Sauront-ils un jour à quel point ils sont aimés ? » se demande Paddy en s’étouffant (pas pour la dernière fois). Christine est celle qui a de la force et une perspective pratique. Quand allons-nous enfin réaliser que les femmes sont le sexe fort, je me demande ? Il est intéressant de noter que le genre joue également un rôle dans la manière dont l’autisme est présenté. Les filles sont beaucoup plus aptes à masquer leurs symptômes et à imiter le comportement de ceux qui les entourent afin de s’intégrer. Cela est également né dans la maison McGuinness, où l’autisme de Leo est plus évident.

Soixante-dix pour cent des enfants autistes sont dans l’enseignement ordinaire. Mais c’est un défi pour eux. Paddy se rend au Sedgefield Community College, une école secondaire ordinaire qui a la réputation d’accueillir des étudiants neuroatypiques. Ici, il rencontre deux charmants élèves, qui s’épanouissent dans un milieu ordinaire malgré leur autisme.

Désireux d’en savoir plus, Paddy rencontre l’ancien footballeur Paul Scholes, dont le fils Aiden (16 ans) est autiste et non verbal. Paul parle du stress d’avoir un enfant autiste et porte les ecchymoses et les marques de morsure pour le prouver. Mais son acceptation de l’état de son fils et son refus de s’inquiéter de ce que pensent les autres ont permis à son fils de s’épanouir et de s’épanouir. C’est une leçon précieuse pour Paddy, qui révèle qu’il a un nœud constant dans le ventre quand il sort avec ses enfants.

Paddy va rendre visite au professeur Simon Baron-Cohen de l’Université de Cambridge, pour en savoir plus sur la maladie et s’il peut y avoir une composante génétique. Lui et Christine remplissent des tests pour voir s’ils présentent des traits autistiques. Les résultats sont surprenants et ouvrent un tout nouveau domaine d’exploration pour le couple.

Ce qui ressort de ce film doucement émouvant, c’est le courage de Paddy et Christine, et l’amour phénoménal pour leurs enfants. Ce sera sans aucun doute une montre informative et utile pour ceux qui se trouvent dans un bateau similaire, mais il y a une leçon ici pour tout le monde. La vie de personne n’est parfaite, mais tout le monde peut prendre des mesures pour la rendre aussi parfaite que possible, dans le cadre des paramètres parfois délicats de la vie. En fin de compte, c’est un film sur une famille aimante qui fait de son mieux. Comme nous tous.

Le meilleur… et le reste :

samedi 27 novembre

Freddie Mercury : L’acte final, 21h, BBC Two : Long métrage documentaire retraçant les dernières années de la vie du chanteur de Queen, ainsi que le concert de 1992 organisé à Wembley en sa mémoire. Précédé d’une reprise de Queen à la BBC, et suivi d’un concert vintage de Queen de 1975.

2021 : L’Année Terrible de la Reine, 21h, Canal 5 : Reine d’un autre genre sur Channel 5, alors que nous regardons l’année dernière désespérément difficile pour le monarque, notamment la perte de son mari.

dimanche 28 novembre

Billy Connolly : Dans ses propres mots, 21h, Canal 5 : L’histoire de la vie remarquable de Big Yin, racontée à l’aide d’interviews d’archives, d’apparitions à la télévision et de routines de stand-up, retraçant une enfance de négligence dans les immeubles de Glasgow et l’amenant au sommet de la célébrité hollywoodienne.

Lundi 29 novembre

Attaque de Pearl Harbour, 21h, Canal 5 : Cette série documentaire, diffusée sur trois nuits consécutives, retrace l’histoire du moment peut-être le plus important de la Seconde Guerre mondiale, lorsque des bombardiers japonais ont attaqué la marine américaine à Hawaï. Ce premier programme se penche sur les plans détaillés et secrets élaborés par le Japon, et comment ils ont caché leurs ambitions à leurs ennemis.

mardi 30 novembre

La nouvelle vie de Sarah Beeny à la campagne, 20h, canal 4 : Série documentaire sur l’expert immobilier Sarah Beeny et sa famille alors qu’ils tournent le dos à la vie londonienne et se lancent dans une nouvelle vie dans une ancienne ferme laitière du Somerset.

mercredi 1er décembre

Rien de nouveau. Promenez-vous. Cuisiner un plat. Discuter.

jeudi 2 décembre

Noël de luxe pour moins 1/2, 20h, canal 4: Sabrina Grant et Sophie Morgan montrent comment on peut se faire plaisir avec des produits de luxe sans se ruiner. Cet épisode d’ouverture révèle comment acheter de vrais diamants à moitié prix et comment emballer des parfums de créateurs qui ne coûtent pas une fortune.

vendredi 3 décembre

Noël fait main de Kirstie, 20h, canal 4 : Avec un peu de magie faite à la main, des invités très spéciaux et une corne d’abondance d’artisanat de Noël, ce programme d’une heure propose des fabrications étonnantes, des conseils ingénieux, des décorations fabuleuses, des cadeaux glorieux et une pléthore de plats et de boissons de fête pour satisfaire même le Père Noël lui-même.

Essayez 12 numéros de Saga Magazine pour seulement 15 £

Abonnez-vous aujourd’hui pour seulement 29 £ pour 12 numéros…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *