Afrique : le sommet présidentiel appelle à une action urgente pour améliorer les systèmes alimentaires

[ad_1]

Pour que l’Afrique puisse combler les lacunes de ses systèmes alimentaires, les pays doivent investir conjointement dans les infrastructures de transport et de stockage et accélérer l’harmonisation des systèmes tarifaires, a déclaré le président Paul Kagame lors de son allocution devant le 12e Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF) en cours. Kigali le mercredi 7 septembre.

S’exprimant lors du Sommet présidentiel sur « Faire progresser les voies pour les personnes, la planète et la prospérité », Kagame a fait référence au sommet précédent qui, selon lui, s’est déroulé à la veille du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, lorsque le continent a avancé une position africaine commune forte.

« La pandémie de Covid-19, les conflits en cours, la chaîne d’approvisionnement mondiale et la crise énergétique exercent tous une pression inhabituelle sur nos systèmes alimentaires. Quelques leçons sont claires, tirées de nos expériences passées. Premièrement, nous sommes plus forts ensemble. La zone de libre-échange est un bon début, avec un potentiel énorme. Nous ne pouvons pas avoir une approche cohérente de la transformation agricole, sans une intégration étroite avec la politique commerciale internationale de l’Afrique », a déclaré Kagame aux plus de 2 600 délégués présents au sommet.

Kagame a également appelé à un soutien ciblé aux entreprises locales et aux petits exploitants agricoles qui ont été durement touchés par les chocs récents tels que le changement climatique et les conflits, affirmant que les investissements réalisés aujourd’hui créent de la résilience et de nouvelles possibilités demain.

« Au-delà de notre continent, nous avons tant à gagner et à partager avec d’autres régions. L’Afrique ne devrait pas être aux prises avec l’insécurité alimentaire, compte tenu de nos ressources naturelles. Nous pouvons nous nourrir, et même nourrir les autres. C’est une opportunité pour nous de travailler ensemble, apprendre les uns des autres et proposer des solutions locales, adaptées à nos contextes spécifiques », a déclaré le président.

Le sommet a confirmé que l’Afrique doit réformer ses systèmes alimentaires, repenser la façon dont le continent produit, distribue et mange des aliments nutritifs, et pour ce faire, les dirigeants politiques et commerciaux disent qu’ils doivent agir différemment et être prêts à établir des programmes différents qui transforment leur systèmes alimentaires.

Le président du groupe AGRF Partners, Hailemariam Desalegn, a annoncé que le sommet sera, à compter de l’année prochaine, renommé Sommet des systèmes alimentaires africains.

« La prospérité de l’Afrique dépend des engagements que nous avons pris concernant la mise en œuvre de plusieurs programmes agricoles, systèmes alimentaires et ZLEC », a déclaré Desalegn, qui est également l’ancien Premier ministre éthiopien.

Le sommet présidentiel a également réuni Mohamed Bazoum, président du Niger, Emmerson Mnangagwa du Zimbabwe, le vice-président tanzanien Philip Mpango, la secrétaire générale du Commonwealth Patricia Scotland, le président élu du Fonds international de développement agricole (FIDA), Alvaro Lario, le et l’ancien président nigérian et président sortant du Comité du prix de l’alimentation en Afrique, Olusegun Obasanjo, entre autres.