Affrontement entre la police thaïlandaise et des manifestants pour la deuxième journée consécutive


BANGKOK – La police thaïlandaise a affronté des manifestants antigouvernementaux mercredi pour la deuxième journée consécutive, tirant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc et pourchassant des manifestants en fuite à Bangkok, la capitale.

Les manifestants se sont d’abord limités principalement à jeter de la peinture sur la police, mais après que les organisateurs ont annulé le rassemblement, un groupe s’est rassemblé dans la région voisine de Din Daeng, tirant des frondes et lançant des pétards et de petits engins explosifs appelés bombes de ping-pong. Ils ont également mis le feu à un véhicule qui a brûlé violemment sous une chaussée surélevée à proximité.

Le centre médical d’Erawan a signalé que huit policiers et un manifestant avaient été blessés dans les affrontements.

Les manifestants avaient prévu de marcher jusqu’à la résidence du Premier ministre Prayuth Chan-ocha pour exiger sa démission au milieu d’une grave épidémie de coronavirus qui a exposé le gouvernement à des accusations de complaisance, de corruption et d’incompétence, accuse-t-il.

Des manifestations similaires ont eu lieu mardi et samedi dans le même quartier.

Bien que les manifestations se soient concentrées sur la crise actuelle du COVID-19, elles font partie d’une poussée plus large pour un changement politique radical qui comprend la démission de Prayuth, une nouvelle constitution et – le plus controversé de tous – une réforme fondamentale de la monarchie puissante mais opaque.

Les rassemblements ont échoué en raison de poursuites judiciaires engagées par les autorités, de luttes intestines entre les groupes de protestation et de la résurgence du coronavirus, mais ont repris récemment alors que les organisateurs capitalisaient sur le mécontentement croissant du public à l’égard de l’état du pays.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *