Alors que la croisière redémarre dans les Caraïbes, la pandémie garantit que tout n’est pas en douceur

[ad_1]

La croisière est de retour – en quelque sorte. Alors que les compagnies de croisières du monde entier font leurs premiers pas instables vers un retour à la normalité post-pandémique, la relance d’un navire Windstar récemment rénové semble illustrer les complexités de la croisière en ce moment.

Le Star Breeze de Windstar, un navire de 300 passagers qui vient de sortir d’une métamorphose spectaculaire qui impliquait de le diviser en deux et d’ajouter une nouvelle section, a été remis en service pour la première fois après la pandémie samedi. Elle est équipée de 50 cabines supplémentaires et de nouveaux restaurants élégants – des éléments qui seraient une grande nouvelle dans le monde des croisières et un motif de célébration sans le contexte d’une pandémie mondiale.

Les Caraïbes, cependant, n’étaient pas exactement prêtes à accueillir le navire. Le problème? Alors que tous les passagers ont été vaccinés – une exigence de la compagnie de croisière – certains membres de son équipage, qui sont avec le navire depuis sa transformation en cale sèche en Sicile, ne l’étaient pas.

Des lits de plage bordent le bord d'un bateau de croisière.
Le Windstar Breeze a subi une restauration spectaculaire © Laura Motta / Lonely Planet

Cela a conduit trois des quatre destinations caribéennes sur l’itinéraire inaugural du navire à quatre pays – St-Barthélemy, Anguilla et les îles Vierges britanniques – à refuser l’entrée au Star Breeze. Sint Maarten, le quatrième, a autorisé le navire à quitter son port de Philipsburg le 19 juin et à y revenir une fois la croisière terminée le 26 juin.

Les positions des îles sont compréhensibles. Quelques-uns des premiers navires à appareiller depuis le début de la pandémie a immédiatement trouvé des cas de COVID-19 à bord – y compris un incident très médiatisé sur le Celebrity Millennium, l’un des premiers mégaships à reprendre le service le 6 juin. Dans ce cas, deux passagers ont été testés positifs, même si tous les invités de plus de 16 ans devaient avoir le vaccin COVID-19. Étant donné que les vaccins n’offrent pas une protection à 100 % contre le COVID-19, certains cas comme celui-ci étaient inévitables – sur les bateaux de croisière et partout ailleurs.

Taux de vaccination dans les Caraïbes

Mais dans une région où seuls quelques cas de COVID-19 peuvent rapidement submerger les hôpitaux et où les vaccins sont moins facilement disponibles qu’aux États-Unis, certaines îles des Caraïbes ne prenaient aucun risque. Pour prendre l’exemple d’une destination de croisière, 26 % des habitants des îles Vierges britanniques sont actuellement entièrement vaccinés contre le COVID-19, contre 45 % des Américains, selon le New York Times. Les 30 000 habitants de l’archipel sont desservis par un seul hôpital, qui est équipé de huit ventilateurs.

Un bain à remous et une piscine sur un bateau de croisière.
La piscine et le bain à remous à bord © Laura Motta / Lonely Planet

Ici, et dans de nombreuses autres destinations des Caraïbes, il y a des risques qui vont de pair avec le fait de permettre même aux passagers de navires de croisière vaccinés de visiter. Celles-ci semblent particulièrement importantes si l’on considère que certains ports insulaires des Caraïbes, avant la pandémie, verraient jusqu’à une douzaine de navires de croisière chaque jour, certains transportant jusqu’à 5 400 invités.

Les croisières face à l’incertitude

À bord du Windstar Star Breeze, environ 80 invités – dont plus de 20 journalistes couvrant la relance – ont appareillé de Philipsburg, Sint Maarten, sans savoir où ils se trouvaient, ni s’ils pourraient descendre à terre.

Ils savaient à l’avance que le voyage subirait au moins quelques perturbations : la ligne a appelé tous les invités avant le départ et les a informés que l’itinéraire prévu ne serait probablement pas possible. En conséquence, Windstar a offert la navigation aux invités gratuitement et leur a permis d’utiliser les dollars qu’ils avaient dépensés lors du voyage inaugural du Star Breeze lors d’une future croisière.

La plupart des invités, qui n’avaient pas d’argent à perdre et qui ont eu l’occasion de voir un navire pour la plupart neuf lors de son premier voyage, ont décidé d’y assister quand même.

« La majorité des invités ont dit: » OK, nous arrivons « , a déclaré le président de Windstar, Christopher Prelog, qui était à bord du navire pour la voile inaugurale de Star Breeze. « Et ce fut un assez bon succès. Et c’était l’objectif », a-t-il déclaré.

Deux jours après le début de l’itinéraire caribéen de sept jours du Star Breeze, qui était censé avoir inclus des voyages dans les eaux bleues des Bains de Virgin Gorda, et du shopping haut de gamme à Gustavia, St-Barthélemy, l’itinéraire semblait toujours en évolution. Les annonces du capitaine indiquaient que l’état-major de la ligne essayait toujours de trouver une place pour que le navire puisse entrer au port, mais n’avait pas beaucoup de chance.

Le problème? Un patchwork de directives locales et régionales qui sont interprétées et mises en œuvre différemment par chaque pays.

Certaines îles restent fermées

« Certaines îles sont fermées », a déclaré Prelog, décrivant la situation qui a eu un impact sur la navigation inaugurale du Star Breeze. « Que vous soyez vacciné ou non, Anguilla est fermée. Il y a d’autres îles qui sont sur le point de s’ouvrir, mais qui sont toujours fermées. Saint-Barth en fait partie.

Alors que Saint-Barth donnait des signaux mitigés, le Star Breeze a tourné en mer pendant quelques jours avant de retourner à Sint Maarten, où les invités étaient autorisés à débarquer pour des excursions – mais seulement s’ils suivaient les directives de distance et de port de masque.

L'intérieur d'une salle de bateau de croisière.
À l’intérieur du Windstar Breeze © Laura Motta / Lonely Planet

Tous les passagers du Star Breeze – et de tous les navires de Windstar – doivent présenter une preuve de vaccination à bord. De plus, un test COVID-19 rapide sur écouvillon nasal est administré par la compagnie de croisière à chaque passager sur le quai immédiatement avant l’embarquement. Une fois que les invités sont montés à bord du navire, ils ne peuvent pas partir à moins qu’ils ne fassent partie d’une excursion à terre sanctionnée par la compagnie de croisière qui maintient cette « bulle » de vaccination ténue. Cela signifie que les personnes qui aiment explorer de manière indépendante dans le port – sur Windstar et sur d’autres lignes – n’auront pas la possibilité de le faire pour le moment. On ne sait pas combien de temps ces types de protocoles seront en place sur Windstar et dans l’ensemble de l’industrie, et dépendront du même patchwork d’exigences locales variables qui ont eu un impact sur l’itinéraire lui-même.

De nombreux voyageurs sont toujours impatients de partir en croisière

L’ambiance à bord est toutefois restée positive.

« Le navire a été merveilleux », a déclaré Cindy Waldrop, une passagère de Star Breeze de Savannah, en Géorgie. « Le changement d’itinéraire n’a pas été si important. Je profite juste de la chance de m’évader et de naviguer à nouveau. »

Cindy et son mari Lou – qui naviguent généralement sur Holland America – ont décidé de réserver l’inauguration du Star Breeze au moins en partie parce qu’il s’agissait de l’un des premiers navires à reprendre la mer après une pause sans précédent de l’industrie causée par la pandémie de COVID-19. Lorsque Windstar a appelé deux jours avant le départ pour les informer de la perturbation de l’itinéraire, ils n’ont pas envisagé d’annuler et ont été satisfaits de leur expérience malgré le changement.

« Ils ont fait tout leur possible pour que je me sente contente et heureuse », a déclaré Cindy Waldrop.

Windstar a déjà prévu de remédier au problème qui a finalement entravé l’inauguration de Star Breeze – ses membres d’équipage partiellement non vaccinés.

Prelog a déclaré qu’après le voyage inaugural, le navire naviguera vers Porto Rico le 28 juin, où la ligne a obtenu suffisamment de vaccins pour couvrir les membres non vaccinés restants de son équipage. Ils recevront le vaccin Johnson & Johnson – une option plus pratique que les vaccins à deux doses lorsque votre maison est un bateau de croisière qui se trouve à un endroit différent chaque jour. « Je comprends que les îles doivent d’abord faire vacciner leurs populations. Nous avons donc dû attendre », a déclaré Prelog.

La ligne a annulé deux itinéraires, les 26 juin et 3 juillet, pour faire face à l’effort de vaccination. Les traversées reprendront le 10 juillet. Les clients qui ont réservé les itinéraires annulés recevront des bons d’une valeur de 125 % de leur réservation initiale ou un remboursement complet.

Pourtant, même avec un équipage vacciné, cela ne garantit pas que les futures navigations se dérouleront sans interruption. Avec COVID-19 qui a toujours un impact sur le monde, la croisière – comme tous les voyages – est encore loin de la normale.

Laura Motta a voyagé sur Star Breeze de Windstar sur invitation.

[ad_2]

Laisser un commentaire