A Rabat, Sánchez souligne que les relations bilatérales entre l’Espagne et le Maroc sont à leur meilleur moment depuis des décennies

[ad_1]

Palais Royal, Rabat (Maroc)

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a effectué mercredi un voyage officiel au Maroc, accompagné du ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, au cours duquel il a eu un entretien avec Sa Majesté le Roi Mohammed VI. et le chef du gouvernement du Royaume du Maroc, Aziz Akhannouch.

Il s’agit du cinquième voyage que le président du gouvernement espagnol effectue au Maroc et intervient à un moment où les relations bilatérales avec ce pays voisin, ami et partenaire stratégique, sont à leur meilleur moment depuis des décennies, comme l’ont affirmé les dirigeants des deux gouvernements. convenu.

Pedro Sánchez a montré sa détermination à poursuivre la Feuille de route adoptée en 2022, qui a ouvert une nouvelle page dans les relations entre le Royaume d’Espagne et le Royaume du Maroc, et qui a donné lieu à un élan politique au plus haut niveau. La Réunion de haut niveau (RHN) tenue en 2023 a marqué une étape historique avec la signature de 24 accords et d’une déclaration commune abordant toutes les dimensions de la relation bilatérale entre les deux pays.

A cet égard, le président du gouvernement espagnol a souligné l’évolution positive de l’augmentation des investissements dans les deux sens et des échanges commerciaux, qui ont dépassé les 20 milliards d’euros pour la première fois en 2022. Il a également souligné le fait que l’Espagne est la première place commerciale du Maroc. partenaire et a souligné la participation active de nombreuses entreprises espagnoles à des projets à grande échelle dans le pays, dans des domaines tels que les infrastructures de transport, les énergies renouvelables et la gestion des ressources en eau.

Concernant la migration, Pedro Sánchez a souligné que « l’Espagne et le Maroc ont établi une coopération exemplaire et que nos gouvernements continuent de travailler dans des domaines tels que la migration circulaire avec des programmes pionniers au niveau européen ». Il a également souligné le travail de sécurité que les deux pays réalisent dans la lutte contre le terrorisme, la migration irrégulière et les réseaux de trafic d’êtres humains « qui font chaque année des milliers de victimes dans nos mers ».

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, et le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, lors de leur entretien avec le chef du gouvernement du Royaume du Maroc, Aziz Akhannouch | Piscine Moncloa/Borja Puig de la Bellacasa

Le président du gouvernement espagnol a souligné, entre autres projets communs, l’organisation conjointe de la Coupe du monde de football 2030 entre l’Espagne, le Maroc et le Portugal comme « une grande opportunité pour renforcer davantage nos liens d’amitié ». Avec le chef du gouvernement marocain, il a également discuté de l’état des différents projets en cours dans les domaines de l’éducation et de la coopération culturelle, qui ont été promus lors de la RHN de l’année dernière.

Dans ce contexte, le président du gouvernement espagnol a préconisé de poursuivre sans interruption le travail dans d’autres domaines, comme celui de la normalisation douanière, élément essentiel de ce nouvel agenda bilatéral. Dans ce contexte, Pedro Sánchez a défendu le fait que les tests nécessaires ont été réalisés avec succès en 2023 et que « du côté espagnol, tout est prêt pour commencer les opérations douanières régulières à Ceuta et Melilla », a-t-il souligné. Il a également insisté sur le fait que l’objectif ultime est de « promouvoir un commerce transparent et régulier ».

Au cours des entretiens tenus tout au long de la journée par le président du gouvernement espagnol avec Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le chef du gouvernement du Maroc, des questions internationales telles que la question du Sahara et la situation critique à Gaza, entre autres, ont été abordées.

A cet égard, Pedro Sánchez a réaffirmé que « la position de l’Espagne sur la question du Sahara n’a pas changé », comme le reflètent la Déclaration commune adoptée en 2022 et la Déclaration maroco-espagnole de la HLM de 2023.

Concernant le conflit au Moyen-Orient, tous deux ont partagé leurs préoccupations quant à la situation désastreuse à Gaza. Le président du gouvernement espagnol a souligné une fois de plus qu’« il est impératif de parvenir à un cessez-le-feu permanent et à la libération de tous les otages », en même temps que « nous devons garantir l’accès de l’aide humanitaire », et a souligné l’indispensable travail de l’UNWRA. Il a également affirmé que des progrès devaient être accomplis « sans interruption afin de mettre en œuvre la solution à deux États ». À cet égard, le Maroc a hautement apprécié la position courageuse que le gouvernement espagnol a maintenue dès le début dans cette crise.

Traduction non officielle

[ad_2]

Laisser un commentaire